Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation, pour permettre la mesure d'audience et à des fins publicitaires. Les données collectées peuvent être partagées avec des tiers.X
 
Funtasia
Administrateurs : bambi, fredchoucas
 
 Funtasia  Archives générales Funtasia  Archives générales Funtasia ! 

 Monde/Août!

Nouveau sujet
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8Page précédentePage suivante
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:22:34   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Ottawa choisit deux femmes pour pourvoir aux postes vacants à la Cour suprême
Presse Canadienne

Le gouvernement de Paul Martin a proposé mardi la nomination de deux femmes, Louise Charron et Rosalie Abella, afin de pourvoir aux postes de juges vacants à la Cour suprême du Canada.

Et pour la première fois de l'histoire, un comité parlementaire interrogera mercredi le ministre de la Justice, Irwin Cotler, quant à l'à-propos des candidates. La séance sera télévisée.

Mmes Charron, 53 ans, et Abella, 58 ans, sont toutes deux juges à la Cour d'appel de l'Ontario. La première est une Franco-Ontarienne d'Ottawa, spécialiste en droit criminel, tandis que la deuxième, une experte en droits de la personne, est magistrate depuis l'âge de 29 ans.

Dans des jugements antérieurs, les deux juristes se sont prononcées en faveur des droits des homosexuels, ce qui pourrait avoir un impact lorsque la Cour suprême examinera la légalité du mariage des conjoints de même sexe, en octobre.

Ces nominations feront par ailleurs passer le nombre de femmes au plus haut tribunal du pays à quatre (sur un total de neuf) _ un sommet historique.

"C'est le mérite qui a conduit à ces deux remarquables finalistes", a assuré le ministre Cotler lors d'un point de presse. "Nous n'avons pas pris en compte les questions d'idéologie ou de sexe. (...) Leurs jugements et leurs écrits parlent d'eux-mêmes."

M. Cotler, un ancien professeur de droit, a consulté la juge en chef, Beverley McLachlin, le procureur général de l'Ontario, Michael Bryant, et d'autres experts avant de faire ses recommandations au premier ministre Paul Martin.

Nouveau processus

Mais dès mercredi, un comité composé de trois députés libéraux, de deux conservateurs, d'un bloquiste et d'un néo-démocrate, examinera les candidatures de Mmes Charron et Abella. Des représentants du Barreau du Haut-Canada et du Conseil de la magistrature de l'Ontario les assisteront dans leur tâche.

Vendredi, les parlementaires soumettront leurs observations au gouvernement, mais ils ne disposeront pas d'un droit de veto sur les nominations, ce qui déplaît aux conservateurs.

"Nous ouvrons le processus, s'est défendu Irwin Cotler. Le comité ne pouvait être que consultatif, sinon, nous devrions changer la Constitution."

Le ministre n'a pas voulu évoquer la possibilité que le comité renvoie le gouvernement à ses devoirs et se penche sur d'autres candidatures, dans l'éventualité où l'on découvrirait une irrégularité dans le dossier d'une des juges.

"Nous croyons que cette approche plus transparente permettra aux Canadiens de mieux apprécier les qualités et les qualifications exceptionnelles des personnes `nominées' à notre plus haut tribunal, qui est la pierre angulaire de notre démocratie, a souligné M. Cotler. Par ailleurs, cette approche permet d'éviter le spectacle inconvenant d'une interrogation éventuelle des juges candidats portant sur des questions de nature personnelle."

Même s'ils ont donné leur consentement à ce processus provisoire, les conservateurs ont été prompts à le dénoncer, mardi.

"Paul Martin a promis une participation parlementaire accrue au processus de nomination des juges à la Cour suprême, mais en vertu de ce nouveau système, il conserve le pouvoir absolu et les parlementaires ne jouent toujours pas de rôle significatif à cet égard", a estimé le critique à la Justice, Vic Toews. "Nous ne cherchons pas un droit de veto, mais tous les juges nommés devraient se présenter en personne devant un comité pour faire valoir leurs titres de compétence."

Le Bloc québécois ne réclame pas, lui non plus, la fin de la discrétion du premier ministre quant aux nominations au plus haut tribunal du pays.

"Mais il y a danger que (ce comité ad hoc) soit simplement un `rubber stamp' prestigieux, a affirmé le député Richard Marceau. C'est un premier pas, mais qui demeure peu important."

Le parti voudrait qu'un gouvernement provincial puisse établir une liste de finalistes lorsque surviennent des vacances devant être comblées par des juges de cette province.

Un comité de députés fédéraux examinerait ensuite cette liste, puis soumettrait ses recommandations au premier ministre, qui effectuerait le choix final.

M. Marceau n'a toutefois pas voulu remettre en cause les compétences des deux finalistes. "Ce sont des juges de grande qualité", a-t-il rappelé.

L'opposition aura une autre occasion de faire valoir ses arguments quant au processus définitif de nomination, puisque le gouvernement a demandé au comité ad hoc de lui remettre un rapport à cet égard d'ici à vendredi.

Ottawa a dû recourir à un processus provisoire en raison du départ subit de deux juges de la haute cour: Louise Arbour a quitté en juin pour devenir Haut commissaire aux droits de l'homme des Nations unies, alors que Frank Iacobucci est maintenant président intérimaire de l'Université de Toronto.

Née dans un camp de personnes déplacées en Allemagne, Rosalie Abella est diplomée en droit de l'université de Toronto. Elle a fait de la pratique civile et criminelle avant d'être nommée juge à la Cour de la famille de l'Ontario, en 1976.

En 1998, elle a rédigé un important jugement qui a, pour la première fois, reconnu légalement les couples de même sexe.

Quant à Louise Charron, elle a obtenu son baccalauréat en droit de l'Université d'Ottawa en 1975. Elle a été procureure adjointe de la Couronne dans la région de la capitale et professeure adjointe à son alma mater. En 1988, elle a accédé à la Cour de district de l'Ontario, avant de passer à la Cour d'appel, en 1995.

Dans un jugement qu'elle a signé en 1996, la juge Charron a invalidé une loi qui empêchait aux homosexuels de poursuivre leurs ex-conjoints aux fins de soutien alimentaire.

Les juges de la Cour suprême gagnent 261 100 $ par année.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:24:03   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

L'ex-juge en chef de la Cour supérieure du Québec avait frappé un camion
Presse Canadienne

C'est un camion conçu pour protéger les travailleurs de la voirie que l'ex-juge en chef de la Cour supérieure du Québec, Lyse Lemieux, a heurté, le 5 août dernier au soir, lors de son arrestation pour conduite avec facultés affaiblies, sur l'autoroute 13, à Montréal.

Selon des témoignages d'ouvriers recueillis sur place par le Journal de Montréal, les policiers sont arrivés sur les lieux très vite après l'accident. La collision n'a pas fait de blessé. Rappelons que jeudi dernier, Lyse Lemieux annonçait sa décision de quitter ses fonctions le 30 septembre prochain et de prendre sa retraite.

Peu après son accident, elle s'était vue remettre une citation à comparaître devant le tribunal alléguant la conduite avec facultés affaiblies et un taux d'alcoolémie dépassant la limite permise.

En 2001, son permis de conduire avait été suspendu pour trois mois. Elle avait atteint 15 points d'inaptitude, après avoir doublé un autobus d'écoliers.

Âgée de 68 ans, Lyse Lemieux a exercé la fonction de juge pendant 26 ans et six mois, dont presque dix ans dans des postes de direction.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:25:04   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Des jeunes trouvent une carte de guichet et son NIP
Presse Canadienne

Un groupe de quatre jeunes de Lévis s'en est donné à coeur joie récemment après avoir fait la découverte d'une carte de guichet automatique sur laquelle le numéro d'identification personnelle était inscrit.

Intrigués par ces informations, les jeunes se sont rendus dans un guichet pour y retirer 200 $. Devant le succès de l'opération, ils ont ensuite retiré 700 $ de plus en deux retraits distincts dans d'autres guichets du secteur.

C'est un commerçant étonné de l'argent qu'un des jeunes possédait qui a posé des questions à un parent. Devant les faits, ils ont décidé d'aller confesser la fraude aux policiers.

Aucune accusation de nature criminelle ne serait toutefois déposée contre eux. Les policiers et les institutions financières rappellent toutefois qu'il est fortement conseillé de mémoriser son numéro d'identification personnelle et non l'inscrire dans ses papiers



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:25:36   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Caroline Brunet directement en finale
Presse Canadienne

Les gens de l'entourage de Caroline Brunet le savent : le vent et l'Italienne Josefa Idem sont des sujets tabous en sa présence depuis les Jeux de Sydney, en 2000. La kayakiste de Lac-Beauport en a discuté plus librement mardi, après avoir surmonté les deux obstacles pour passer directement à la finale du K1 500 mètres des Jeux d'Athènes.

En remportant les honneurs de sa vague, dont faisait partie Idem qui l'avait privée de l'or dans des conditions de course très houleuses en 2000, Brunet a prouvé qu'elle pouvait se tirer d'affaires dans le vent. La double médaillée olympique a soufflé la victoire à l'Italienne par un dixième de seconde seulement, en pagayant les 500 mètres en une minute 50,366 secondes.


Moins d'une heure plus tard, la jeune Mylanie Barré, également de Lac-Beauport, et Brunet ont assuré leur qualification à la finale du K2 500 mètres, en terminant troisième de leur série.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:26:20   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

La police de Montréal saisit des armes et des explosifs dans un véhicule
Presse Canadienne

Des policiers de l'escouade tactique de Montréal ont découvert une forte quantité d'armes et d'explosifs mardi dans une fourgonnette stationnée sur le Boulevard René-Lévesque devant un édifice abritant les consulats du Costa Rica et du Panama.

Lors d'une opération qui a duré plusieurs heures, les policiers ont envoyé un robot pour examiner le véhicule et son contenu. En tout, ils ont saisi 15 armes à feu, dont des armes automatiques, des fusils métrailleurs, des pistolets, ainsi qu'une bonne quantité d'explosifs, soit entre 90 et 135 kilos.

Un porte-parole de la police Miguel Alston a qualifié cette saisie d'une des plus importantes de l'histoire de Montréal.

"La bonne nouvelle, c'est que les explosifs et les détonateurs n'étaient pas reliés. Ils ne pouvaient donc pas exploser", a précisé M. Alston.

La Police n'a pu dire de quel type d'explosif il s'agissait ni se prononcer sur leur puissance ou à qui ils appartenaient.

"Pour le moment, nous ne savons pas quelle organisation est impliquée."

Les policiers ont eu vent de la présence d'armes et d'explosifs grâce à un informateur.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:26:51   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Vingt-cinq mois de prison pour Gilbert Poulin
Presse Canadienne

Un Montréalais âgé de 44 ans, Gilbert Poulin, a été condamné ce matin au palais de justice de Montréal à 25 mois d'emprisonnement après avoir reconnu, il y a deux mois et demi, sa culpabilité pour délit de fuite ayant causé la mort.

Le 4 mars dernier, au volant de son automobile, Gilbert Poulin avait heurté à mort Marie-Paule Mallet, une enseignante à la retraite qui avait 58 ans, qui marchait en compagnie de son chien sur un trottoir du quartier Rosemont.


Les autorités soupçonnent que l'alcool a joué un rôle dans le comportement de M. Poulin. Dès son arrestation, Gilbert Poulin a été jeté en prison; il y séjourne depuis cinq mois et demi.


Gilbert Poulin n'en a pas fini avec la justice, puisqu'il est affligé de quelques autres dossiers qui demeurent pendants en cour, notamment un de bris de condition puisqu'il était en libération conditionnelle lorsqu'il a tué Mme Mallet.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:27:30   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Une femme est accusée du meurtre prémédité de sa mère
AgenceNews

Une femme âgée de 35 ans a été accusée lundi du meurtre prémédité de sa mère, au palais de justice de Montréal.

La victime, une femme de 69 ans, a été agressée dans la nuit de samedi à dimanche alors qu'elle se trouvait dans son logement de l'arrondissement de Montréal-Nord.

L'accusée, Nathalie Dion, a comparu brièvement lundi et reviendra devant le tribunal le 30 septembre. D'ici là, elle demeurera derrière les barreaux.

Son avocat pourrait réclamer que sa cliente soit soumise à un examen psychiatrique. Celle-ci possède un lourd dossier judiciaire



--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:05:39   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Paris célèbre le 60e anniversaire de sa Libération



PARIS (AFP), le 25-08-2004
Le 60ème anniversaire de la Libération de Paris, une journée où alternent solennité et fête, a débuté mercredi avec une cérémonie d'hommage aux Invalides sur le tombeau du maréchal , qui, à la tête de la 2ème DB, a libéré la capitale le 25 août 1944.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë est venu s'incliner dans la crypte des gouverneurs, où repose Philippe François Marie de Hauteclocque, et a déposé une gerbe. Une cérémonie organisée tous les ans, mais qui s'est déroulée cette année dans une émotion particulière, en présence de la veuve et des fils du maréchal.

Les sapeurs-pompiers, qui ont joué un rôle essentiel avant et pendant la Libération, notamment en informant les résistants, ont été à l'honneur à la Tour Eiffel. Eux qui avaient été obligés par les occupants d'amener le drapeau français du plus emblématique monument parisien, avaient réussi le 25 août 44 à hisser un drapeau confectionné dans la nuit avec des draps teints en bleu et en rouge.

Mercredi matin, des pompiers ont monté à pied les 1.760 marches de la Tour, un drapeau à la main, qu'ils ont déployé en haut de l'édifice. Puis trois d'entre eux sont descendus en rappel du premier étage de la Tour, avec chacun un grand étendard tricolore. Leur descente, avec en toile de fond les Invalides, a été vivement applaudie par l'assistance de plusieurs centaines de personnes.

M. Delanoë a remis la grande médaille de Vermeil de la Ville de Paris, la plus haute distinction de la Ville, au pompier Pierre Noël, membre du commando de 1944, ainsi qu'au fils d'un autre membre du commando. Accompagné du gouverneur militaire Marcel Valentin, il les a assurés de son "admiration" et de son "affection".

Une cérémonie militaire a été organisée en fin de matinée place de la Concorde, point de jonction des trois colonnes de la 2ème DB le 25 août 44, en présence du président Jacques Chirac et de pas moins de 28 ministres ou secrétaires d'Etat dont Michèle Alliot-Marie (Défense) et Hamlaoui Mekachera (Anciens combattants), ainsi que du maire de Paris Bertrand Delanoë. Nicolas Sarkozy était un des rares ministres absents.

Jacques Chirac a décoré trois anciens de la 2ème DB, deux ayant été faits chevaliers de la Légion d'honneur, une troisième grand officier de l'Ordre national du mérite.

Plusieurs centaines d'anciens de la 2eDB devaient ensuite participer à un déjeuner dans les jardins des Tuileries, sous un ciel plus que menaçant.

Sur France Inter, en début de matinée, M. Delanoë avait donné le ton de la journée. Il a souligné que c'est "la République qui fête, au-delà de nos différences, la liberté, la délivrance par rapport à la barbarie".

Dans l'après-midi, deux colonnes plus festives, l'une française et l'autre américaine, avec tenues et véhicules d'époque, devaient traverser Paris sur une mise en scène de Jérôme Savary.

Le programme officiel prévoit encore une prise d'armes à l'ancienne gare Montparnasse, qui servait d'état-major au général Leclerc, et une autre une demi-heure plus tard devant la "dalle des fusillés" aux jardins du Luxembourg.

Le point d'orgue de la journée sera l'inauguration par le président Chirac d'une plaque rappelant la signature de la reddition du général von Choltitz à la préfecture de police, suivie de la cérémonie solennelle sur le parvis de l'Hôtel de Ville, en présence du chef de l'Etat.

Revue des troupes, discours, défilé, lâcher de pigeons sont notamment au programme, de même que la diffusion du célèbre discours du général de Gaulle: "Paris! Paris outragé! Paris brisé! Paris martyrisé! Mais Paris libéré!".

Place aux festivités en soirée, avec le spectacle "Liberté-Liberty" à la Bastille, et les bals populaires.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:06:14   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Cesare Battisti dans une lettre à ses avocats: "Je reste en France"



PARIS (AFP), le 25-08-2004
L'ancien activiste d'extrême gauche italien Cesare Battisti affirme qu'il "reste en France" après s'être soustrait à son contrôle judiciaire, dans une lettre reçue mercredi par ses avocats et dont l'AFP a eu connaissance.

"Je ne quitterai pas la France, je ne saurai pas le faire, c'est mon pays et je n'en vois pas d'autre dans mon futur. Ma vérité est ici, beaucoup de citoyens français me l'ont confirmé", écrit Cesare Battisti.

Selon ses avocats Irène Terrel et Jean-Jacques De Felice, ce courrier a été "posté à Paris le 19 août" et son auteur, sous le coup d'une procédure d'extradition vers l'Italie pour des faits de terrorisme, leur a demandé de le "rendre public".

"Je me soustrais au contrôle judiciaire, donc, mais je reste en France, parce que c'est d'ici, avec l'aide de tous ceux qui encore croient à cette justice qui avait fait de la France le pays des Droits de l'Homme, que je continuerai à me battre afin que justice soit faite et à l'homme et à l'histoire", écrit Cesare Battisti.

Samedi dernier, l'ancien militant de 49 ans, condamné à perpétuité par contumace dans son pays, ne s'était pas présenté à son contrôle judiciaire, risquant ainsi un retour sous écrou extraditionnel - une détention - une fois que la cour d'appel de Paris aura statué sur son sort.

Mardi, des informations de presse faisaient état de sa probable fuite à l'étranger.

"La cour d'appel de Paris, en se déclarant favorable à mon extradition, m'a condamné à la prison à vie en Italie. Le choc est énorme, je ne pouvais pas croire que la justice française se plierait au pouvoir politique, revenant sur la chose déjà jugée en 1991, je ne pouvais pas croire qu'elle accepterait la contumace italienne qui ne me donne plus aucune possibilité de défense", écrit encore Cesare Battisti.

"Enfermé à vie, trente ans après les faits, ce seraient la famille, les enfants, d'autres vies qui paieraient. Je ne peux pas courir ce risque, ne plus revoir mes enfants, le pays où ils sont nés, l'idée m'est insupportable", poursuit-il.

"La déclaration de Jacques Chirac, deux jours après la décision de la cour d'appel, a achevé de m'ôter tout espoir. Face au gouffre, que me reste-t-il ? Seulement mes enfants et la subtile possibilité, un jour peut-être, de pouvoir m'expliquer sur mes responsabilités politiques et pénales et revenir enfin sur ce passé que l'Italie voudrait, me semble-t-il, enterrer à jamais au prix d'une sauvage contrefaçon historique", écrit-il encore.

"Cette conviction me donne le courage d'attendre l'ultime décision, jusqu'au dernier recours, dans l'espoir que, dans ce pays qui est le mien, les mots justice et liberté signifient encore quelque chose", conclut-il.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:06:51   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Bercy confirme "examiner" les droits de succession des résidences principales



PARIS (AFP), le 25-08-2004
Le ministère de l'Economie a indiqué mercredi qu'une franchise sur les résidences principales dans les droits de succession "fait partie des dispositifs examinés" dans le cadre du volet recettes du budget 2005 actuellement en préparation.

Les Echos avaient indiqué mercredi matin que le ministère des Finances envisageait une telle exonération, à hauteur de 150.000 euros, sur les droits de succession à acquitter par les descendants en ligne directe.

Bercy a confirmé à l'AFP qu'une telle mesure "fait partie des dispositifs examinés", mais n'est pas encore sûre : "Cela dépendra des priorités qu'on va retenir, des marges de manoeuvre, de l'articulation d'ensemble" du budget, a-t-on expliqué.

Ce serait la deuxième fois en quelques mois que le ministère des Finances prendrait des mesures sur le droit du patrimoine, après l'exonération temporaire (jusqu'au 31 mai 2005) de droits sur les donations d'argent, dans la limite de 20.000 euros. La mesure a entraîné 55.628 donations sur les mois de juin et juillet, pour un peu plus d'un milliard EUR, s'est félicité Bercy mercredi.

Toujours sur la fiscalité du patrimoine, interrogé sur le fait de savoir si Nicolas Sarkozy accepterait d'indexer sur l'inflation le barème de l'ISF (impôt sur la fortune) - qui n'a pas évolué depuis 1999, provoquant une hausse mécanique du nombre d'assujettis - le même responsable a répondu : "C'est le même cas de figure, on est actuellement dans un processus où remontent au cabinet toutes les idées, il n'y a aucune décision prise".

Selon ce responsable, Bercy entend privéligier des mesures fiscales qui "ne pèsent pas sur les comptes publics, en s'auto-finançant", comme celle sur les donations, l'argent transmis par les plus âgés étant supposé être injecté rapidement par les plus jeunes dans l'économie, dynamisant la consommation et donc la croissance, tout en alimentant les caisses de l'Etat par la TVA.

od/bb

Gouvernement-budget-2005

Bercy confirme "examiner" les droits de succession des résidences principales

PARIS (AFP) - Le ministère de l'Economie a indiqué mercredi qu'une franchise sur les résidences principales dans les droits de succession "fait partie des dispositifs examinés" dans le cadre du volet recettes du budget 2005 actuellement en préparation.

Les Echos avaient indiqué mercredi matin que le ministère des Finances envisageait une telle exonération, à hauteur de 150.000 euros, sur les droits de succession à acquitter par les descendants en ligne directe.

Bercy a confirmé à l'AFP qu'une telle mesure "fait partie des dispositifs examinés", mais n'est pas encore sûre : "Cela dépendra des priorités qu'on va retenir, des marges de manoeuvre, de l'articulation d'ensemble" du budget, a-t-on expliqué.

Ce serait la deuxième fois en quelques mois que le ministère des Finances prendrait des mesures sur le droit du patrimoine, après l'exonération temporaire (jusqu'au 31 mai 2005) de droits sur les donations d'argent, dans la limite de 20.000 euros. La mesure a entraîné 55.628 donations sur les mois de juin et juillet, pour un peu plus d'un milliard EUR, s'est félicité Bercy mercredi.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:07:27   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Les prix du pétrole remontent après le crash en Russie



LONDRES (AFP), le 25-08-2004
Les prix du pétrole étaient en légère hausse mercredi matin, en raison du crash suspect de deux avions en Russie et des combats en Irak, tandis que le marché attend prudemment les dernières estimations sur les stocks pétroliers américains.

A Londres, le baril de Brent pour livraison en octobre progressait de 40 cents à 42,72 dollars vers 10H00 GMT, mais reste bien en dessous de son niveau record établi vendredi dernier à 45,15 dollars.

Quant au baril de "light sweet crude" américain, il prenait 34 cents à 45,55 dollars lors des échanges électroniques, après avoir frôlé la barre symbolique des 50 dollars vendredi dernier.

Deux avions de ligne russes se sont écrasés mardi soir, tuant au total 90 personnes à bord, après avoir disparu des écrans radar quasiment au même moment, et faisant soupçonner une action terroriste, une hypothèse examinée soigneusement par le FSB (ex-KGB).

"On a évidemment craint que (le crash de) ces avions russes soit l'oeuvre d'al-Qaïda, mais il semble maintenant que cela soit plutôt un acte terroriste tchétchène avant les élections de dimanche" en Tchétchénie, note Robert Laughlin, opérateur de la maison de courtage GNI-Man Financial.

"Le marché observe les situations à Falloujah et Najaf: on a reçu des informations selon lesquelles le mausolée chiite avait été attaqué, mais cela a été démenti", ajoute-t-il.

Des blindés américains prenaient en tenailles mercredi matin les miliciens chiites retranchés dans le mausolée de l'imam Ali dans la ville sainte de Najaf. Un avion américain a tiré trois missiles à quelques mètres de l'édifice, dont les portes d'entrée ont été fermées par les miliciens.

A Falloujah, des avions et des chars de l'armée américaine ont bombardé des positions de combattants présumés.

"Tout le monde aura les yeux tournés aujourd'hui vers les chiffres des stocks américains, notamment sur l'essence et le brut", indique par ailleurs M. Laughlin.

Le département américain de l'Energie (DoE) et l'Institut américain du pétrole (API), privé, donneront vers 14H30 GMT de nouvelles indications sur l'état des stocks pétroliers aux Etats-Unis, premier consommateur mondial.

La maigreur persistante des stocks américains, attribuée entre autres à la robustesse de la demande et à la solidité de la croissance aux Etats-Unis, inquiète toujours les investisseurs.

Les analystes londoniens s'attendent à une hausse de 500.000 barils des stocks de brut et d'environ un million de barils (Mb) de ceux de produits distillés la semaine dernière. Mais ils tablent sur une chute de 2,2 Mb des réserves d'essence.

"Si les stocks d'essence subissent un net recul, alors ce pourrait être un nouveau déclic pour faire monter les cours", juge Robert Lauglin.

"Mais je reste d'avis que, sauf gros titre médiatique, les cours pourraient baisser un peu plus. Un petit repli supplémentaire est nécessaire après les mouvements brutaux des trois dernières semaines", ajoute cet opérateur.

"Un brut à 50 dollars à New York est toujours envisageable mais il se pourrait que l'on doive d'abord le voir baisser à 44 dollars", estime-t-il.

Les prix du pétrole se replient depuis lundi, le marché étant soulagé par la reprise des exportations en Irak, le retour au calme au Venezuela et les assurances du président Poutine sur la production russe.

"Les spéculateurs ont ramassé leurs bénéfices après que la reprise des exportations pétrolières irakiennes eut amélioré l'état de la production pétrolière mondial", rappellent les analystes de la maison de courtage Sucden.

Selon eux, l'Irak exporte 450.000 barils par jour par le nord et 1,44 million de barils par jour (mbj) par le sud, contre environ 800.000 barils par jour et 1,8 mbj en temps normal.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:08:02   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Sarkozy: "La croissance devrait atteindre 2,5% en 2004



PARIS (AFP), le 25-08-2004
Le ministre de l'Economie Nicolas Sarkozy a indiqué, mercredi en Conseil des ministres, que "la croissance économique devrait atteindre environ 2,5% en 2004", selon le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé qui s'exprimait à l'issue du Conseil.

"L'économie française va mieux", a déclaré Nicolas Sarkozy, dans une communication sur la situation et les perspectives de l'économie française en 2004. "Après 1,2% en 2002 et 0,5% en 2003, la croissance économique devrait atteindre environ 2,5% en 2004", a-t-il dit.

Pour le ministre de l'Economie, "les principales incertitudes proviennent de notre environnement international et des prix du pétrole" qui ont approché les 50 dollars le baril.

"Le maintien des cours actuels constituerait en effet un frein, modéré, à la croissance mondiale. Les effets de l'instabilité des prix des produits pétroliers sur la confiance des ménages et des entreprises appellent à une attention particulière", a-t-il dit.

"Cette reprise est d'abord soutenue par la consommation des ménages: au 2ème trimestre 2004, celle-ci est en hausse de 2,7% par rapport à l'année précédente", a souligné le ministre d'Etat.

"La reprise économique est aussi celle de l'investissement: après un recul de près de 20% en deux ans, l'investissement dans l'industrie concurrentielle devrait progresser de 8% cette année, selon les dernières enquêtes de conjoncture", a-t-il poursuivi.

Il a également indiqué que "l'inflation (2,3% en juillet) devrait refluer à partir de l'automne, dans l'hypothèse d'un repli progressif des prix des produits pétroliers".

"Grâce au dynamisme de l'économie au premier semestre", la reprise de l'emploi, "qui a été stabilisé après son recul de l'an passé", devrait "s'amplifier au second semestre", a ajouté Nicolas Sarkozy.

Le ministre a aussi souligné qu'au sein de la zone euro, "l'amélioration est plus marquée en France où le produit intérieur brut (PIB) progresse de 3% sur un an, contre 2% en moyenne pour l'ensemble de la zone".

Intervenant à l'issue de la communication de M. Sarkozy, Jacques Chirac a affirmé que la reprise de la croissance en France permettait "un optimisme raisonnable" et montrait qu'il fallait "poursuivre la politique" de réformes.

Le président de la République a aussi insisté sur la nécessité de "maîtriser (les) dépenses publiques" et "ne rien faire qui soit de nature à freiner les trois moteurs de la croissance que sont la consommation, les investissements et les exportations".


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:08:35   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Chirac: la reprise de la croissance "permet un optimisme raisonnable"



PARIS (AFP), le 25-08-2004
Jacques Chirac a affirmé mercredi que la reprise de la croissance en France permettait "un optimisme raisonnable" et montrait qu'il fallait "poursuivre la politique" de réformes, a rapporté le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé à l'issue du Conseil des ministres.

Il faut aussi, a ajouté Jacques Chirac, "veiller à continuer de respecter deux impératifs : maîtriser nos dépenses publiques" et "ne rien faire qui soit de nature à freiner les trois moteurs de la croissance que sont la consommation, les investissements et les exportations".

Pour Jacques Chirac, la maîtrise des dépenses publiques est dictée par le respect des "engagements européens" et par "le bon sens".

Le chef de l'Etat a fait valoir que ces résultats économiques n'étaient "pas le produit du hasard" mais "le résultat d'une action qui a consisté à faire des réformes indispensables, dont on parlait beaucoup autrefois, mais qu'on n'avait pas faites".

Ces réformes "difficiles pour les Français" ont permis à la France "d'être désormais créditée sur le plan international d'une capacité à réformer", a-t-il dit.

"Cela confirme aux Français que ces réformes sont nécessaires pour franchir ces caps et leur permettre de bénéficier du retour de la croissance, meilleur en France qu'ailleurs". "Il faut donc poursuivre cette politique", a-t-il dit.

Jacques Chirac intervenait à l'issue d'une communication en Conseil du ministre de l'Economie Nicolas Sarkozy qui a indiqué que "la croissance économique devrait atteindre environ 2,5% en 2004".


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:09:08   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Hollande ironise sur Sarkozy qui veut "promettre, promettre toujours"



PARIS (AFP), le 25-08-2004
François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste (PS) ironise sur le ministre de l'Economie, Nicolas Sarkozy, qui veut "promettre, promettre toujours" et le désigne "comme le principal adversaire de la gauche", dans une interview à paraître jeudi dans Le Nouvel Observateur.

L'accusant d'avoir emprunté "un libéralisme sans modération" à Edouard Balladur et un "clientélisme sans complexe" à Jacques Chirac, M. Hollande affirme que pour M. Sarkozy "la parole -que dis-je l'image- vaut action". "Il introduit les méthodes de la télé-réalité dans l'univers de la droite", ajoute-t-il.

"Nicolas Sarkozy ne regarde pas vers la République mais vers les Etats-unis", poursuit M. Hollande en lui reprochant de proposer non "pas la société du libre choix, mais celle d'un faux choix dans lequel l'individu a pour seule liberté de consentir à ce que lui impose l'ordre social".

"Vu les responsabilités qu'exerce Nicolas Sarkozy depuis deux ans et celles qui seront les siennes demain à l'UMP, vu ses ambitions affichées pour la présidentielle 2007", François Hollande estime qu'il "faut le désigner dès maintenant comme le principal adversaire de la gauche".

Pour la droite en général et Jacques Chirac en particulier, Nicolas Sarkozy n'est "pas un opposant mais un perturbateur", juge encore M. Hollande


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:10:31   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Hollande ironise sur Sarkozy qui veut "promettre, promettre toujours"



PARIS (AFP), le 25-08-2004
François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste (PS) ironise sur le ministre de l'Economie, Nicolas Sarkozy, qui veut "promettre, promettre toujours" et le désigne "comme le principal adversaire de la gauche", dans une interview à paraître jeudi dans Le Nouvel Observateur.

L'accusant d'avoir emprunté "un libéralisme sans modération" à Edouard Balladur et un "clientélisme sans complexe" à Jacques Chirac, M. Hollande affirme que pour M. Sarkozy "la parole -que dis-je l'image- vaut action". "Il introduit les méthodes de la télé-réalité dans l'univers de la droite", ajoute-t-il.

"Nicolas Sarkozy ne regarde pas vers la République mais vers les Etats-unis", poursuit M. Hollande en lui reprochant de proposer non "pas la société du libre choix, mais celle d'un faux choix dans lequel l'individu a pour seule liberté de consentir à ce que lui impose l'ordre social".

"Vu les responsabilités qu'exerce Nicolas Sarkozy depuis deux ans et celles qui seront les siennes demain à l'UMP, vu ses ambitions affichées pour la présidentielle 2007", François Hollande estime qu'il "faut le désigner dès maintenant comme le principal adversaire de la gauche".

Pour la droite en général et Jacques Chirac en particulier, Nicolas Sarkozy n'est "pas un opposant mais un perturbateur", juge encore M. Hollande


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:11:21   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Présidence d'EDF: l'épilogue est proche, François Roussely tient la corde



PARIS (AFP), le 25-08-2004
Après plusieurs semaines de silence alimentant les spéculations sur le nom de l'intéressé, le gouvernement s'apprête à nommer le futur président d'EDF alors que le sortant, François Roussely, reste dans la course à sa propre succession.

Le gouvernement désignera "prochainement" le président d'EDF, a affirmé mercredi le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé à l'issue du Conseil des ministres.

M. Copé a souligné que le gouvernement avait souhaité que la réforme du groupe public soit d'abord adoptée et promulguée. "Maintenant que c'est chose faite, la décision pourra intervenir prochainement", a-t-il dit.

La loi relative au changement de statut d'Electricité de France (EDF) et Gaz de France (GDF), qui transforme en sociétés anonymes les deux opérateurs historiques du secteur énergétique, est parue le 11 août au Journal Officiel.

Mercredi, le quotidien économique La Tribune écrit que le président de la République Jacques Chirac aurait exigé du gouvernement qu'il arrête un choix pour la présidence d'EDF dans les quinze prochains jours.

"L'Elysée a donné quinze jours à Jean-Pierre Raffarin pour arrêter son choix", affirme le journal citant une source proche du dossier.

La succession de François Roussely, nommé en 1998 à la tête du groupe public sous le gouvernement socialiste, traîne en longueur depuis près de huit semaines, alimentant les spéculations sur fond de rivalité entre Matignon et Bercy.

Jusqu'à l'été, le renouvellement du mandat de M. Roussely semblait être privilégié avant que la candidature de l'ancien ministre de l'Economie, Francis Mer, 65 ans, ne soit évoquée.

Mais cette dernière avait finalement été écartée le 6 août après que le Conseil constitutionnel eut annulé un article de loi supprimant la limite d'âge des dirigeants des entreprises publiques, proposé à l'initiative de Matignon.

Les noms de Henri Proglio, pdg de Veolia et de Pierre Gadonneix, pdg de Gaz de France, dont le mandat est également en attente de renouvellement, ont été cités à diverses reprises.

Reste que depuis près de deux mois, pour éviter d'éventuelles contestations juridiques, les principales décisions - à l'instar du choix du site du démonstrateur du réacteur nucléaire EPR - sont suspendues.

Afin de préparer le voyage officiel en Chine du président Chirac, dont les enjeux sont diplomatiques et commerciaux, M. Roussely se rendra lundi à Pékin.

"François Roussely, qui est aussi conseiller du maire de Pékin, s'est largement impliqué dans le développement des relations franco-chinoises et en particulier dans le développement du nucléaire français en Chine", a souligné un porte-parole de l'entreprise.

"Le 30 août, François Roussely sera à Pékin et il rencontrera le 31 le vice-premier ministre chinois Zeng Peiyan pour préparer le volet nucléaire du déplacement officiel de Jacques Chirac au mois d'octobre", a-t-il expliqué.

La volonté de Pékin d'accélérer le programme de construction de centrales nucléaires donne de nouvelles chances de contrats à des entreprises comme EDF ou Framatome, qui ont déjà participé à la réalisation de la centrale de Daya Bay (sud).

"Pour ce voyage, Jacques Chirac souhaitera avoir à ses côtés quelqu'un de légitime et qui connaît particulièrement bien les dossiers", commente une source proche du dossier, laissant entendre que François Roussely reste le mieux placé à sa propre succession.

Quel que soit l'heureux élu, il n'est pas assuré de rester président pendant la durée maximale du mandat (cinq ans), une nouvelle procédure de nomination devant intervenir avant la fin de l'année en raison du changement de statut de l'entreprise.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:11:58   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Russie: deux avions s'écrasent simultanément, faisant 89 morts



BOUTCHALKI (AFP), le 25-08-2004
Deux avions de ligne russes se sont écrasés mardi soir, tuant au total 89 personnes à bord, après avoir disparu des écrans radar quasiment au même moment, ce qui faisait soupçonner une action terroriste, une hypothèse soigneusement examinée par le FSB (ex-KGB).

Cependant, les enquêteurs dépêchés sur place n'ont pas découvert dans l'immédiat d'indications permettant de croire à un acte terroriste, ont déclaré mercredi en début d'après-midi les services spéciaux russes.

Selon le porte-parole du FSB Nikolaï Zakharov, "plusieurs hypothèses étaient toujours examinées, mais la principale d'entre elles portait sur la violation des règles d'exploitation des avions en vigueur dans l'aviation civile".

Ces accidents suspects s'étant produits à cinq jours de l'élection présidentielle en Tchétchénie, théâtre d'un conflit entre Moscou et une guérilla séparatiste, la thèse d'un attentat a été évoquée par plusieurs hommes politiques russes. Mais un émissaire du président indépendantiste tchétchène Aslan Maskhadov, Akhmed Zakaïev, a assuré sur la radio Echo de Moscou que M. Maskhadov et les forces qu'il contrôle "n'avaient rien à voir" avec la chute des deux appareils, partis du même aéroport moscovite de Domodedovo.

Le premier, un Tupolev 134 de la compagnie Volga-Aviaexpress, tombé vers 23H00 heure locale (19H00 GMT) dans la région de Toula à 180 km au sud de Moscou, transportait 43 personnes, personnel navigant compris, à destination de Volgograd. Le second avion, un Tupolev 154 appartenant à la compagnie Sibir reliait Moscou à Sotchi, sur la mer Noire, transportant 46 personnes. Les épaves, des fragments de corps, ainsi qu'une boîte noire (enregistreur de vol) de chaque appareil ont été retrouvés mercredi matin.

Selon une source policière à Rostov-sur-le-Don (sud-ouest), citée par l'agence Interfax, un système d'alerte signalant un détournement ou une "attaque contre l'équipage" a été déclenché à bord du Tupolev 154 une minute avant sa chute. Les agences russes ont précisé par la suite, citant les services de sécurité, qu'il s'était agi d'un SOS, signal de détresse, et non d'une alerte au détournement. Cependant, le parquet de la région de Rostov-sur-le-Don avait déjà ouvert une enquête criminelle pour "délit contre la sécurité des transports", a fait savoir la même source.

Les habitants du village de Boutchalki, proche du lieu de l'accident, dans la région de Toula, ont affirmé avoir entendu au moment de la catastrophe trois explosions successives, qu'ils ont comparées à des coups de tonnerre. Les corps de quinze passagers ont été retrouvés dans cette zone, et les recherches se poursuivaient mercredi. La mort de tous les occupants a été confirmée par le ministère des Situations d'urgence. Le FSB avait annoncé dans la matinée qu'il allait "examiner soigneusement" l'hypothèse selon laquelle les deux catastrophes pourraient être dues à des actes terroristes.

Les experts en explosifs du FSB, qui étaient déjà arrivés sur les lieux, devaient notamment déterminer si des explosions s'étaient produites à bord avant que les appareils ne s'écrasent au sol, a indiqué le porte-parole des services spéciaux, Sergueï Ignatchenko. A la suite des deux catastrophes aériennes et de l'attentat à l'explosif non revendiqué ayant fait quatre blessés dont deux dans un état grave mardi soir à un arrêt d'autobus à Moscou, le ministère de l'Intérieur a décidé d'introduire un dispositif de mesures antiterroristes dans la capitale russe.

Les médias russes, tel le journal en ligne Gazeta.ru, ont relevé notamment la simultanéité des deux incidents, trois minutes seulement entre les deux disparitions, circonstance rarissime rappelant, toute proportion gardée, les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:12:37   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Irak: tireurs d'élite et blindés cernent le mausolée d'Ali à Najaf



BAGDAD (AFP), le 25-08-2004
Le mausolée d'Ali, place forte des miliciens du chef chiite Moqtada Sadr à Najaf, était cerné mercredi par des tireurs d'élite et des blindés américains postés à moins de 20 mètres de l'édifice alors que les Gardes nationaux irakiens patrouillaient en attendant le signal d'assaut.

Le ministre irakien de la Défense Hazem Chaalane avait prévenu mardi que les miliciens n'avaient que "quelques heures" pour se rendre avant que les forces irakiennes ne donnent l'assaut.

Le grand ayatollah Ali Sistani, 73 ans, qui se trouvait à Londres où il avait été hospitalisé le 6 août en raison d'une "faiblesse cardiaque", est arrivé mercredi matin à Bassorah (sud de l'Irak) en provenance de Londres via le Koweit, se rendra à Najaf jeudi, a déclaré l'un de ses porte-parole dans la capitale britannique.

Plus tôt mercredi matin, le directeur du bureau de M. Sistani, qui l'accompagnait à Londres, avait déclaré à la chaîne satellitaire Al-Arabiya que le dignitaire allait rentrer en Irak et appelait ses concitoyens à marcher sur la ville sainte pour la sauver.

Un avion américain a tiré un missile mercredi vers 10h30 (06h30 GMT) à quelques mètres à l'ouest de mausolée, faisant trembler l'édifice. Toutes les entrées de l'édifice étaient mercredi matin sous le feu des tireurs d'élite américains et plus personne ne pouvait entrer ou sortir de l'enceinte. Les miliciens interdisaient le passage par la porte d'entrée principale, qui se trouve au sud, en raison des tireurs américains qui ouvraient le feu sur toute personne qui entrait ou sortait de l'enceinte.

Au nord, la porte est fermée depuis plusieurs jours, pour les mêmes raisons. Vers 07h30 (03h30 GMT), des chars ont fait une percée à moins de vingt mètres du côté ouest de l'enceinte du mausolée, alors qu'ils se trouvaient la veille à 200 mètres.

Du côté est, les chars américains, à 300 mètres du mausolée, ont fait voler en éclats les défenses de l'Armée du Mehdi. Au sud, les chars américains, qui se trouvent à environ 350 mètres du mausolée, bombardaient les positions de leurs adversaires. Il était difficile de connaître la situation au nord, du côté du cimetière, autre place forte des miliciens.

Des barricades installées par les miliciens pour protéger l'entrée de l'édifice ont été incendiées. Des centaines de Gardes nationaux irakiens (auxiliaires de l'armée), qui ont été déployés la veille pour la première fois dans la vieille ville, continuaient à patrouiller dans les rues et les ruelles à environ 300 mètres de l'édifice. Les autorités irakiennes ont toujours assuré qu'aucun soldat américain n'entrerait dans le mausolée, lieu sacré pour les chiites, et que la tâche d'en déloger les miliciens reviendrait aux forces irakiennes.

Les forces américaines ont repris tôt mercredi matin leurs tirs d'artillerie sur les positions des miliciens près du mausolée, selon un porte-parole militaire américain. Les tirs ont commencé à 06h30 locales (02h30 GMT) et visaient les miliciens installés devant le lieu saint, a précisé le sergent Trevor Candelan. Le porte-parole de Moqtada Sadr, cheikh Ahmad Chaïbani, a lancé mardi un appel pressant à la négociation, alors que de moins en moins de combattants chiites étaient visibles dans les rues, sans qu'il soit possible de savoir s'ils se cachaient ou avaient fui.

Les combats ont commencé le 5 août. Le Premier ministre Iyad Allaoui exige le départ de l'Armée du Mehdi du mausolée, le désarmement de la milice et sa transformation en formation politique. De violents affrontements ont par ailleurs éclaté mardi à Amara (370 km au sud de Bagdad) entre l'Armée du Mehdi et les troupes britanniques, dans lesquels 12 Irakiens, dont trois enfants, ont été tués et 54 blessés.

Par ailleurs, le principal conseiller politique du chef radical chiite Moqtada Sadr, cheikh Ali Soumeisim, a été arrêté mercredi à Najaf, ainsi que quatre autres collaborateurs de M. Sadr, selon un haut responsable de la police, qui a tenu à garder l'anonymat.

Il n'a pas précisé les noms des arrêtées, mais selon la chaîne satellitaire al-Arabiya, qui a pu les filmer, cheikh Soumeisim a été arrêté avec Soudjad Mohammad Saïd.

Selon la police citée par la chaîne, "ils étaient en possession de trésors appartenant au mausolée" de l'imam Ali, où sont retranchés les miliciens de Moqtada Sadr.

Entre-temps, le vice-président irakien Ibrahim al-Jaafari, un chiite, a effectué mardi une visite impromptue en Iran voisin, a rapporté la télévision d'Etat iranienne.

Cette visite est intervenue au moment où les diplomaties des deux pays s'emploient à dissiper les crispations des dernières semaines. Enfin, un groupe islamiste, l'"Armée islamique en Irak", a affirmé dans une vidéo diffusée mardi sur Al-Jazira détenir le reporter italien Enzo Baldoni. Le Groupe exige le retrait des troupes italiennes d'Irak dans un délai de 48 heures, mais Rome a rejeté cette demande.

A Bagdad, l'ambassade de Pologne a été touchée par des obus, mais on ne déplore aucune victime, selon le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères.

Alliée de Washington depuis le début de la crise irakienne, la Pologne administre une zone en Irak à la tête d'une brigade multinationale.

Les forces polonaises ont été la semaine dernière la cible d'attaques répétées, qui ont fait trois morts. Au total, 14 Polonais sont morts en Irak depuis le début de l'intervention armée dans ce pays, dix militaires et quatre civils.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 17:13:15   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Le grand ayatollah Ali Sistani prêt à se rendre jeudi à Najaf



BASSORAH (AFP), le 25-08-2004
Le Grand ayatollah Ali Sistani, figure emblématique des chiites irakiens, est arrivé mercredi à Bassorah (sud), et doit se rendre jeudi dans la ville sacrée de Najaf où les forces américaines ont pris en tenaille les miliciens de Moqtada Sadr.

"Sayyed Sistani devrait passer la nuit à Bassorah", a affirmé à l'AFP l'adjoint de son représentant dans la ville méridionale, Abou Aymane.

Agé de 73 ans, le dignitaire religieux est arrivé par le Koweït voisin de Londres où il avait été hospitalisé le 6 août en raison d'une "faiblesse cardiaque".

"J'ai eu l'honneur de rencontrer et d'accompagner à Bassorah l'ayatollah Ali Sistani qui est arrivé à 11h00 (07h00 GMT) à la frontière irakienne", a déclaré à l'AFP le général Ali al-Moussaoui, chef des gardes-frontières à Bassorah.

"Il est encore sous la protection des gardes-frontières dans la maison d'Abdel Hakim al-Safi al-Moussaoui" son représentant à Bassorah, a ajouté le général.

"Je suis revenu en raison de la crise à Najaf", a déclaré Haïdar al-Safi al-Moussaoui, fils du représentant d'Ali Sistani, en citant la figure emblématique des chiites irakiens.

Selon un haut dignitaire chiite, qui a requis l'anonymat, Ali Sistani aurait un plan en trois points pour régler la crise de Najaf: d'abord: le départ des forces étrangères de Najaf et de ses environs, ensuite l'élimination de toutes les armes de la ville sainte, ce qui signifie le départ de l'armée du Mehdi du mausolée de l'imam Ali et de la ville de Najaf et enfin le respect de la loi, ce qui sous-entend le désarmement des milices.

Un des porte-parole de l'ayatollah à Londres, Jaffar Bastan a affirmé que "l'ayatollah Sistani partira jeudi pour Najaf" et qu'il avait appelé ses fidèles à le suivre dans ce déplacement. "Si ses fidèles veulent le suivre, ils seront les bienvenus", a-t-il ajouté.

A l'annonce de son arrivée, des centaines de personnes se sont rassemblées avec des drapeaux irakiens devant la demeure, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Si Dieu le veut, l'arrivée de Sistani arrêtera l'effusion de sang et la crise va être résolue. En tout cas, si Sistani appelle au Jihad, tous, même les femmes, nous combattrons", a affirmé Oum Mohammad, 57 ans.

"Nous soutenons Sistani dans le jihad, le combat et la paix. Nous le suivrons partout", a indiqué Ahmad al-Halfi, 25 ans.

D'autres ont exprimé l'espoir que l'ayatollah, considéré comme ayant une influence modératrice sur la population chiite, hâterait la paix. "Nous sommes contre l'effusion de sang et espérons que l'arrivée de Sistani réglera la question pacifiquement", explique Ali Hamid, un fonctionnaire de 45 ans.

Dans le quartier chiite de Kadhamiya à Bagdad, des centaines de jeunes chiites sont partis en bus vers Najaf pleins d'enthousiasme.

"Tout le monde respecte la Marjaïya (direction religieuse chiite) et chacun s'y rend pour sauver Najaf", a déclaré Haïtham Mohsen, un chômeur de 32 ans.

Naouar Hussein, 18 ans, affirme que sa mère n'a pas essayé de l'empêcher d'effectuer cette marche pour la paix. "Au contraire, elle m'a dit que j'avais raison mais que je devais faire attention".

Le retour de l'ayatollah dans son pays intervient alors que les forces américaines et la Garde nationale irakienne prennent en tenaille les miliciens du chef radical Moqtada Sadr.

Plus tôt, le directeur du bureau de M. Sistani, qui l'accompagnait à Londres, avait déclaré à la chaîne satellitaire Al-Arabiya que le dignitaire allait rentrer en Irak et appelait ses concitoyens à marcher sur la ville sainte pour la sauver.

"L'ayatollah Sistani va revenir dans quelques heures dans la patrie pour sauver Najaf de son malheur (...). Nous appelons tous les Irakiens (...) à se préparer pour marcher sur Najaf", avait déclaré Hamad al-Khaffaf.

"Nous appelons tous les Irakiens (...) de Bagdad, Hilla, Kerbala, Bassorah, Diwaniya, Amara, Kout, Kirkouk, Mossoul, Baaqouba, de tout l'Irak, à se préparer pour se rendre à Najaf. Une initiative sera annoncée lorsque nous arriverons aux portes de Najaf", avait ajouté M. Khaffaf.

Le départ soudain de Najaf de l'ayatollah Sistani avait coïncidé avec le début des violents affrontements dans la ville.


--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-08-2004 à 11:30:20   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Bombe sur un marché dans le sud de la Thailande: une vingtaine de blessés
Presse Canadienne

Une bombe a explosé jeudi matin dans le district thailandais de Suhkhirin, dans la province de Narathiwat à majorité musulmane, sur un marché très fréquenté où policiers et militaires s'arrêtent souvent pour prendre leur déjeuner. L'attentat a fait une vingtaine de blessés - 6 policiers, quatre militaires et une dizaine de passants - dont sept gravement atteints.

Selon la police, l'explosion a sans doute été déclenchée à distance au passage d'un camion transportant des membres de la sécurité.

La Thailande est en grande majorité bouddhiste, mais les provinces méridionales de Narathiwat, Yala et Pattani sont à majorité musulmane, et subissent depuis quelques mois une vague d'attaques que les autorités imputent à des militants islamistes.

Ces régions ont durant de nombreuses années fait l'objet d'une guerre peu connue de la part de séparatistes musulmans, mais les tensions s'étaient apaisées dans les années 80 après que le gouvernement eut accordé une amnistie.

Cette attaque coincide avec l'apparition sur le site Internet de l'Organisation de libération unie du Pattani, un mouvement séparatiste autrefois très puissant, d'un message qui met en garde les musulmans contre la fréquentation des nights clubs, des points de contrôle de la police, des aéroports, des gares et autres lieux où d'importants responsables thailandais sont susceptible de passer. L'authenticité du communiqué n'a toutefois pas pu être établie.

Samedi soir déjà, plusieurs explosions devant des hôtels et des bars à karaoke avaient fait une douzaine de blessés dans la province voisine de Yala.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-08-2004 à 11:31:54   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Des élus américains s'inquiètent du transfert en France de plutonium destiné à être traité
Presse Canadienne

Certains membres démocrates du Congrès des Etats-Unis se sont inquiétés mercredi du projet de transfert vers l'usine de La Hague, près de Cherbourg, de 135 kilos de plutonium de qualité militaire destinés à être traités et transformés en combustible nucléaire.

Le Département de l'Energie prévoit de transférer ce plutonium par camion du laboratoire national de Los Alamos jusqu'en Caroline du Sud, à Charleston, d'où il sera transporté par bateau jusqu'à Cherbourg. Là, le plutonium sera déchargé et transporté par terre jusqu'à l'usine de retraitement.

Jim Turner, un repésentant Démocrate du Texas membre de la Commission de la sécurité intérieure, a déclaré dans une lettre au Secrétaire à l'Energie Spencer Adams qu'il voulait des assurances supplémentaires concernant le transport du plutonium sur le territoire français, afin que la sécurité y soit aussi forte que sur le territoire américain. Un autre représentant, Ed Markey, a lui aussi fait part de ses inquiétudes. Le Département de l'Energie a répondu que le transfert avait été minutieusement préparé en collaboration avec les services de sécurité.

Les détail de l'opération, y compris les dates du transfert, sont secrètes, mais on pense qu'il devrait se faire avant la fin de l'année. Selon le Département de l'Energie, la partie maritime du transfert sera assurée par deux bâtiments britanniques protégés par des troupes spécialement entraînées.

Une fois transformé en combustible, ce plutonium doit être retourné aux Etats-Unis pour être utilisé dans une centrale nucléaire en Caroline du Sud. Ce plutonium fait partie d'un programme russo-américain de lutte contre la prolifération nucléaire, qui prévoit la destruction de 64 tonnes de plutonium. Les Etats-Unis ne disposent pas encore d'usine de retraitement.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-08-2004 à 11:32:39   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Les anti-guerre ne pourront pas se rassembler à Central Park pendant la convention républicaine
Presse Canadienne

Un juge de la cour suprême de l'Etat de New York a rejeté mercredi une demande présentée par le mouvement anti-guerre "United for peace and Justice", qui souhaitait organiser, pendant la Convention républicaine de New York, une grande manifestation à Central Park.

Les militants ont déclaré qu'ils annulaient le rassemblement, mais maintenaient la marche prévue entre la 23e rue et le Madison Square garden, où aura lieu la convention, qui doit investir George Bush comme candidat républicain pour l'élection du 2 novembre.

La juge Jacqueline Silbermann a estimé que les représentants de l'association s'étaient pourvus en justice beaucoup trop tard, après des mois de négociations avec les autorités municipales.

L'association avait présenté son action en justice la semaine dernière, après avoir rejeté une proposition de la Ville de tenir son rassemblement sur une grande artère de New York après le défilé. Ce sont les autorités chargées de la protection des parcs qui se sont opposées à la tenue sur la Grande pelouse de Central Park d'une manifestation qui espère rassembler 250.000 personnes, au motif que la pelouse n'y résisterait pas.

"United for Peace and Justice" avait fait valoir que la grande pelouse a accueilli d'autre manifestations d'importance, comme lors de la venue du pape, ou encore de grands concerts. Le mouvement affirmait que la Ville violait la constitution de l'Etat de New York en autorisant des manifestations culturelles mais non des manifestations politiques.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-08-2004 à 11:33:21   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Guantanamo: l'Australien David Hicks plaide non coupable en audience préliminaire
Presse Canadienne

L'un des quatre détenus de Guantanamo à avoir été inculpés, l'Australien David Hicks, accusé d'avoir combattu aux côtés des talibans en Afghanistan, a plaidé non coupable mercredi en audience préliminaire devant une commission militaire américaine.

En costume anthracite et cravate, David Hicks, 29 ans, est resté impassible à l'énoncé des charges retenues contre lui, dont complot de crimes de guerre, assistance à l'ennemi et tentative de meurtre pour des tirs présumés contre des troupes américaines ou de la coalition. Il a ensuite plaidé non coupable pour les charges pesant contre lui et pour lesquelles il risque la prison à vie.

"Sir, non coupable pour l'ensemble des charges", a déclaré Hicks d'un trait avant de reprendre son souffle. La date de son procès a alors été fixée au 10 janvier prochain et l'audience levée, au grand soulagement de l'accusé.

Capturé en Afghanistan et incarcéré sur la base américaine de Guantanamo à Cuba en janvier 2002, David Hicks est apparu vieilli. Il avait perdu son visage poupin et ses cheveux commençaient apparemment à grisonner.

David Hicks a pu rencontrer ses parents, qu'ils n'avaient pas vu depuis cinq ans, durant un quart d'heure avant l'audience. "Je pensait que David reviendrait en Australie après les trois premiers mois", expliquait son père Terry, 58 ans, arrivé d'Adelaide en Australie avec la belle-mère de David, Beverly. "Je ne crois pas que ce soit un système honnête et équitable".

La veille, lors de la première audience préliminaire devant les cinq membres de la commission, le Yéménite Salim Ahmed Hamdan, le chauffeur d'Oussama ben Laden, chef du réseau terroriste Al-Qaida, avait refusé de plaider coupable ou non coupable. Comme pour les trois autres, son procès pourraient ne pas s'ouvrir avant plusieurs mois.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-08-2004 à 11:33:54   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Abou Ghraib: l'unité de renseignement mise en accusation par un rapport de l'armée de terre américaine
Presse Canadienne

Vingt-sept agents de l'unité de renseignement de la prison d'Abou Ghraib ont encouragé ou fermé les yeux sur certains mauvais traitements infligés à des détenus irakiens, selon un rapport interne de l'armée de terre américaine rendu public mercredi à Washington.

"Nous avons mis au jour de graves fautes et une perte des valeurs morales", a déclaré le général Paul Kern, chef de la commission d'enquête militaire, lors d'un point de presse au Pentagone.

Sur les 27 individus mis en accusation par l'enquête menée par le général George Fay, 23 appartenaient à la 205e brigade de renseignement militaire, les quatre autres étant des contractuels. Par ailleurs, huit autres membres de l'unité ont eu connaissance des sévices mais n'en ont pas informé leur commandement.

L'ensemble de ces personnels pourraient subir des sanctions disciplinaires pour ces abus commis entre fin juillet 2003 et début février 2004.

Les enquêteurs recommandent également la prise de possibles sanctions à l'encontre de cinq gradés, parmi lesquels le colonel Thomas Pappas, commandant de la 205e brigade de renseignement militaire. Il leur est reproché d'avoir créé les conditions propices à la survenue de ces exactions.

"Il n'existe pas une seule et simple explication au fait que les sévices ont eu lieu à Abou Ghraib", peut-on lire dans la version résumée du rapport Fay.

Le document impute ces sévices à différents facteurs: "la mauvaise conduite (allant du comportement inhumain au sadisme) d'un petit groupe de soldats et de civils corrompus, un manque de discipline de la part de chefs et de soldats" et "des manquements dans le commandement" des plus hauts gradés en Irak.

Le rapport fait aussi la distinction entre les sévices décrits par les photographies à l'origine du scandale, qui seraient le fait d'un nombre réduit de gardiens et des soldats, et les mauvais traitements infligés lors d'interrogatoires.

Sept membres de la 800e brigade de police militaire, dont étaient issus les gardiens d'Abou Ghraib, ont été inculpés dans la cadre de l'enquête sur les photos de sévices. Le rapport fait état de trois autres policiers militaires impliqués dans ces abus sur prisonniers.

Selon le général Fay, certains mauvais traitements relevaient de la torture. Le général Kern a ainsi précisé que le sévice le plus horrible découvert par sa commission avait consisté à utiliser des chiens contre deux adolescents.

"Il s'agit clairement de conduites déviantes par rapport à tout ce que nous enseignons dans le domaine comportementale", a souligné le général Kern. "Il y a eu des fautes de commandement, de la part de personnes qui ont vu ces choses et n'ont rien corrigé. Il y a eu des manquements en matière de discipline."

Le rapport attribue d'autre part certains des problèmes enregistrés à Abou GhraJib à l'influence de membres d'"autres agences gouvernementales", terme utilisé fréquemment par le Pentagone pour désigner la CIA.

"Il est clair que les pratiques d'interrogatoire prônées par d'autres agences gouvernementales ont conduit à une perte de responsabilité à Abou Ghraib", accuse le rapport militaire.





--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 26-08-2004 à 11:34:25   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Mobilisation internationale pour circonscrire un incendie au Maroc
Presse Canadienne

Des milliers d'hectares ont été dévastés depuis trois jours par un important incendie qui s'est déclaré dans la forêt d'Izaren dans le nord du Maroc, à environ 180km au nord de la capitale Rabat, mobilisant d'importants moyens nationaux et internationaux.

Plus de la moitié de ce massif forestier qui compte 4500 hectares a été dévastée, causant des pertes estimées à cinq millions de dollars, a-t-on appris mercredi de sources officielles. Sept avions marocains et quatre avions de type Canadair français et espagnols participent à l'effort d'extinction aux côtés d'experts portugais. Un appel à l'aide internationale a été lancé mardi par le roi Mohamed VI.

Selon le haut Commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Abdeladim El Hafi, "les conditions climatiques, avec une chaleur qui dépasse les 40 degrés, et le vent seraient à l'origine de l'incendie. On soupçonne également les apiculteurs, mais l'enquête n'est pas encore terminée".

Les habitants de la région n'ont pas été évacués et on ne déplore aucune victime.



--------------------
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8Page précédentePage suivante
 
 Funtasia  Archives générales Funtasia  Archives générales Funtasia !  Monde/Août!Nouveau sujet
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum