Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation, pour permettre la mesure d'audience et à des fins publicitaires. Les données collectées peuvent être partagées avec des tiers.X
 
Funtasia
Administrateurs : bambi, fredchoucas
 
 Funtasia  Archives générales Funtasia  Archives générales Funtasia ! 

 Info sports/Juin!

Nouveau sujet
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8Page précédentePage suivante
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 11:54:38   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Les Expos perdent contre les Blue Jays
Presse Canadienne


Menottés par Josh Towers, contre qui l'adversaire frappait pour .327 cette saison, les Expos ont entrepris leur séjour de 25 matchs à l'extérieur de Montréal en subissant une défaite de 3-1 contre les Blue Jays de Toronto lors de la soirée de la fierté homosexuelle au SkyDome.

Towers (2-2) a travaillé sept manches et il a profité du manque d'opportunisme de l'attaque pour remporter sa deuxième victoire en autant de départs en carrière contre les Expos, ayant réalisé un jeu blanc contre eux alors qu'il était avec les Orioles de Baltimore en juin 2001.

Zach Day (5-8) a subi la défaite alors que l'attaque a été incapable de lui donner un point, laissant cinq coureurs en position de compter quand il était au monticule: un à la première, deux à la cinquième, un à la sixième et un à la septième quand Brian Schneider a réussi un triple à la clôture du champ centre.

Le vent a tourné à la cinquième quand les Blue Jays ont marqué les deux premiers points du match après que les Expos eurent été incapables de profiter d'une belle occasion de s'inscrire au pointage.

Orlando Cabrera a entrepris la manche avec un simple et Carl Everett, qui était le frappeur désigné, a réussi un simple en exécutant à la perfection le court-et-frappe. Il a poussé un roulant à la position laissée vacante par le joueur d'arrêt-court Chris Woodward.

Après raté un amorti-sacrifice à deux reprises, Tony Batista a fendu l'air sur une troisième prise pour constituer le premier retrait. Brian Schneider a frappé un petit roulant du côté droit du monticule et Terrmel Sledge a été retiré à la suite d'un roulant à l'arrêt-court avec deux coureurs en position de compter.

Day a travaillé six manches et deux tiers, allouant trois points, huit coups sûrs et quatre buts sur balles, un intentionnel. Il a cédé le monticule

à Rocky Biddle à la septième quand Reed Johnson a réussi un double d'un point pour produire son deuxième point du match.

Towers a alloué un point, six coups sûrs et un but sur balles. Il a cédé le monticule à Vinnie Chulk après avoir donné un but sur balles à Brad Wilkerson, le premier frappeur de la huitième.

Endy Chavez a ensuite réussi un simple au champ intérieur mais Jose Vidro s'est commis dans un double-jeu et après un but sur balles à Nick Johnson, Cabrera a réussi un simple d'un point.

Vidro avait réussi un simple à la sixième pour porter à 12 sa séquence de matchs avec au moins un coup sûr.

Jason Frasor a travaillé à la neuvième pour enregistrer son septième sauvetage.

Day a éprouvé des problèmes de contrôle à la première mais il a réussi à fermer la porte même s'il a donné deux buts sur balles et atteint un frappeur. Avec les buts remplis et un compte complet, il a mis fin à la menace quand Chris Gomez a frappé un roulant à Tony Batista au troisième but.

Day a atteint au moins un compte de trois balles contre cinq des six frappeurs et l'instructeur Rob Natal est allé le voir au monticule en l'absence de Randy St.Claire, l'instructeur des lanceurs. St.Claire ratera la série en raison de la graduation de sa fille à Lake George, dans l'Etat de New York.

Les Blue Jays n'ont pas raté leur coup à la cinquième en inscrivant deux points à l'aide de trois coups sûrs et d'un but sur balles.

Il y avait un retrait quand Dave Berg, un frappeur de .235, a lancé l'attaque en claquant un double dans le coin du champ gauche. Day a cédé un but sur balles à Howie Clark, puis Orlando Hudson a réussi un simple au champ centre, ce qui a permis aux Blue Jays de remplir les sentiers.

Reed Johnson a réussi un simple d'un point, s'élançant sur le premier tir pour pousser la balle au champ opposé hors de la portee de Nick Johnson au premier but. Eric Hinske a suivi avec un faible roulant au deuxième but, ce qui a donné le deuxième point.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 11:55:15   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

LCF - McManus complète trois passes de touché dans un gain de 32-22 des Tiger Cats

Presse Canadienne


Danny McManus a complété trois passes de touché et obtenu des gains de 525 verges, un sommet en carrière, vendredi, si bien qu'il a mené les Tiger-Cats de Hamilton vers un gain de 32-22 contre les Blue Bombers de Winnipeg.

McManus a donc déjà dépassé les 1000 verges de gains cette saison, tandis que les Tiger-Cats se retrouvent avec un dossier de 2-0. Ils ont donc déjà récolté plus de victoires cette année qu'au cours de toute la saison dernière, alors qu'ils avaient présenté une fiche de 1-17.

Les Bombers n'ont toujours pas de victoire (0-2).

Une foule de 25 712 spectateurs a assisté à la rencontre, un record d'équipe pour un match d'ouverture locale à Hamilton.

L'ailier espacé Craig Yeast a atteint la zone payante sur des distances de 40 et 26 verges à la suite de relais de McManus alors qu'il y avait moins de deux minutes à faire à la première demie. Le demi offensif Troy Davis et le centre-arrière Archie Amerson ont ajouté des majeurs du côté des vainqueurs.

Le demi offensif Charles Roberts a inscrit deux touchés du côté des Blue Bombers.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 11:56:00   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Expos - Robinson explique pourquoi il a demandé l'amorti sacrifice à Batista

Presse Canadienne

Trop souvent, c'est du pareil au même.

Les Expos ont été incapables de profiter de leurs occasions de marquer et ils ont subi leur 47e défaite de la saison même si Zach Day a encore offert un départ de qualité, n'allouant que trois points en six manches et deux tiers.

"C'est décevant, a dit Frank Robinson. On a eu des occasions de la cinquième à la huitième et on n'a pas obtenu le coup sûr important. On n'a poussé qu'un seul coureur au marbre."

Le moment clé du match est survenu à la cinquième alors que les deux premiers frappeurs des Expos ont atteint les sentiers et qu'il n'y avait encore aucun point. Après des simples d'Orlando Cabrera et Carl Everett, Tony Batista a failli à la tâche quand le gérant Frank Robinson lui a demandé de déposer un amorti-sacrifice, puis il a été retiré au bâton en s'élançant sur une troisième prise.

"Absolument", a dit Robinson quand on lui a demandé s'il avait demandé un amorti-sacrifice à Batista.

La situation commandait l'amorti-sacrifice et il a expliqué - quand on lui a fait remarquer qu'il s'en trouvera sûrement pour mettre en doute sa décision - pourquoi il a demandé à Batista de tenter de déposer un amorti.

"Batista est bon pour effectuer des coups retenus. C'est un producteur de points mais il n'a pas produit beaucoup de points récemment. Comme le score était 0-0, je voulais placer des coureurs en position de compter."

Les Expos ont réussi huit coups sûrs mais ils ont aussi laissé huit coureurs sur les sentiers et leur seul point a été le résultat d'un simple par Orlando Cabrera après deux retraits, à la huitième.

"C'est frustrant pour moi mais il faut continuer à garder la tête haute", a dit Day, qui a accordé deux points à la cinquième et un point à la septième.

"La clé a été le but sur balles à leur premier frappeur du rôle, a noté Robinson, parlant de la passe gratuite accordée à Howie Clark après le double de Dave Berg. Il l'avait bien maîtrisé lors de ses deux premières présences au bâton."

Les Blue Jays ont rempli les buts grâce à un simple d'Orlando Hudson et Reed Johnson a rompu l'égalité en produisant le premier point des Jays à l'aide d'un simple au champ opposé, un coup qui a percé l'avant-champ des Expos à la droite du joueur de premier but Nick Johnson.

"Je pense que c'était un bon lancer, a dit Day en parlant du simple de Johnson. Il a rentré ses mains vers l'intérieur. On ne peut pas être parfait tout le temps. Ce sont des frappeurs des ligues majeures."

Day a effectué 119 lancers, dont 67 prises. Il n'avait pas un bon contrôle au début du match mais il s'en est tiré sans point. Il n'a pas eu autant de veine à la cinquième mais il a noté qu'il était toujours "à un lancer près de sortir de la manche".

Day a limité l'adversaire à trois points mérités ou mois pour la 12e en 15 départs mais il a subi sa huitième défaite de la saison.

Ainsi va la saison des Expos.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 11:56:35   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Ski de fond: Beckie Scott refoule les larmes alors qu'elle reçoit enfin sa médaille d'or

Presse Canadienne


La plus longue course dans l'histoire des Jeux olympiques a finalement pris fin, vendredi, quand la skieuse de fond canadienne Beckie Scott a reçu sa médaille d'or pour la poursuite de 5 km disputée aux Jeux d'hiver de 2002.

Scott a levé la médaille de la main droite et salué la foule de plus de 500 personnes réunies sous un ciel nuageux à l'extérieur de la Galerie d'art de Vancouver. Elle a souri de toutes ses dents et refoulé quelques larmes pendant que les gens entonnaient l'hymne national et qu'un membre de la police montée hissait le drapeau canadien.

"C'est une journée fantastique", a dit Scott, qui a attendu plus de deux ans avant de voir les deux Russes qui avaient terminé devant elle le jour de la course être disqualifiées pour dopage.

"D'une certaine façon, j'ai encore de la difficulté à croire que le moment est vraiment arrivé. Ce fut un long cheminement, mais il s'est terminé par la récompense ultime."

C'était la troisième fois que Scott participait à une cérémonie de remise de médaille, mais celle-ci fut de loin la plus émotive pour l'Albertaine de 29 ans.

"J'essayais de ne pas pleurer, de ne pas craquer", a-t-elle dit.

"C'était un moment tellement émotif, tellement puissant."

Selon le CIO, Scott est la seule athlète de l'histoire à avoir reçu trois médailles pour une même épreuve. Elle est aussi la seule à avoir dû retourner deux médailles pour la même course.

"Je ne peux pas dire que cette partie-là n'a pas été plaisante, a reconnu Scott.

"Mais mon premier choix aurait été d'accepter la médaille d'or sur le podium olympique à Salt Lake City."

Le mari de Scott, Justin Wadsworth, un ancien membre de l'équipe américaine de ski, a assisté à la cérémonie, tout comme les parents de la skieuse, Jan et Walter.

Charmaine Crooks, un ancienne athlète olympique canadienne et membre actuelle du CIO, a présenté la médaille à Scott. Michael Chambers, président du Comité olympique canadien, était sur place pour la féliciter.

Scott est devenue la première femme nord-américaine à remporter une médaille olympique en ski de fond lorsqu'elle a pris le troisième rang à la poursuite de 5 km à Salt Lake, en 2002.

Elle n'a toutefois été déclarée championne olympique qu'au mois de décembre dernier, quand la Cour d'arbitrage du sport a enlevé la médaille d'or à Olga Danilova.

La médaille d'argent de Larissa Lazutina avait d'abord été accordée à Scott en octobre dernier. On venait alors de déterminer qu'on pouvait priver la Russe de sa médaille à cause d'un test antidopage positif survenu à la suite d'une épreuve de la Coupe du monde, disputée tout juste avant les Jeux.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 11:57:12   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Repêchage LNH en bref

Presse Canadienne


Stastny, Bourque, Goulet, Ludwig sont des noms familiers pour les amateurs de hockey du Québec. Les rejetons de ces quatre anciens joueurs de la LNH pourraient être réclamés, samedi ou dimanche.

Paul Stastny et Christopher Bourque, fils de Peter et de Raymond, sont classés 49e et 74e espoirs nord-américains respectivement par le bureau central de recrutement de la LNH. Ils devraient donc logiquement être choisis.

Les chances de Vincent Goulet (168e), fils de Michel, l'as marqueur, et de Trevor Ludwig (188e), un défenseur comme l'était son père Craig, sont nettement moins bonnes.

Christopher Bourque ne possède pas le physique imposant du paternel, malgré sa carrure. Ne mesurant que cinq pieds sept pouces et pesant 170 livres, il est un joueur de centre ultra rapide doté de mains habiles.

Il fera ses débuts dans l'équipe de l'Université de Boston, en septembre.

"Mon ami Pat (Patrick Roy) a bien tenté de me convaincre de permettre à Chris de jouer pour les Remparts, mais j'estime qu'il est préférable pour lui qu'il joue dans les rangs universitaires américains", a dit Raymond Bourque.

Les droits du jeune Bourque dans la LHJMQ appartiennent de toute façon aux Wildcats de Moncton.

Quant à Paul Stastny, il est aussi un joueur de centre mesurant six pieds et pesant 194 livres. Il portera les couleurs de l'Université de Denver, à l'automne.

Son frère Yan a été un choix de repêchage des Bruins de Boston en 2002.

---

Bob Gainey a laissé entendre que l'excellent rendement de Mike Komisarek vers la fin de la saison a sonné le glas du vétéran Stéphane Quintal chez le Canadien.

"La performance de Komisarek a facilité notre décision, a souligné Gainey. J'estime qu'il connaissait une saison difficile avant de s'illustrer. J'ai finalement vu à l'oeuvre le défenseur dont on m'avait vanté les mérites à mon arrivée chez le Canadien."

On pense également que des jeunes comme Ron Hainsey et François Beauchemin peuvent prendre le relais.

"On a comme philosophie de faire confiance aux jeunes. On doit leur procurer la chance de se mettre en évidence."

---

A l'instar de plusieurs homologues, Bob Gainey s'attend à peu de mouvements de personnel au cours du repêchage en raison du contexte actuel dans la LNH.

Les dirigeants d'équipe sont peu enclins à transiger, compte tenu que le contrat de travail liant les propriétaires et les joueurs arrive à échéance en septembre.

"On pourrait bouger pour améliorer notre classement au premier tour ou encore pour reculer un peu", a avoué Gainey.

Cela dit, le directeur général a précisé que l'équipe a identifié "cinq ou six espoirs potentiels".

Le Tricolore appelera le jeune qu'il juge le plus talentueux, mais ce ne sera pas un gardien, a laissé filtré Gainey qui a par ailleurs indiqué que l'équipe réclamera un gardien en fin de semaine.

Interrogé à savoir s'il est vrai que Mathieu Garon suscite l'intérêt de quelques équipes, comme les Blues de St.Louis, Gainey s'est refermé comme une huître répétant qu'il ne commente jamais les rumeurs d'échange.

---

Le Canadien veut que son premier choix de 2003, le Russe Andrei Kastitsyn, vienne participer au camp de développement de l'équipe cet été, même s'il est encore sans contrat.

L'an dernier, Kastitsyn avait imposé comme unique condition de parapher une entente afin de prendre part à un camp du genre.

La mise sous contrat du Russe, qui ne serait plus aux prises avec des problèmes de santé, sera d'autant compliquée parce que l'entente sur les droits de transfert des Européens a pris fin dernièrement.

La LNH et la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG) doivent commencer les négociations sous peu. Le hic, c'est la Fédération russe exige de négocier les droits de transfert directement avec les équipes de la ligue.

---

Le Canadien ne soumettra pas d'offres de contrat aux vétérans Darren Langdon et Jim Dowd, qui pourront, comme Alex Kovalev, obtenir le statut de joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

Quant aux cinq joueurs qui pourront décrocher le statut de joueur autonome avec restrictions, ils recevront chacun la semaine prochaine une offre qualificative _ une simple formalité. Il s'agit de Michael Ryder, Mike Ribeiro, Richard Zednik, Sheldon Souray et Steve Bégin.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 11:57:53   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Golf - Kung et Saiki en tête au terme de la deuxième ronde à Rochester

Presse Canadienne


Candie Kung et Kim Saiki sont installés au sommet du classement provisoire au terme de la deuxième ronde de l'Omnium de golf de Rochester, mais comme c'est souvent le cas, c'est le nom de celle qui se retrouve quatre rangs plus bas qui a retenu l'attention, vendredi.

La Suédoise Annika Sorenstam a remis une excellente carte de 66, six coups sous la normale, le meilleur score de la journée. Elle s'est hissée au sixième rang, seulement à trois coups des meneuses.

Kung, qui compte trois titres de la LPGA à son actif, a réalisé un parcours de 68 sur les allées du club de golf Locust Hill et elle totalise 135 coups, neuf sous la normale, tout comme Saiki qui n'a jamais rien gagné en 13 années au sein du circuit. Elle a joué une ronde de 69.

Becky Morgan vient un coup plus loin, à la suite de son 67, tandis que Rosie Jones (68) et Juli Inkster (69) suivent à 137.

A.J. Eathorne de Penticton, C.-B., a joué 74 et elle se retrouve à 144, la normale. La Montréalaise Isabelle Beisiegel (76) totalise deux coups de plus que la normale, à 146. Quant à Nancy Harvey de Swift Current, Sas., elle a raté la qualification à la suite d'un 77 qui la place à 149.

Après un premier parcours de 72, Sorenstam n'a eu besoin que de 31 coups sur le premier neuf, vendredi, inscrivant un eagle au huitième trou, une normale cinq, en envoyant sa balle dans le trou en provenance d'une fosse de sable.

"Tu ne veux pas être trop à la remorque quand s'amorce le week-end, a noté Sorenstam, qui a remporté quatre victoires en huit tournois cette année. Je suis très contente de ma ronde. Six coups sous la normale, c'est toujours un bon score, peu importe le terrain."





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 11:58:47   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Course auto - Roger Penske pourrait tenter de réunir les séries Champ Car et IRL

Presse Canadienne


Roger Penske préférerait qu'il n'y ait qu'un circuit de monoplaces en Amérique du Nord, si bien qu'il pourrait tenter de manoeuvrer afin de favoriser la réunification des séries Champ Car et Indy Racing League.

Les dirigeants de l'IRL ont indiqué qu'ils s'attendent à ce que Penske, après avoir rencontré les principaux actionnaires de la série Champ Car, rencontre le président de l'IRL Tony George. Aucune réunion formelle ayant la réunification à l'ordre du jour n'est toutefois prévue.

L'IRL et la série qui a précédé le Champ Car, CART, se sont séparées en 1996. Penske a quitté le CART au profit de l'IRL en 2002.

"Je ne pense pas qu'il y ait de date butoir magique, a déclaré le porte-parole de l'IRL Fred Nation. Nous sommes ouverts, et nous l'avons toujours été, aux suggestions raisonnables."

Le président de la série Champ Car Dick Eidswick a confirmé, vendredi, que Penske avait rencontré Gerald Forsythe, Paul Gentilozzi et Kevin Kalkhoven cette semaine. Eidswick n'a pas assisté aux discussions et n'a pas voulu en révéler les détails.

S'il devait y avoir réunification, il semble peu probable que ça se fasse rapidement. Les deux circuits sont en pleine saison, et Eidswick a fait savoir qu'il espérait annoncer le calendrier 2005 de la Champ Car dès le mois prochain.

Une entente comporterait probablement des avantages pour les deux parties, toutefois.

Depuis sa création, l'IRL a eu de la difficulté à vendre tous ses billets pour plusieurs de ses épreuves, en plus d'avoir de pauvres cotes d'écoute à la télévision.

De son côté, le Champ Car a connu de sérieuses difficultés financières. Le CART a subi des pertes de près de 78 millions $ US au cours des neuf premiers mois de 2003 et a déclaré faillite en décembre 2003. Forsythe, Gentilozzi et Kalkhoven ont ensuite déboursé 3,2 millions $ pour empêcher George d'acheter les actifs de CART.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 12:00:22   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Euro 2004 - Les Grecs battent les Bleus

Presse Canadienne


La France ne deviendra pas la première équipe à remporter deux fois consécutivement le championnat d'Europe des nations de football.

Les Bleus, tenants du titre, ont été éliminés en quart de finale de l'Euro 2004 par la Grèce 1-0 à Lisbonne, après s'être montrés léthargiques une mi-temps entière.

Un but de la tête d'Angelos Charisteas (65e) a confirmé l'excellent parcours des Grecs, qui avaient battu le Portugal 2-1 et fait match nul contre l'Espagne 1-1.

Les hommes du sélectionneur allemand Otto Rehhagel affronteront le 1er juillet en demi-finale le vainqueur de l'autre quart de finale entre la République tchèque et le Danemark.

La Grèce occupait le 33e rang mondial au classement FIFA du mois de mai.

Après 21 matches sans défaite, les Tricolores sont donc tombés. Il s'agit de la première défaite en match de compétition de Jacques Santini avec les Bleus et sa dernière, puisque le sélectionneur sera l'entraîneur de Tottenham la saison prochaine.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 12:01:52   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Golf - Carl Desjardins est dans son élément au défi Tide Mikes

Presse Canadienne


Le mot birdie revient continuellement dans la conversation, alors que Jean-Louis Lamarre, Rémi Bouchard, Carl Desjardins et Daniel Talbot discutent de la 12e édition du défi de golf Tide-Mikes, qui prend l'affiche en fin de semaine sur les allées du club de golf Métropolitain.

Cette version québécoise du skins game mettra à l'enjeu une bourse globale de 30 000 $.

Jean-Louis Lamarre (Le Fontainebleau), champion du Défi 2003, et Rémi Bouchard (Le Mirage), champion du circuit Bleue Légère 2003, ont été exemptés de la dernière épreuve de qualification disputée au club de golf Candiac.

C'est Carl Desjardins (Brossard) qui a remporté cette compétition en ramenant un total de 131, 15 coups sous la normale. Daniel Talbot (Golf Horizons) a obtenu la deuxième place disponible en terminant les 36 trous avec un cumulatif de 140, six coups sous la normale.

Du groupe des quatre golfeurs participant à cette compétition, Desjardins semble être le plus impatient.

"Impatient, oui et non. Disons qu'il s'agit d'une compétition où la formule me permet de me retrouver vraiment dans mon élément. Je pourrai alors y faire preuve d'une agressivité relativement contrôlée. Peut-être que cette agressivité me fera parfois commettre des erreurs, mais je suis certain qu'elle rapportera certaines dividendes, surtout que la formule gagnante est de réaliser plusieurs birdies", a mentionné le puissant cogneur.

Desjardins a participé une seule fois au défi Tide-Mikes, en 2001. Il avait alors terminé au deuxième rang et quitté avec une bourse de 5400 $.

Champion de l'édition 2003, à Murray Bay, Jean-Louis Lamarre en sera à une cinquième participation. Il a accumulé jusqu'ici des gains de 20 600 $ dont 13 500 $ à la suite de sa victoire en 2003.

"On me dit que j'ai un titre à défendre, mais dans monesprit, tout est à recommencer à chaque année. Avec la formule d'un skins game, il faut y aller un trou à la fois et tenter de réaliser un birdie à chaque essai. C'est dans cet esprit que je me présenterai à ce prochain Défi, et advienne que pourra", a dit le vétéran professionnel.

Bouchard, quant à lui, est devenu le maître de ce genre de compétition. C'est ainsi qu'au fil des 11 années de ce skins game de l'AGP du Québec, le nom de Bouchard apparaît à cinq reprises (1993-94-98-2001 et 2002) dans la colonne des vainqueurs. Ses gains totalisent 75 500 $.

"Bien des choses peuvent entrer en ligne de compte dans ce genre de compétition, a dit Bouchard. C'est certain qu'il est primordial d'inscrire de nombreux birdies pour espérer remporter la victoire, sauf qu'il faut aussi considérer que l'opportunisme est fort important.

Finalement, Talbot participera au Défi pour une quatrième fois. Il a terminé deuxième en 1993, quatrième en 1994 et troisième en 2002.

"Ce que j'aime dans ce genre de compétition, c'est que tu ne sais jamais ce qui peut arriver, a noté Talbot. Et parfois, ce qui devient frustrant, c'est que le golfeur qui présentera la meilleure carte n'est pas nécessairement celui qui triomphera en bout de ligne. L'opportunisme joue en grand rôle dans une telle compétition."



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 12:55:07   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Euro-2004: quart de finale Suède/Pays-Bas, la France éliminée



LISBONNE (AFP), le 26-06-2004
Le quart de finale entre la Suède et les Pays-Bas samedi oppose deux des équipes ayant montré le plus de flamme offensive et promet d'être aussi spectaculaire que la référence, à ce jour, de l'Euro-2004 de football, le match du 19 juin entre les Néerlandais, déjà, et les Tchèques.

A l'issue du premier tour, les Suédois pointaient en tête des meilleures attaques (8 buts, à égalité avec l'Angleterre) tandis que l'attaquant néerlandais Ruud van Nistelrooy occupait la première ligne au classement des buteurs avec 4 buts.

Les premiers ont réalisé le score le plus lourd: 5-0 face à la Bulgarie, le second a marqué, contre l'Allemagne, le but le plus remarqué, une volée taclée en aveugle, sans angle, alors qu'il était ceinturé par un défenseur. Côté scandinave, la puissance de feu repose sur un duo. Henrik Larsson, l'ancien (32 ans), et Zlatan Ibrahimovic, le nouveau (22 ans). Eux-aussi ont soigné l'image. Une tête plongeante d'une pureté d'école face à la Bulgarie pour l'aîné et, pour le cadet, une improbable mais salvatrice ruade qui a désespéré l'Italie.

Autant d'arguments qui devraient donner aux deux gardiens, Andreas Isaksson le Suédois et Edwin van der Sar le Batave, l'occasion de briller, ou de s'incliner sans rougir. Le vainqueur du jour aura rendez-vous le 30 juin à Lisbonne avec le Portugal pour une place en finale le 4 juillet.

Vendredi les Français ont été été éliminés lors des deuxièmes quarts de finale de l'Euro-2004, à Lisbonne, battus par une habile équipe de Grèce, au terme d'un match où il n'y eut cette fois-ci pas de miracle pour remédier à la médiocrité des Bleus, désormais ex-champions d'Europe. En demi-finale, la Grèce affrontera la République tchèque ou le Danemark, le jeudi 1er juillet à Porto. Jeudi, le Portugal était devenu le premier qualifié pour les demi-finales en écartant l'Angleterre aux tirs au but au terme d'un match fou. Deux ans après son fiasco au Mondial-2002, l'équipe de France échoue une nouvelle fois tôt en phase finale, incapable de rééditer ses performances victorieuses de 1998 et 2000, et éliminée, qui plus est, par un "petit" au palmarès inexistant, 34e au classement de la Fédération internationale (FIFA). Cette défaite sonne probablement le glas pour une bonne partie des cadres trentenaires de l'effectif (Desailly comme annoncé, Lizarazu, Thuram peut-être), eux qui tenaient pourtant à achever leur carrière internationale sur une bonne note.

Après un premier tour (gr. B) où les joueurs de Jacques Santini n'affichèrent à aucun moment l'aisance attendue, s'en sortant par miracle face à l'Angleterre (2-1) et la Croatie (2-2), ils n'ont pas réussi à gagner leur premier match couperet. Contre les Grecs, alors qu'ils entendaient "monter en puissance", les Bleus ont même livré leur pire prestation de l'Euro.

Quant au sélectionneur Jacques Santini, son histoire avec les Bleus, qui avait tellement bien commencé après le Mondial-2002 se termine de la plus mauvaise des manières. Le contrat n'aura pas été rempli. S'il avait gagné l'Euro, les débats auraient été nombreux sur la non-reconduction de son contrat avant la compétition qui l'a convaincu de partir à Tottenham au mois de juillet. Désormais, la question ne se pose plus.

En éliminant les champions d'Europe, invaincus depuis 21 matches, et en se qualifiant pour les demi-finales de l'Euro, les Grecs réalisaient la meilleure performance de leur histoire.

Le programme des quarts:

vendredi: (18h45 GMT): France - Grèce 0 - 1 Samedi (18h45 GMT): Suède - Pays-Bas à Faro Dimanche (18h45 GMT): République tchèque - Danemark à Porto



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 12:55:59   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

JO-2004: Paris a vécu un vendredi tout feu tout flamme olympique



PARIS (AFP), le 25-06-2004
Paris a vécu un vendredi tout feu tout flamme olympique, accueillant avec un enthousiasme infatigable, dans ses vingt arrondissements, la torche des Jeux d'Athènes portée par 142 relayeurs, anonymes ou célèbres, du monde sportif comme David Douillet, ou du spectacle comme Jamel Debbouze.

Joyeux, riant, applaudissant à tout rompre, Parisiens et touristes se sont pressés en nombre le long des 50 kilomètres parcourus par le symbole olympique, qui, de mains en mains, a relié le Stade de France de Saint-Denis à la tour Eiffel, avec des échappées dans les deux bois parisiens (Boulogne et Vincennes).

Chaque étape était ponctuée de spectacles, performances, happenings: marionnettes géantes à l'Opéra, acrobate au Panthéon, orchestres partout...

Pendant cette tournée française de la flamme des JO, allumée le 25 mars à Olympie, beaucoup avaient en tête la candidature de Paris à l'accueil des JO-2012, et aussi le quart de finale du Championnat d'Europe des nations de football entre la France et la Grèce, vendredi soir à Lisbonne.

"On aime beaucoup la Grèce cet après-midi. J'espère que ce sera pareil ce soir", commentait un spectateur devant l'Opéra où s'étaient groupés, drapeau hellène en mains, des Grecs du IXème arrondissement.

Les badauds attendaient parfois plus d'une heure ("c'est la flemme olympique", ironisait un Parisien) sous un beau soleil pour voir passer en trombe la caravane: bruyants camions des parraineurs, genre Tour de France, qui suscitaient quelques quolibets, voitures de police, motos d'escorte. Puis, fugitif, le relayeur, qui bouclait ses 400 mètres: Colette Besson, championne olympique de la distance à Mexico (1968), le journaliste Patrick Poivre d'Arvor ou l'ancien footballeur Jean-Pierre Papin...

Derrière le relayeur, tout de blanc vêtu, un homme avançait sur un drôle de tricycle, brandissant un immense drapeau olympique.

David Douillet, multiple champion (olympique, d'Europe et du monde) de judo, avait lancé le relais peu avant midi en descendant en rappel du toit du Stade de France, tenant la torche accueillie un peu plus tôt à l'aéroport du Bourget par Guy Drut, ancien ministre des Sports et champion olympique du 110 m haies à Montréal en 1976.

La flamme est entrée en voiture dans Paris par le nord-est (place de la bataille de Stalingrad) où le beau sauteur à la perche Jean Galfione l'a prise en charge, se taillant un chemin vers Montmartre.

Le réalisateur Alain Chabat a gravi les escaliers du Sacré-Coeur, en haut desquels l'attendaient des danseuses de French-cancan.

Parmi les temps forts de cet après-midi olympique: Marie-Jo Pérec, multi-médaillée olympique, traversant la place de l'Hôtel de Ville dans une mer d'enfants brandissant des drapeaux bleus puis, accueillie par le maire, passant le relais au rugbyman Fabien Galthié; le comique Jamel Debbouze arrivant sur une place du Panthéon où un acrobate oscillait au rythme du pendule de Foucault, Bernard Hinault et Laura Fessel racontant la vie de Pierre de Coubertin sur la place de la Sorbonne, là-même où le baron relança les jeux grecs, il y a 110 ans...

Transportée du Pont d'Arcole au pont Alexandre III sur un bateau bleu, la flamme est passée sous la passerelle des Arts, saluée, haut dans le ciel, par un funambule en chemise jaune, sous les applaudissements d'une foule massée sur le pont.

Devant le bâtiment de l'Unesco, la flamme est passée de la main de Zayd le Palestinien à celle de Lotus l'Israélienne. Charles, jeune Français de 10 ans, lisait un texte sur la trêve olympique. "Les valeurs de sport doivent nous amener à bâtir un monde meilleur, bien au-delà de la période des Jeux", a-t-il lancé.

La flamme a achevé son son périple parisien sur le Champ de Mars, sous de timides applaudissements, avec trois quarts d'heure de retard, dans les mains de l'escrimeuse Laura Flessel, servie vers 20h40 par l'athlète Stéphane Diagana.

Devant quelques centaines de spectateurs apparemment peu émus par l'apparition du symbole olympique, Laura Flessel a allumé la vasque trônant sur la scène montée à quelques dizaines de mètres de la Tour Eiffel.

Accompagnée par un solennel concert de cor, la lente descente de Diagana en tyrolienne était saluée par de timides applaudissements des spectateurs devenus beaucoup plus attentifs à l'annonce du début du match de football France-Grèce, retransmise sur un écran géant.



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 26-06-2004 à 12:57:39   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Euro-2004: la Grèce élimine la France 1 à 0



LISBONNE (AFP), le 25-06-2004
L'équipe de France de football a été éliminée en quarts de finale de l'Euro-2004, vendredi à Lisbonne, battue par une habile équipe de Grèce, au terme d'un match où il n'y eut cette fois-ci pas de miracle pour remédier à la médiocrité des Bleus, désormais ex-champions d'Europe.

En demi-finale, la Grèce affrontera la République tchèque ou le Danemark, le jeudi 1er juillet à Porto (stade du Dragon).

Jeudi, le Portugal était devenu le premier qualifié pour les demi-finales en écartant l'Angleterre aux tirs au but au terme d'un match fou.

Deux ans après son fiasco au Mondial-2002, l'équipe de France échoue une nouvelle fois tôt en phase finale, incapable de rééditer ses performances victorieuses de 1998 et 2000, et éliminée, qui plus est, par un "petit" au palmarès inexistant, 34e au classement de la Fédération internationale (FIFA).

Cette défaite sonne probablement le glas pour une bonne partie des cadres trentenaires de l'effectif (Desailly comme annoncé, Lizarazu, Thuram peut-être), eux qui tenaient pourtant tellement à achever leur carrière internationale sur une bonne note.

Après un premier tour (gr. B) où les joueurs de Jacques Santini n'affichèrent à aucun moment l'aisance attendue, s'en sortant par miracle face à l'Angleterre (2-1) et la Croatie (2-2), ils n'ont pas réussi à gagner leur premier match couperet. Contre les Grecs, alors qu'ils entendaient "monter en puissance", les Bleus ont même livré leur pire prestation de l'Euro.

Sans rythme, sans mobilité et, plus que tout, sans idées, les Bleus n'ont pratiquement jamais inquiété les Grecs malgré, une nouvelle fois, toute la hargne et la volonté d'Henry, seul à émerger en attaque aux côtés d'un Trezeguet inutile ou presque.

Des Grecs qui, après s'être déjà créé les meilleures occasions en première période, surent marquer au bon moment (65) par le biais de leur joueur le plus dangereux, Charisteas.

Ironie du sort, l'attaquant marqua suite à une erreur de Lizarazu, sans doute l'un des seuls bleu à émerger. Le Basque qui fut, la semaine passée, le seul joueur à faire publiquement part de ses doutes, alors que tous ses coéquipiers assuraient que tout allait bien malgré de petites imperfections.

Les Bleus étaient pourtant venus au Portugal avec de grosses ambitions. Normal lorsque l'on compte Zidane et Henry dans ses rangs. Normal aussi lorsqu'en deux ans, on ne s'incline qu'une seule fois (0-2 en amical face à la République tchèque), et qu'on arrive aisément (1re de son groupe de qualifications) en phase finale en étant invaincus depuis 18 rencontres.

Mais, par la faute notamment d'un schéma tactique très bien lu par les adversaires, les Français, jamais séduisants malgré leurs incessantes déclarations rassurantes, n'ont jamais semblé en mesure d'aller très loin dans cette compétition.

Quant au sélectionneur Jacques Santini, son histoire avec les Bleus, qui avait tellement bien commencé après le Mondial-2002 se termine de la plus mauvaise des manières. Le contrat n'aura pas été rempli.

S'il avait gagné l'Euro, les débats auraient été nombreux sur la non-reconduction de son contrat avant la compétition qui l'a convaincu de partir à Tottenham au mois de juillet. Désormais, la question ne se pose plus.

D'entrée de jeu, les Grecs affichaient des velléités offensives beaucoup plus marquées que prévu, Charisteas tournant autour de Nikolaidis en attaque, ce qui fixait l'arrière garde des Bleus.

Fyssas se mêlait même au débat en adressant un bon centre depuis la gauche, mais trop haut pour Charisteas (5).

Mais, entre une équipe de France toujours aussi timorée et tâtonnante dans son animation offensive et des Grecs à l'affût de la moindre ouverture, le spectacle était aux abonnés absents pendant le premier quart d'heure où le premier tir cadré (de 25 mètres) était à mettre au crédit de Nikolaidis (14).

Le match se déroulait sur un rythme de sénateur, la chaleur (33 degrés) contribuant sans doute à cette gestion des efforts.

Puis, sur un coup franc tiré dans le paquet par Karagounis, Katsouranis était à deux doigts de tromper Barthez qui récupérait le ballon sur sa ligne (15).

Paraissant désorientés par le schéma tactique des Grecs, les Bleus multipliaient les approximations. Zidane invitait désespérément Gallas à s'engager dans le couloir alors que Pires et Henry n'avaient de cesse de permuter sans réussir à mettre l'arrière garde hellène en péril.

Comme c'est dans les vieux pots que l'on fait les bonnes soupes, la première occasion venait sur un classique dédoublement Zidane-Lizarazu dans le couloir gauche, mais la reprise de la tête de Henry sur le centre de Lizarazu passait de peu à côté (25).

Mais ce n'était qu'un feu de paille. Fyssas, profitant de la passivité de la défense française, plaçait un tir flottant de 25 m, dévié en corner par Barthez (37).

La mi-temps était sifflée (par le public aussi) sur un score nul et vierge reflétant parfaitement la physionomie de la rencontre.

La seconde période débutait sous de meilleurs auspices avec un retourné acrobatique de Henry en complet déséquilibre qui frôlait le montant droit (48).

Le match sombrant une nouvelle fois dans l'ennui, Lizarazu essayait de mettre le feu. Le petit basque, lassé par les atermoiements des siens, décidait d'un seul coup de partir droit au but, effaçant au passage trois défenseurs avant d'être repris dans la surface (57). Mais, dans la continuité, les Bleus récupéraient le ballon et le centre tir d'Henry était dévié de justesse en corner.

La solution ne pouvant pas venir du collectif, Henry s'essayait à un nouveau tir de loin (64).

C'est au moment où la France se mettait à jouer un peu moins mal que les Grecs trouvaient l'ouverture sur un exploit technique de Zagorakis qui mystifiait Lizarazu, s'avançait et adressait un centre parfaitement dosé pour Charisteas, élu homme du match, qui trompait Barthez de la tête (65).

Menés pour la troisième fois au score depuis le début de l'Euro, les Bleus faisaient entrer deux nouveaux attaquants (Saha et Wiltord) et se ruaient à l'assaut des buts de Nikopolidis (72). On assistait alors à un tout autre match. Saha (75) puis Henry (76) tentaient leur chance sans succès. Une ouverture de Zidane sur Wiltord échouait également (80).

Dans ce match désormais à sens unique, Rothen essayait d'apporter un peu de fraîcheur, Santini abattant à cette occasion son dernier joker (79). Mais, malgré une nouvelle tête de Henry (87) et de multiples offensives, souvent très désordonnées, la défense grecque tenait le choc.

En éliminant les champions d'Europe, invaincus depuis 21 matches, et en se qualifiant pour les demi-finales de l'Euro, les Grecs réalisaient la meilleure performance de leur histoire.

Le programme des quarts:

vendredi: (18h45 GMT): France - Grèce 0 - 1 Samedi (18h45 GMT): Suède - Pays-Bas à Faro Dimanche (18h45 GMT): République tchèque - Danemark à Porto



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 27-06-2004 à 11:37:10   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Les Expos en perdent une 2e aux mains des Jays
Presse Canadienne


Ce n'est pas une erreur d'impression.

Les Expos ont bel et bien commis trois erreurs, eux qui n'en avaient que 30, le plus faible total dans les ligues majeures, et les Blue Jays de Toronto se sont envolés avec une victoire de 10-5 devant 23 875 personnes au SkyDome, samedi.

Les Expos ont subi une deuxième défaite d'affilée alors qu'ils sont au début d'une séquence de 25 matchs à l'extérieur de Montréal et les erreurs ont contribué à gâcher le retour dans les ligues majeures de Scott Downs, qui était le premier gaucher des Expos à agir comme partant cette saison.

Downs (0-1) n'a travaillé que deux manches et deux tiers, allouant sept points mais seulement trois mérités. Il a cédé six coups sûrs et trois buts sur balles alors qu'il aurait mérité d'être mieux appuyé sur le terrain.

Les Blue Jays ont inscrit trois points à la deuxième, tous non-mérités en raison d'erreurs par Nick Johnson au premier but et Orlando Cabrera, puis ils ont ajouté quatre points à la troisième, incluant un point non-mérité à la suite d'une erreur du voltigeur de centre Endy Chavez.

C'était déjà 7-1 après trois manches.

Miguel Batista (6-5) a remporté la victoire contre son ancienne équipe même s'il était chancelant au début du match. Il était incapable de lancer des prises à la première alors qu'il a effectué 24 lancers mais les Expos n'ont pu en profiter. Ils ne sont parvenus qu'à inscrire un point à la suite d'un simple de Johnson. Batista a été aidé par un superbe jeu du joueur de deuxième but Orlando Hudson, qui a amorcé un double-jeu à la suite d'un roulant de Jose Vidro après que Brad Wilkerson eut obtenu un simple et Endy Chavez, un but sur balles.

En sept manches, Batista a alloué trois points, sept coups sûrs et deux buts sur balles.

Vidro a réussi un simple à la troisième pour porter à 13 sa séquence de matchs avec au moins un coup sûr et il a ajouté un circuit en solo à la cinquième, son huitième coup de quatre buts de la saison.

Comme il s'agissait d'une cause perdue, Vidro et Cabrera n'ont joué que cinq manches.

En relève à Downs, Claudio Vargas a cédé des circuits en solo à Frank Menechino et Reed Johnson à la quatrième après que Terrmel Sledge eut réduit l'écart à 7-2 à l'aide d'un simple d'un point.

Un ballon-sacrifice de Carl Everett et une erreur de Menechino ont permis aux Expos d'inscrire deux points, à la huitième.

Vargas a enregistré sept retraits au bâton en trois manches et un tiers. Il a donné quatre coups sûrs et un but sur balles.

Erreurs coûteuses

Tirant de l'arrière 1-0, les Blue Jays ont profité de deux erreurs pour inscrire trois points mérités contre Downs, à la deuxième.

Johnson a commis sa première erreur de la saison en échappant un roulant d'Eric Hinske, qui était le premier frappeur. Greg Zaun a ensuite été retiré à la suite d'un roulant au deuxième but, une balle qui a bondi haut sur le gazon synthétique. Hinske a atteint le deuxième but sur le jeu, puis Chris Gomez a reçu un but sur balles et Hudson a suivi avec un simple d'un point au champ gauche. Un jeu était possible au marbre mais le relais au marbre de Brad Wilkerson était imprécis.

Avec deux coureurs en position de compter, Downs a retiré Josh Phelps sur trois prises mais Alex Rios, le neuvième frappeur du rôle, a été sauf à la suite d'une erreur d'Orlando Cabrera, qui a relayé la balle dans la poussière à Johnson au premier but. Frank Menechino a produit le troisième point à l'aide d'un simple.

Les Blue Jays ont ensuite inscrit quatre points à la troisième pour chasser Downs du monticule.

A la troisième, Reed Johnson a déposé un amorti bon pour un simple et après un roulant de Hinske, qui a frappé dans un optionnel, Greg Zaun a réussi un simple, un dur coup qui a fait un bon devant Cabrera à l'arrêt-court. Chris Gomez a ajouté un simple d'un point au champ gauche, puis Phelps a frappé un simple de deux points et une erreur de Chavez, qui a relayé hors cible au deuxième but, a donné un point de plus sur le jeu.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 27-06-2004 à 11:39:21   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Hockey - Mathieu Garon ne s'attendait pas à être échangé

Presse Canadienne


Mathieu Garon a suivi le déroulement du premier tour du repêchage de la LNH devant son téléviseur avant de vaquer à d'autres occupations, ne se doutant aucunement qu'il serait impliqué dans une transaction un peu plus tard.

"C'est après avoir constaté que la boîte vocale du téléphone était remplie que j'ai su que j'avais été échangé. Francis Bouillon et José Théodore ont tenté de me contacter. Au début, j'ai cru à une blague."

Garon, âgé de 26 ans, a dû se rendre à l'évidence à la suite de l'appel du directeur général des Kings de Los Angeles, Dave Taylor, qui lui a souhaité la bienvenue.

"La nouvelle m'a ébranlé parce que je ne m'attendais pas à quitter le Canadien, a-t-il admis. Je n'avais pas eu vent des rumeurs à mon endroit."

Taylor lui a dit en riant qu'il n'a qu'à jouer comme il l'a fait le 6 mars dernier, à Los Angeles. Garon avait bloqué 46 lancers dans la victoire de 4-2 du Canadien.

"Je quitte un très bon groupe d'amis, a-t-il dit. Je vais surtout manquer l'entraîneur des gardiens Roland Melanson, qui m'a beaucoup aidé."

Il sait toutefois qu'il verra sans doute plus d'action chez les Kings, qui ont Roman Cechmanek comme gardien numéro un.

"Cristobal Huet a joué dans une quarantaine de matchs la saison dernière. Je m'attends donc de jouer plus souvent et c'est positif pour ma carrière", a ajouté Garon, qui pourrait retrouver en Californie son ancien coéquipier Stéphane Quintal, qui serait sur le point de s'entendre avec les Kings.

L'unique aspect négatif, c'est que son épouse Marie-Julie doit donner naissance au premier enfant du couple en août, quelques semaines avant l'ouverture du camp d'entraînement.

Le Canadien économisera plus d'un demi-million de dollars américains, la saison prochaine, en misant plutôt sur Huet comme gardien réserviste parce que Garon touchera un salaire de 1,1 million $. Ça permettra à l'équipe d'absorber une partie du faramineux salaire de 3,5 millions $ qu'on devra verser à Radek Bonk.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 27-06-2004 à 11:40:04   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Andre Dawson est admis au Panthéon du baseball canadien

Presse Canadienne


Après avoir examiné ses genoux en mauvais état alors qu'il était encore à l'école secondaire, les médecins avaient dit à Andre Dawson qu'il serait chanceux de disputer quatre autres saisons.

Le Hawk devait toutefois connaître une superbe carrière de 21 ans dans les majeures, dont 10 avec les Expos de Montréal, ce qui lui a permis d'obtenir sa place au sein du Panthéon du baseball canadien, samedi.

Dawson a été honoré en compagnie de l'arbitre Jim McKean, un Montréalais de naissance, et de deux autres personnes à titre posthume: l'ancien président des Blue Jays de Toronto Peter Hardy, un Ontarien de London, et l'ancien propriétaire des Red Sox de Boston J.J. Lannin, qui a grandi à Lac Beauport, au Québec.

"C'est une sensation fantastique. C'est un honneur qui signifie encore plus que le titre de joueur par excellence en 1987 (avec les Cubs de Chicago), a déclaré Dawson, maintenant âgé de 49 ans. Ca veut dire que j'ai eu un impact sur ce pays. C'est merveilleux d'être ici et je ne pense même pas à Cooperstown.

"C'est merveilleux."

Depuis qu'il s'est blessé aux genoux en jouant au football à l'école secondaire, Dawson a été opéré à cet endroit à 12 reprises.

Deux heures avant et après chaque match qu'il disputait, il devait passer du temps au bain tourbillon, ainsi qu'appliquer de la glace et de la chaleur sur ses genoux. Il devait les enrubanner et respecter un rigoureux programme d'exercice pour diminuer la douleur.

"C'était difficile à faire au début, mais il fallait le faire, a déclaré Dawson. Plus tard, ça faisait partie de la routine. C'était une partie de ma vie.

"Ils disaient que je jouerais pendant quatre ans, mais j'ai duré 20 ans."

Malgré la douleur, le nom de Dawson n'a été placé sur la liste des blessés qu'à sa 10e et dernière saison à Montréal, pour une blessure à la cuisse. Il a enduré la douleur suffisamment pour cogner 438 circuits en carrière, participer à huit matchs des étoiles et récolter huit Gants dorés, en plus de rafler les titres de recrue de l'année et de joueur par excellence dans la Nationale.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 27-06-2004 à 11:40:54   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Baseball - Aaron Boone s'entend avec les Indians de Cleveland

Presse Canadienne


Aaron Boone a conclu une entente de deux ans, assortie d'une année d'option, avec les Indians de Cleveland, samedi.

Boone, dont le circuit lors du septième match de la Série de championnat de la Ligue américaine en 2003 avait permis aux Yankees de New York de participer à la Série mondiale, n'a pas joué depuis qu'il a subi une déchirure ligamentaire au genou gauche au cours d'un match amical de basket-ball, en janvier.

Boone avait ensuite été opéré le 16 février. Il poursuivra son programme de réadaptation à Phoenix et se joindra aux Indians lorsqu'il sera suffisamment en forme pour jouer, probablement au début du mois d'août.

Après sa blessure, Boone avait été libéré par les Yankees. Le joueur de champ intérieur avait alors déclaré qu'il ne savait pas que son contrat d'un an d'une valeur de 5,75 millions $ US l'empêchait de jouer au basket-ball. Il n'a donc reçu qu'un dédommagement de 917 553 $ de l'équipe new-yorkaise.

Depuis le début de sa carrière, Boone, qui est âgé de 31 ans, a une moyenne au bâton de ,270 avec 92 circuits et 393 points produits en 722 matchs. Il a récolté 24 circuits et 96 points produits la saison dernière, participant à son premier match des étoiles au cours d'une campagne partagée entre les Reds de Cincinnati et les Yankees.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 27-06-2004 à 11:41:26   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Golf - Tom Purtzer prend une avance de deux coups

Presse Canadienne


Tom Purtzer a ramené une carte de 68, quatre coups sous la normale, samedi, pour prendre une avance de deux coups devant Walter Hall et John Jacobs au Championnat Bank of America.

Purtzer avait raté des coups de roulés de moins de 10 pieds pour le birdie aux 16e et 17e trous. Puis, au 18e, il s'est retrouvé dans l'herbe longue après son deuxième coup mais il s'est tiré d'affaire en envoyant son coup suivant à trois pieds du fanion pour ensuite compléter un birdie.

"Si j'avais raté ce (dernier) coup roulé j'aurais été déprimé, a dit Purtzer. Mais d'avoir réussi le birdie de cette façon me donne confiance en mes chances de gagner dimanche."

Hall (68), qui a amorcé la journée à deux coups de Purtzer, a rejoint ce dernier en tête après un birdie au 14e mais un bogey au 16e l'a ramené à la case départ.

Jacobs (67) n'a pas terminé mieux que 29e à ce tournoi depuis 1998.

John Harris a inscrit un double bogey au 13e et a joué 70 pour un total de 136, le plaçant à égalité avec Jerry Pate (68) et Tom Kite (69) au troisième rang en vertu d'un total de 136. Harris accusait un seul coup de retard derrière Purtzer à l'issue du premier parcours.

Le champion en titre Allen Doyle a connu une journée de 67 et montre un score global de 138, à cinq coups du meneur.

Purtzer a réussi cinq birdies samedi, lui en donnant 14 pour l'ensemble du tournoi. S'il devait triompher dimanche, il rejoindrait Bob Gilder comme seuls gagnants en 24 ans d'existence du tournoi à avoir mené du début à la fin. Gilder a réussi l'exploit en 2002.

"Si vous trébuchez, les autres joueurs vont en profiter, a confié Purtzer, qui a gagné la Classique Toshiba à la mi-mars. Vous n'avez pas droit à l'erreur quand on parle de tournois de trois parcours."



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 27-06-2004 à 11:43:09   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Hockey - Le Canadien obtenant Radek Bonk

Presse Canadienne


Depuis le temps que le directeur général Bob Gainey parlait d'aller chercher un imposant joueur de centre afin de seconder Saku Koivu et Mike Ribeiro... Le Canadien a fait d'une pierre deux coups, samedi, à la séance de repêchage de la LNH.

Après avoir fait de Kyle Chipchura son premier choix (18e au total), le Tricolore a réalisé le principal coup d'éclat de la journée en faisant l'acquisition de Radek Bonk, qui n'aura fait que passer chez les Kings de Los Angeles.

Bonk venait d'être impliqué dans un échange entre les Sénateurs d'Ottawa et les Kings, au moment où le Canadien est allé le chercher, en compagnie du gardien français réserviste Cristobal Huet, âgé de 28 ans.

Le Tricolore a envoyé aux Kings le gardien Mathieu Garon, en plus de céder son deuxième choix de troisième tour (le 95e au total).

"On a quelques postes à combler et on a saisi l'occasion de s'améliorer, a commenté Gainey. On pense qu'il peut bien compléter nos joueurs de centre. Il est un joueur physique - il mesure six pieds trois pouces et pèse 220 livres - et il est fiable en défense."

Gros salarié

Le Canadien doit maintenant soumettre au Tchèque âgé de 28 ans une offre de contrat qualificative d'ici au 30 juin. S'il ne le fait pas, Bonk deviendra libre comme l'air.

Les Sénateurs ont justement échangé Bonk parce qu'ils n'allaient pas lui présenter d'offre en raison de son salaire faramineux (3,5 millions $ US).

"C'est beaucoup d'argent, 3,5 millions, mais on est à l'aise avec ça", a affirmé Gainey, en ajoutant que le Canadien a encore les moyens de se payer Alex Kovalev. Le talentueux Russe a déjà indiqué qu'il tentera sa chance sur le marché des joueurs autonomes, à compter du 1er juillet.

Bonk a inscrit 12 buts et récolté 32 passes en 66 matchs avec les Sénateurs lors de la saison 2003-2004. En séries, il a obtenu deux mentions d'aides.

Gainey a eu de bons mots à l'endroit de Mathieu Garon, qui s'est avéré un réserviste de luxe la saison dernière. Le gardien âgé de 26 ans, qui n'a été utilisé que dans 19 rencontres, n'avait pas demandé de quitter. Il a présenté un dossier de 8-6-2 avec une moyenne de buts alloués de de 2,27.

"La qualité de nos gardiens était un de nos atouts. On avait discuté dernièrement de la possibilité d'utiliser cet atout afin d'améliorer l'équipe", a résumé Gainey, qui souhaite que cessent les rumeurs concernant José Théodore.

Huet, un Français, a présenté une fiche de 10-16-10 avec les Kings, assorti d'une moyenne de buts allouyés de 2,43.

Chez les Sénateurs, le directeur général John Muckler a assuré que ça ne le dérange pas de voir Bonk se retrouver au sein d'une équipe rivale de la même section.

"On ne voulait pas perdre ses services en retour de rien et on a eu un troisième choix (77e au total), a-t-il expliqué. Un joueur qui touche un salaire de 3,5 millions $ doit apporter une solide contribution à l'attaque. Radek n'a pas été mauvais il y a deux ans, mais il a offert un rendement inconstant cette saison."

Premier choix des Sénateurs en 1994, Bonk n'a jamais véritablement répondu aux attentes des amateurs d'Ottawa. Il quitte les Sénateurs en mauvais termes avec plusieurs journalistes. En 689 rencontres en carrière, il totalise 399 points.

Le projet Chipchura

Quant à Chipchura, il représente un projet à long terme. Classé l'espoir numéro un en Amérique du Nord vers la mi-saison avant de reculer jusqu'à la quatrième place, il estime être à quelques années d'évoluer dans la LNH.

"J'ai encore beaucoup de travail à faire", a-t-il reconnu.

L'ancien directeur général des Canucks de Vancouver, Brian Burke, a dit revoir en Chipchura, qui mesure six pieds deux pouces et pèse 196 livres, un jeune Trevor Linden.

"Wow! C'est flatteur", a-t-il lancé, se décrivant lui-même comme un joueur tenace qui excelle dans les deux sens de la patinoire.

En 64 matchs chez les Raiders de Prince Albert, de la Ligue junior de l'Ouest, Chipchura a réussi 15 buts, en plus d'amasser 33 passes et 118 minutes de pénalités. Une blessure à l'aine l'a contraint à l'inactivité pendant environ un mois. Il a raté le Défi des espoirs de la Ligue canadienne de hockey (LCH), en janvier.

La firme indépendante de recrutement "Red Line Report" soutient qu'il n'a pas progressé autant qu'on s'y attendait.

"Il n'est pas revenu au même niveau après avoir été blessé, a commenté le
responsable du recrutement du Canadien, Trevor Timmins. On ne pensait pas
qu'il serait là à notre tour. On avait identifié 12 joueurs qu'on convoitait
et il était le seul encore disponible sur cette liste."

Le Canadien a utilisé son seul autre choix de la première journée pour mettre la main sur le défenseur russe Alexei Yemelin, au 84e rang.

"Ce Yemelin ne craint pas le jeu robuste, a dit Timmins. Il est très solide dans les batailles individuelles. Il est un type de défenseur, comme Darius Kasparaitis, que les attaquants détestent affronter."





--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 28-06-2004 à 13:19:29   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Euro-2004: la République tchèque et le Portugal se distinguent



LISBONNE (AFP), le 28-06-2004
Favoris de l'Euro-2004 de football, la République tchèque et le Portugal se sont montrés à la hauteur de leurs ambitions lors de quarts de finale également marqués par l'élimination du champion d'Europe en titre, la France, battu par l'inattendue Grèce, et l'âpre succès des Pays-Bas.

En demi-finales, les Portugais, hôtes de la compétition, affronteront les Néerlandais, mercredi à Lisbonne (stade Alvalade), tandis que le lendemain Tchèques et Grecs en découdront à Porto (stade du Dragon).

Incontestablement, ce sont les Tchèques qui, comme au premier tour - où ils furent les seuls à remporter leurs trois matches -, ont fait la plus forte impression, étouffant le pourtant valeureux Danemark (3-0), dimanche à Porto.

En plus de compter des individualités capables de faire la différence à tout moment (Nedved, Baros, Koller, Poborsky, Rosicky) et de dégager une impressionnante force collective, les hommes de Karel Brueckner font étalage d'une fraîcheur physique qui leur permet d'accélerer au moment même où leur adversaire commence à baisser légèrement de pied.

Contre les Danois, les Tchèques furent ainsi contenus en première période comme ils l'avaient été lors de leurs précédentes rencontres. Mais, sans rien changer à leurs habitudes, ils mirent un coup d'accélérateur fatal aux Nordiques en deuxième période, inscrivant trois buts dont deux grâce à l'attaquant Milan Baros, devenu meilleur buteur du tournoi (5 buts).

"La première période n'est pas la plus importante", expliquait Brueckner en souriant après la rencontre, d'autant plus heureux que pour la première fois sa défense - talon d'Achille d'un équipe irrésistiblement portée vers l'avant - n'a pas encaissé de but.

Devenus les favoris N.1 de l'Euro, Nedved et consorts devront se frotter mercredi à la Grèce, surprenante demi-finaliste. Avec discipline et rigueur à défaut de génie, les modestes grecs, déjà tombeurs du Portugal en match d'ouverture (2-1), ont réalisé un nouvel exploit en éliminant la France (1-0), championne d'Europe en titre, vendredi à Lisbonne.

Mais ce n'est pas faire injure à la Grèce que de dire qu'elle aura la tâche extrêmement compliquée face à la République tchèque, tant sa qualification tient davantage à la passivité et l'incroyable médiocrité des Français qu'à ses propres qualités.

Dans l'autre demi-finale, c'est la sélection du Portugal qui aura la faveurs des pronostics. Non seulement parce qu'elle peut compter sur le soutien fervent de millions de Portugais, mais bien plus encore parce que Luiz Felipe Scolari, imperméable aux critiques, semble avoir enfin trouvé la bonne formule.

Les choix du sélectionneur brésilien ont en effet été déterminants dans le parcours de la Seleçcao, qui a éliminé l'Angleterre aux tirs au but au terme d'une rencontre haletante (1-1 à la fin du temps réglementaire, 2-2 a.p.), jeudi à Lisbonne.

Comme lors des matches du premier tour, le "coaching" de Scolari fut opportun, le salut venant des remplaçants (Helder Postiga, Simao et Rui Costa) face à une équipe anglaise qui, même dominée, mena au score pendant près de 80 minutes.

Seul le "galactique" Luis Figo n'aura pas apprécié les changements de Scolari puisqu'il en fut "victime", remplacé par Helder Postiga... qui arracha l'égalisation quelques minutes plus tard.

Mercredi, il faudra encore de l'inspiration à Scolari face aux Pays-Bas, une équipe qui, après une mise en route pénible (nul face à l'Allemagne 1-1, puis défaite face à la République tchèque 2-3), a retrouvé quelques couleurs et, plus encore, de la confiance.

En battant la Suède (5 t.a.b à 4, 0-0 a.p.) samedi à Faro (sud), les Néerlandais ont mis fin à la "malédiction" des tirs au but qui les frappait depuis plus de dix ans. Après quatre éliminations en phase finale lors de la séance des penalties (Euro-92, Euro-96, Mondial-98 et Euro-2000), ils n'ont cette fois-ci pas flanché face à de séduisants scandinaves qui les auront tenus en échec 120 minutes durant.

Requinqués par ce succès, les Bataves vendront cher leur peau face au Portugal, et compteront sur le jeune Arjen Robben, 20 ans, qui, au même titre que le Tchèque Baros, 22 ans, et le Portugais Cristiano Ronaldo, 19 ans, est d'ores et déjà une des grandes révélations de ce tournoi avant même la finale, le 4 juillet.

Programme des demi-finales:

. Mercredi: 18h45 GMT Portugal - Pays-Bas . Jeudi: 18h45 Grèce - République tchèque La finale a lieu dimanche 4 juillet (18h45 GMT) à Lisbonne (stade da Luz)

. Quarts de finale: Portugal - Angleterre 2 - 2 a.p. Portugal qualifié aux tirs au but (6-5) France - Grèce 0 - 1 Suède - Pays-Bas 0 - 0 Pays-bas qualifiés aux tirs au but (5-4) République tchèque - Danemark 3 - 0 Buts:

République tchèque: Koller (49), Baros (63, 65) 1er tour:

GROUPE A

Espagne - Portugal 0 - 1Russie - Grèce 2 - 1Portugal - Grèce 1 - 2Espagne - Russie 1 - 0Grèce - Espagne 1 - 1Russie - Portugal 0 - 2 Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif 1. Portugal 6 3 2 0 1 4 2 +2 qualifié 2. Grèce 4 3 1 1 1 4 4 0 qualifiée ----------------------- ---- --- --- --- --- ---- ---- --- 3. Espagne 4 3 1 1 1 2 2 0 4. Russie 3 3 1 0 2 2 4 -2 GROUPE B

Croatie - Angleterre 2 - 4Suisse - France 1 - 3Suisse - Croatie 0 - 0France - Angleterre 2 - 1Angleterre - Suisse 3 - 0Croatie - France 2 - 2 Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif 1. France 7 3 2 1 0 7 4 +3 qualifiée 2. Angleterre 6 3 2 0 1 8 4 +4 qualifiée -------------------------- ---- --- --- --- --- ---- ---- --- 3. Croatie 2 3 0 2 1 4 6 -2 4. Suisse 1 3 0 1 2 1 6 -5 GROUPE C

Italie - Bulgarie 2 - 1Danemark - Suède 2 - 2Danemark - Italie 0 - 0Suède - Bulgarie 5 - 0Bulgarie - Danemark 0 - 2Italie - Suède 1 - 1 Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif 1. Suède 5 3 1 2 0 8 3 +5 qualifiée 2. Danemark 5 3 1 2 0 4 2 +2 qualifié -------------------------- ---- --- --- --- --- ---- ---- --- 3. Italie 5 3 1 2 0 3 2 +1 4. Bulgarie 0 3 0 0 3 1 9 -8 GROUPE D

Pays-Bas - Lettonie 3 - 0Allemagne - Republique tchèque 1 - 2Republique tchèque - Lettonie 2 - 1Allemagne - Pays-Bas 1 - 1Lettonie - Allemagne 0 - 0Pays-Bas - République tchèque 2 - 3 Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif 1. Republique tchèque 9 3 3 0 0 7 4 +3 qualifiée 2. Pays-Bas 4 3 1 1 1 6 4 +2 qualifiés ---------------------- ----- ---- ---- ---- --- ---- ---- -- 3. Allemagne 2 3 0 2 1 2 3 -1 4. Lettonie 1 3 0 1 2 1 5 -4



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 28-06-2004 à 13:20:29   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Open de France de golf: Jean-François Remesy, la victoire programmée



GUYANCOURT (Yvelines) (AFP), le 28-06-2004
La victoire de Jean-François Remesy dans l'Open de France de golf, dimanche sur le parcours de Saint-Quentin-en-Yvelines, est la première d'un Français depuis 35 ans et le succès de Jean Garaïalde en 1969.

En fait la victoire de Jean-François Remesy est bien plus symbolique car c'est la première fois qu'un Français s'impose dans son tournoi national depuis l'instauration du circuit européen et de son professionnalisme moderne.

Elle flatte très justement les ego à la fois de la Fédération française de golf (FFG) et d'Amaury sport organisation (ASO), organisateur de la compétition.

S'agissant de la FFG, la montée en puissance du golf professionnel français reste le résultat d'un travail entrepris il y a une vingtaine d'année du temps des mandats de Claude-Roger Cartier et poursuivi par son successeur Philippe Martin.

Cela va de la réorganisation de la direction technique nationale ainsi que des équipes régionales et nationales des jeunes, la pierre angulaire de la partie sportive, à l'adoption d'une convention collective pour l'ensemble des personnels.

La FFG a en effet été la première à se doter d'une convention collective bien avant toutes les autres. Cela aussi a été la création d'un cursus des métiers du golf au sein de l'Université de Montpellier.

Une fois toute cette "intendance" mise en place, il y avait de quoi assurer la partie sportive, tout en sachant que le but d'une fédération est de s'occuper en priorité de ses licenciés, de ses clubs et de ses ligues, tous des amateurs, et non des professionnels, qui par définition sont en marge.

Cela a eu pour effet de monter le niveau général des golfeurs français, autant au niveau du bagage technico-sportif que du mental lors de leur arrivée sur le circuit professionnel.

Les Français sont actuellement le deuxième contingent en Europe, et comme le faisait remarquer Remesy, "lorsque l'un d'entre nous gagne c'est aussi la victoire de tous. Cela mérite d'être souligné car le golf est un sport individuel et entre nous il existe une grande solidarité. Il n'y a pas de jalousie". Cela s'est vu dimanche à Saint-Quentin-en-Yvelines, où tous les joueurs français étaient présents au 18e trou pour soutenir "Jef".

"La vitrine du golf reste le golf professionnel, a toujours dit Philippe Martin. Nous avons besoin d'un grand professionnel pour tirer notre discipline".

Depuis Jean Garaïalde la France a eu de grandes joueuses: Catherine Lacoste, Marie-Laure de Laurenzi et Patricia Meunier-Lebouc. Mais aucune n'a franchi la barre de la notoriété qui "tire un sport" comme l'avait fait en son temps Marie-José Pérec avec l'athlétisme.

Remesy le fera-t-il ? Si oui ce sera justice. Si non, c'est que décidément, pour le public, le golf reste en marge.

"On ne pouvait pas rêver mieux, a indiqué Patrice Clerc, le Président d'ASO. La victoire de Remesy pour notre vraie première année d'organisateur c'est tout simplement formidable".

Lui, l'ancien joueur de tennis, puis "patron" de Roland-Garros, fait toujours référence à la victoire de Yannick Noah en 1983 dans le simple des Internationaux de France et le déclenchement d'un phénomène autour du tennis.

Le parallèle reste cependant osé car en terme de golf, la problématique n'est pas la même. En tennis, on peut toujours s'acheter une raquette et taper tout seul sur un mur. En golf, il faut un minimum d'équipement.

Là encore la FFG a innové il y a quelques années avec les compacts golfs, qui permettent d'attraper le virus de ce jeu en ville.

Pour toutes ces raisons, la victoire de Remesy, ou d'un autre, dans l'Open de France ne pouvait pas tarder. C'était inéluctable, et l'on verra certainement bientôt un Français gagner un majeur. Jean Van de Velde et Thomas Levet l'ont bien montré en 1999 et 2002 au British Open en terminant 2e.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 28-06-2004 à 13:21:14   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Rallye de Turquie: Loeb vainqueur sur Citroën



KEMER (Turquie) (AFP), le 27-06-2004
Le Français Sébastien Loeb (Citroën Xsara) a triomphé sur trois roues dans le Rallye de Turquie, dimanche, à Kemer, dans la région d'Antalya (sud-ouest), après avoir craint de devoir abandonner les lauriers qu'il venait de glaner de haute lutte.

Le leader du Championnat du monde est en effet passé très près d'un abandon forcé, juste après avoir franchi en vainqueur le dernier secteur chronométré. Il n'a dû qu'à une intervention radicale digne d'un chirurgien militaire de s'imposer à la régulière sur la terre pour la première fois.

Loeb avait été déclaré vainqueur du Rallye de Chypre plusieurs jours après avoir conquis la deuxième place de cette épreuve. Le Finlandais Marcus Gronholm, lauréat sur le terrain, avait été déclassé parce que sa Peugeot 307 était équipée d'un ventilateur différent de celui déclaré par le constructeur français lors de son homologation.

Dimanche, Loeb et Daniel Elena, son co-pilote, ont fait preuve d'une remarquable présence d'esprit pour ramener une voiture mal en point, qui avait donné des signes d'inquiétude dans la dernière spéciale.

"Le roulement de la roue arrière droite a cassé (ndlr: et non celui de la roue arrière gauche, comme indiqué dans un premier temps). Le frottement a chauffé et provoqué la dilatation des plaquettes de freins. La voiture freinait seule et, quand je le lui commandais, elle s'y refusait. Je roulais en crabe à fond dans les lignes droites. Je ne contrôlais plus rien et j'avais du mal à savoir ce que voulait réellement la voiture", a raconté Loeb.

Il s'est arrêté après le dernier chrono sur le parcours routier de liaison conduisant au parc fermé, à Kemer. "Le pneu commençait à brûler à cause de la surchauffe. Nous avons retiré la roue. Sur les 25 kilomètres qu'il nous restait à parcourir, le disque et le triangle de suspension frottaient, mais nous sommes rentrés dans les temps", a souri le pilote, enfin soulagé.

C'est dans ces conditions rocambolesques qu'il a remporté sa quatrième victoire de la saison, la huitième de sa carrière. Le reste de la course avait été plus sportif.

Trois jours durant, le Français a ferraillé avec Gronholm sans jamais rompre. Son avance a fluctué entre cinq et trente secondes et, quand le Scandinave s'apprétait à porter l'estocade, Loeb trouvait la parade et ripostait.

Le Finlandais, bien que diminué par des problèmes intestinaux, a tenté de réagir le dernier jour, remportant l'ES14. Gronholm s'est finalement essoufflé, vaincu par la douleur, dans l'ES16. Dans la dernière spéciale, qui aurait pu être fatale à Loeb, il ne lui a repris que cinq secondes.

Citroën s'envole au classement des constructeurs. La marque française s'impose en Turquie pour la deuxième fois puisque, l'année dernière, l'Espagnol Carlos Sainz l'avait emporté pour une première victoire de la Xsara sur terre. Indisposé par la chaleur, il termine quatrième cette année, marquant des points précieux.

Le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) prend la troisième place après s'être imposé dans six épreuves spéciales, autant que Loeb, avec qui il n'a pu se départager dans l'ES15 où les deux pilotes terminent ex-aequo. Il a surtout brillé sur la fin, remportant trois des quatre spéciales de dimanche.

Loeb conforte sa position en tête du classement général provisoire du Championnat du monde. Il reste toutefois sous la menace directe de Solberg, à 9 points.

Il regrette son abandon au Mexique. "Il me coûte cher. Avec le nouveau règlement, il faut marquer des points partout", remarque-t-il.

1. Sébastien Loeb-Daniel Elena (FRA/Citroën Xsara) 4 h 48:26.8 2. Marcus Gronholm-Timo Rautiainen (FIN/Peugeot 307 WRC) à 26.2 3. Petter Solberg-Philip Mills (NOR-GBR/Subaru Impreza WRC) 36.7 4. Carlos Sainz-Marc Marti (ESP/Citroën Xsara) 2:49.3 5. François Duval-Stéphane Prévot (BEL/Ford Focus WRC) 4:26.8 6. Mikko Hirvonen-Jarno Lehtinen (FIN/Subaru Impreza WRC) 6:01.1 7. Janne Tuohino-Jukka Aho (FIN/Ford Focus WRC) 11:44.9 8. Antony Warmbold-Gemma Price (ALL-GBR/Ford Focus WRC) 21:15.3 9. Serkan Yazici-Can Okan (TUR/Ford Focus WRC) 21:40.810. Gigi Galli-Guido d'Amore (ITA/Mitsubishi Lancer WRC) 32:08.911. Per Gunnar Andersson-Jonas Andersson (SUE/Suzuki Ignis 1600) 36:29.412. Kosti Katajamaki-Timo Alanne (FIN/Suzuki Ignis 1600) 36:35.813. Guy Wilks-Phil Pugh (ENG/Suzuki Ignis 1600) 37:27.014. Guerlain Chicherit-Matthieu Beaumel (FRA/Citroën Saxo 1600) 39:28.115. Hakan Dinc-Okan Avci (TUR/Subaru Impreza) 39:34.616. Urmo Aava-Kuldar Sikk (EST/Suzuki Ignis 1600) 40:16.117. Mirko Baldacci-Giovanni Bernacchini (ITA/Suzuki Ignis 1600) 42:05.118. Ali Ersin-Ahmet Yoruk (TUR/Mitsubishi Lancer Evolution VI) 48:44.019. Hamdi Unal-Kaan Ozsenler (TUR/Fiat Palio 1600) 48:52.820. Burak Cukurova-Baran Alpay (TUR/Renault Clio 1600) 48:53.5 ...24. Markko Martin-Michael Park (EST-GBR/Ford Focus WRC) 56:31.9 Principaux abandons:

Gilles Panizzi-Hervé Panizzi (FRA/Mitsubishi Lancer WRC), dans l'ES4, sur panne électronique.

Harri Rovanpera-Risto Pietilainen (FIN/Peugeot 307 WRC), dans l'ES13, boîte de vitesse bloquée sur le point mort.

Nicolas Bernardi-Jean-Marc Fortin (FRA-BEL/Renault Clio 1600), dans l'ES13, sur panne mécanique.

Vainqueurs des spéciales: Martin (ES1), Loeb (ES2, ES3, ES8, ES10, ES11, ES15), Rovanpera (ES4), Sainz (ES5), Gronholm (ES6, ES9, ES14), Solberg (ES7, ES12, ES13, ES15, ES16, ES17). NB: Loeb et Solberg sont ex aequo dans l'ES15.

Classements du Championnat du monde

Pilotes:

1. Sébastien Loeb (FRA) 53 pts 2. Petter Solberg (NOR) 44 3. Markko Martin (EST) 34 4. Marcus Gronholm (FIN) 32 5. Carlos Sainz (ESP) 24 6. François Duval (BEL) 23 7. Mikko Hirvonen (FIN) 13 8. Janne Tuohino (FIN) 12 9. Harri Rovanpera (FIN) 1010. Daniel Carlsson (SUE) 611. Freddy Loix (BEL) 4 . Gilles Panizzi (FRA) 413. Manfred Stohl (AUT) 3 . Henning Solberg (NOR) 315. Jussi Valimaki (FIN) 2 ... Constructeurs:

1. Citroën 80 pts2. Ford 653. Subaru 594. Peugeot 475. Mitsubishi 11



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 28-06-2004 à 13:26:25   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Les Bleus accueillis par leurs supporteurs à Roissy



AEROPORT DE ROISSY (AFP), le 27-06-2004
L'équipe de France de football est arrivée samedi soir vers 22H15 dans un vol Air France en provenance de Porto à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle où elle a été accueillie par plusieurs centaines de supporteurs.

Malgré leur élimination vendredi en quart de finale de l'Euro 2004 contre la Grèce (0-1), une dizaine de Bleus, auxquels manquaient quelques cadres tels Zinedine Zidane, Fabien Barthez, Marcel Desailly ou Thierry Henry, ont été applaudis par des supporteurs bienveillants qui n'ont pas manqué de leur demander quelques autographes.

Le sélectionneur Jacques Santini, présent lui aussi, s'est refusé à tout commentaire et se tenait en retrait de l'agitation ambiante, en compagnie de l'encadrement technique tricolore. Pour Louis Saha, attaquant des Bleus, les footballeurs français n'ont "pas été à la hauteur. C'est très dur". Pour Steve Marlet, "la déception est à la hauteur de nos espérances". "On avait quand même beaucoup d'ambition, malheureusement, ça ne s'est pas passé comme on le souhaitait", explique Mickaël Landreau selon qui "il est encore trop tôt pour réfléchir à froid".

Certains joueurs, portant le masque, n'ont pas souhaité s'exprimer, tels Jean-Alain Boumsong ou Patrick Vieira, qui n'a pas refusé pour autant de donner des autographes. Pour sa part, Lilian Thuram, cible de nombreux chasseurs d'autographes, reconnaît que la présence de nombreux supporteurs "ne change rien à la déception".

Malgré la déception, la fidélité est de mise pour les supporteurs qui ont fait le déplacement à Roissy. Daniel, agent d'escale Air France, très fier de montrer à ses collègues la carte d'embarquement dédicacée de Lilian Thuram, estime que "c'est un Euro, point barre ! On les sentait capable de bien mieux, c'est sûr, mais bon". "Ca ne m'a pas découragée, parce qu'ils nous ont tellement donné de bonheur en 1998 et en 2000 que je ne vois pas comment leur en vouloir", juge pour sa part une supportrice de Villeparisis. "Tout le monde les adorait quand ils ont gagné la Coupe du monde et en 2000, reprend-elle. Dire qu'ils sont nuls, c'est complètement faux".



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 28-06-2004 à 13:27:03   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Beckham: pour la presse asiatique, le charme est rompu



SINGAPOUR (AFP), le 27-06-2004
La presse asiatique, qui a contribué à faire de David Beckham une idole dans cette partie du monde, n'est plus sous le charme du joueur du Real Madrid eu égard à sa prestation à l'Euro-2004 de football et s'attaque même avec virulence au mythe du capitaine anglais.

Fini(s) les commentaires élogieux sur le jeu ou la dernière coiffure du mari de l'ex-Spice Girl Victoria, un couple dont chaque venue en Asie est un événement. Et si la presse se déchaîne encore, c'est désormais par le biais de commentaires sévères et volontiers moqueurs.

"Rate-le comme Beckham", titrait ainsi samedi en Une le journal de Singapour Straits Times, en référence au film "Joue-là comme Beckham" - un grand succès en Asie - et suite au nouveau penalty manqué par la vedette lors de la séance de tirs au but contre le Portugal, jeudi à Lisbonne en quart de finale de l'Euro.

Une photo du joueur anglais, étalé de tout son long sur la pelouse du stade da Luz, trône sous ce titre sarcastique.

"Joueur de football, +pop star+, +coureur de jupon+, gâchis, dans cet ordre chronologique, voici la petite histoire de David Beckham", assène dimanche le Sunday Times, dans un résumé des déboires sportifs et conjugaux du joueur, cible des médias britanniques ces derniers mois pour des cas présumés d'adultère.

"En seulement une saison, le monde a assisté à la dégringolade du plus grand phénomène de mode (du football), (...) le pauvre +garçon+ n'est tout simplement pas à la hauteur de sa réputation", tranche le journal.

Son rival de Singapour, le New Paper, n'est pas moins mordant: "Personne n'a bénéficié d'un tel matraquage. Et personne n'est plus décevant non plus", proclame-t-il. Avant de conclure: "Le gamin qui avait fini par faire de l'ombre au génie d'un Eric Cantona s'est transformé en un milieu de terrain banal".

En Thaïlande et en Inde, le ton est moins acerbe, mais le constat identique.

"Manqué", se contente de titrer le Matichon thaïlandais à l'adresse du capitaine "au coeur brisé". L'Angleterre serait en demi-finale notamment "si Beckham n'avait pas tiré un penalty stupide à l'issue duquel il a blâmé l'état du terrain", estime le quotidien Siam Sport.

"La nouvelle Miss England", ironise The Times of India, dans un jeu de mot - le terme Miss signifiant aussi "manquer" en anglais - qui renvoie au côté glamour du couple Beckham.

La moquerie a même gagné l'Australie, comme en témoigne les écrits du Sunday Telegraph: "David Beckham vend un tas de boissons et de téléphones portables, mais il n'est toujours pas capable de marquer à 10 m du but".

"Jonny Wilkinson (le demi d'ouverture anglais champion du monde de rugby) n'aurait pas tiré plus haut", s'amuse le journal dominical.

David Beckham aura bientôt l'occasion de faire le point sur sa popularité en Asie. En dépit de l'expérience peu concluante de l'an dernier en terme sportif, et même s'il doit passer par le tour préliminaire de la Ligue des champions, début août, le Real Madrid a conservé dans son programme estival une "mini-tournée" au Japon, fin juillet.



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 29-06-2004 à 16:15:21   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Wimbledon: Mauresmo et Serena Williams qualifiées pour les quarts



LONDRES (AFP), le 29-06-2004
La Française Amélie Mauresmo (N.4) s'est qualifiée pour les quarts de finale du tournoi de tennis sur gazon de Wimbledon en battant l'Italienne Silvia Farina Elia (N.14), 7-5, 6-3, mardi.

L'Américaine Serena Williams, tenante du titre et tête de série numéro 1, s'est qualifiée pour sa part en battant la Française Tatiana Golovin (54e mondiale) 6-2, 6-1, mardi.

Au prochain tour, Mauresmo rencontrera la gagnante du match opposant l'Italienne Rita Grande (103e) à l'Argentine Paola Suarez (N.9). Serena Williams rencontrera la gagnante du match opposant la Russe Nadia Petrova (N.10) à l'Américaine Jennifer Capriati (N.7).

Sébastien Grosjean (N.10) avait été le premier lundi à accéder aux quarts de finale.

Vainqueur de l'Américain Robby Ginepri (N.27) 6-2, 6-2, 7-6 (7/4), Grosjean avait déjà rencontré, et battu au même stade de la compétition cet adversaire, qui ne fait pas dans la dentelle, aux Internationaux d'Australie en début d'année. Il lui avait alors abandonné le deuxième set.

. Simple dames (8e de finale): Amélie Mauresmo (FRA/N.4) bat Silvia Farina Elia (ITA/N.14) 7-5, 6-3Serena Williams (USA/N.1) bat Tatiana Golovin (FRA) 6-2, 6-1 Paola Suarez (ARG/N.9) bat Rita Grande (ITA) 4-6, 6-0, 6-2 Principaux matches au programme de la journée (en heures françaises):

. Central à partir de 14h00 Serena Williams (USA/N.1) - Tatiana Golovin (FRA) Ai Sugiyama (JAP/N.11) - Maria Sharapova (RUS/N.13) . Court N.1 à partir de 14h00 Nadia Petrova (RUS/N.10) - Jennifer Capriati (USA/N.7) Lidsay Davenport (USA/N.5) - Karolina Sprem (CRO) . Court N.2 à partir de 13h00 Amélie Mauresmo (FRA/N.4) - Silvia Farina Elia (ITA/N.14) . Court N.13 à partir de 13h00 Paola Suarez (ARG/N.9) - Rita Grande (ITA)



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 29-06-2004 à 16:16:18   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Euro-2004: la République tchèque et le Portugal se distinguent



LISBONNE (AFP), le 28-06-2004
Favoris de l'Euro-2004 de football, la République tchèque et le Portugal se sont montrés à la hauteur de leurs ambitions lors de quarts de finale également marqués par l'élimination du champion d'Europe en titre, la France, battu par l'inattendue Grèce, et l'âpre succès des Pays-Bas.

En demi-finales, les Portugais, hôtes de la compétition, affronteront les Néerlandais, mercredi à Lisbonne (stade Alvalade), tandis que le lendemain Tchèques et Grecs en découdront à Porto (stade du Dragon).

Incontestablement, ce sont les Tchèques qui, comme au premier tour - où ils furent les seuls à remporter leurs trois matches -, ont fait la plus forte impression, étouffant le pourtant valeureux Danemark (3-0), dimanche à Porto.

En plus de compter des individualités capables de faire la différence à tout moment (Nedved, Baros, Koller, Poborsky, Rosicky) et de dégager une impressionnante force collective, les hommes de Karel Brueckner font étalage d'une fraîcheur physique qui leur permet d'accélerer au moment même où leur adversaire commence à baisser légèrement de pied.

Contre les Danois, les Tchèques furent ainsi contenus en première période comme ils l'avaient été lors de leurs précédentes rencontres. Mais, sans rien changer à leurs habitudes, ils mirent un coup d'accélérateur fatal aux Nordiques en deuxième période, inscrivant trois buts dont deux grâce à l'attaquant Milan Baros, devenu meilleur buteur du tournoi (5 buts).

"La première période n'est pas la plus importante", expliquait Brueckner en souriant après la rencontre, d'autant plus heureux que pour la première fois sa défense - talon d'Achille d'un équipe irrésistiblement portée vers l'avant - n'a pas encaissé de but.

Devenus les favoris N.1 de l'Euro, Nedved et consorts devront se frotter mercredi à la Grèce, surprenante demi-finaliste. Avec discipline et rigueur à défaut de génie, les modestes grecs, déjà tombeurs du Portugal en match d'ouverture (2-1), ont réalisé un nouvel exploit en éliminant la France (1-0), championne d'Europe en titre, vendredi à Lisbonne.

Mais ce n'est pas faire injure à la Grèce que de dire qu'elle aura la tâche extrêmement compliquée face à la République tchèque, tant sa qualification tient davantage à la passivité et l'incroyable médiocrité des Français qu'à ses propres qualités.

Dans l'autre demi-finale, c'est la sélection du Portugal qui aura la faveurs des pronostics. Non seulement parce qu'elle peut compter sur le soutien fervent de millions de Portugais, mais bien plus encore parce que Luiz Felipe Scolari, imperméable aux critiques, semble avoir enfin trouvé la bonne formule.

Les choix du sélectionneur brésilien ont en effet été déterminants dans le parcours de la Seleçcao, qui a éliminé l'Angleterre aux tirs au but au terme d'une rencontre haletante (1-1 à la fin du temps réglementaire, 2-2 a.p.), jeudi à Lisbonne.

Comme lors des matches du premier tour, le "coaching" de Scolari fut opportun, le salut venant des remplaçants (Helder Postiga, Simao et Rui Costa) face à une équipe anglaise qui, même dominée, mena au score pendant près de 80 minutes.

Seul le "galactique" Luis Figo n'aura pas apprécié les changements de Scolari puisqu'il en fut "victime", remplacé par Helder Postiga... qui arracha l'égalisation quelques minutes plus tard.

Mercredi, il faudra encore de l'inspiration à Scolari face aux Pays-Bas, une équipe qui, après une mise en route pénible (nul face à l'Allemagne 1-1, puis défaite face à la République tchèque 2-3), a retrouvé quelques couleurs et, plus encore, de la confiance.

En battant la Suède (5 t.a.b à 4, 0-0 a.p.) samedi à Faro (sud), les Néerlandais ont mis fin à la "malédiction" des tirs au but qui les frappait depuis plus de dix ans. Après quatre éliminations en phase finale lors de la séance des penalties (Euro-92, Euro-96, Mondial-98 et Euro-2000), ils n'ont cette fois-ci pas flanché face à de séduisants scandinaves qui les auront tenus en échec 120 minutes durant.

Requinqués par ce succès, les Bataves vendront cher leur peau face au Portugal, et compteront sur le jeune Arjen Robben, 20 ans, qui, au même titre que le Tchèque Baros, 22 ans, et le Portugais Cristiano Ronaldo, 19 ans, est d'ores et déjà une des grandes révélations de ce tournoi avant même la finale, le 4 juillet.

Programme des demi-finales:

. Mercredi: 18h45 GMT Portugal - Pays-Bas . Jeudi: 18h45 Grèce - République tchèque La finale a lieu dimanche 4 juillet (18h45 GMT) à Lisbonne (stade da Luz)

. Quarts de finale: Portugal - Angleterre 2 - 2 a.p. Portugal qualifié aux tirs au but (6-5) France - Grèce 0 - 1 Suède - Pays-Bas 0 - 0 Pays-bas qualifiés aux tirs au but (5-4) République tchèque - Danemark 3 - 0 Buts:

République tchèque: Koller (49), Baros (63, 65) 1er tour:

GROUPE A

Espagne - Portugal 0 - 1Russie - Grèce 2 - 1Portugal - Grèce 1 - 2Espagne - Russie 1 - 0Grèce - Espagne 1 - 1Russie - Portugal 0 - 2 Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif 1. Portugal 6 3 2 0 1 4 2 +2 qualifié 2. Grèce 4 3 1 1 1 4 4 0 qualifiée ----------------------- ---- --- --- --- --- ---- ---- --- 3. Espagne 4 3 1 1 1 2 2 0 4. Russie 3 3 1 0 2 2 4 -2 GROUPE B

Croatie - Angleterre 2 - 4Suisse - France 1 - 3Suisse - Croatie 0 - 0France - Angleterre 2 - 1Angleterre - Suisse 3 - 0Croatie - France 2 - 2 Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif 1. France 7 3 2 1 0 7 4 +3 qualifiée 2. Angleterre 6 3 2 0 1 8 4 +4 qualifiée -------------------------- ---- --- --- --- --- ---- ---- --- 3. Croatie 2 3 0 2 1 4 6 -2 4. Suisse 1 3 0 1 2 1 6 -5 GROUPE C

Italie - Bulgarie 2 - 1Danemark - Suède 2 - 2Danemark - Italie 0 - 0Suède - Bulgarie 5 - 0Bulgarie - Danemark 0 - 2Italie - Suède 1 - 1 Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif 1. Suède 5 3 1 2 0 8 3 +5 qualifiée 2. Danemark 5 3 1 2 0 4 2 +2 qualifié -------------------------- ---- --- --- --- --- ---- ---- --- 3. Italie 5 3 1 2 0 3 2 +1 4. Bulgarie 0 3 0 0 3 1 9 -8 GROUPE D

Pays-Bas - Lettonie 3 - 0Allemagne - Republique tchèque 1 - 2Republique tchèque - Lettonie 2 - 1Allemagne - Pays-Bas 1 - 1Lettonie - Allemagne 0 - 0Pays-Bas - République tchèque 2 - 3 Classement: Pts J G N P Bp Bc Dif 1. Republique tchèque 9 3 3 0 0 7 4 +3 qualifiée 2. Pays-Bas 4 3 1 1 1 6 4 +2 qualifiés ---------------------- ----- ---- ---- ---- --- ---- ---- -- 3. Allemagne 2 3 0 2 1 2 3 -1 4. Lettonie 1 3 0 1 2 1 5 -4



--------------------
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8Page précédentePage suivante
 
 Funtasia  Archives générales Funtasia  Archives générales Funtasia !  Info sports/Juin!Nouveau sujet
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum