Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation, pour permettre la mesure d'audience et à des fins publicitaires. Les données collectées peuvent être partagées avec des tiers.X
 
Funtasia
Administrateurs : bambi, fredchoucas
 
 Funtasia  Archives générales Funtasia  Archives générales Funtasia ! 

 Techno-Sciences/Août!

Nouveau sujet
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédentePage suivante
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 09-08-2004 à 14:44:23   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Puces électroniques: les créanciers d'Hynix approuvent un projet d'usine en Chine



SEOUL (AFP), le 09-08-2004
Les créanciers du fabricant sud coréen de semi-conducteurs Hynix ont approuvé lundi le projet de 2 milliards de dollars de construction d'une usine de puces électroniques en Chine à Wuxi (non loin de Shanghai), avec le partenariat du franco-italien STMicroelectronics, a annoncé lundi à Séoul un porte-parole de la banque Korea Exchange Bank (KEB), principal créditeur d'Hynix.

Les créanciers ayant approuvé ce plan possèdent plus de 75% de la dette d'Hynix, a précisé ce porte-parole, qui a ajouté que le contrat avec les autorités chinoises devrait être signé le 18 août prochain.

Le projet, rejeté une première fois en mai par les créanciers faute de bonnes perspectives dans le secteur, devrait permettre à Hynix d'améliorer l'état de ses finances en lui donnant un avantage sur le marché chinois en expansion et en lui évitant des tensions sur ses principaux marchés, affirme la KEB dans un communiqué.

L'usine sera équipée dans un premier temps de lignes de montage de tranches de 8 pouces puis de 12 pouces, ces dernières devant assurer, selon la KEB, la croissance d'Hynix sur le long terme.

Hynix et ST Microelectronics devraient investir chacun 500 millions de dollars dans cette usine, tandis que le gouvernement chinois apportera un milliard de dollars, selon les médias.





--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 09-08-2004 à 14:44:59   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Cyber protestation contre un projet d'impôt sur les SMS aux Philippines



MANILLE (AFP), le 09-08-2004
Un groupe de consommateurs a organisé lundi aux Philippines une "cyber-protestation" contre un projet de taxe sur les messageries téléphoniques (SMS), devenues le moyen de communication le plus populaire de l'archipel.

Le groupe, TxtPower (http://txtpower.cp-union.org), a lancé une pétition sur l'internet et invite ceux qui soutiennent son action à signer le document. La pétition demande au parlement de voter contre l'impôt destiné à contribuer à la réduction du déficit budgétaire.

Elle peut être signée par envoi d'un SMS à un numéro de téléphone dédié.

Les Philippines ont environ 28 millions d'abonnés au téléphone mobile et de 120 à 150 millions de messages sont échangés chaque jour via ces téléphones. Ils coûtent moins cher que des appels classiques.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 10-08-2004 à 14:09:07   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Accident nucléaire au Japon: l'opérateur avoue un défaut d'inspections



MIHAMA (Japon) (AFP), le 10-08-2004
L'opérateur de la centrale nucléaire de Mihama (centre) a avoué mardi l'insuffisance de ses inspections de sécurité, et en particulier l'absence de contrôles efficaces depuis 28 ans sur un conduit de vapeur non radioactive dont la rupture a fait quatre morts lundi.

Kansai Electric Power Company (KEPCO), société privée cotée en Bourse qui gère la centrale de Mihama, a admis que la canalisation qui a explosé lundi vers 15H30 (06H30 GMT) ne correspondait plus du tout aux normes de sécurité. La paroi du conduit ne faisait plus que 1,4 mm, nettement en dessous des 4,7 mm requis, a reconnu un porte-parole de KEPCO, Haruo Nakano.

"Nous avons effectué des inspections visuelles mais jamais par ultrason" depuis 1976, a-t-il admis. Les tests ultrason ne sont pas obligatoires même s'ils sont les seuls à pouvoir déceler une corrosion interne.

La vapeur échappée de la canalisation n'était pas radioactive mais atteignait une température de plus de 140 degrés, selon KEPCO.

"Nous sommes responsables", a ajouté le directeur du contrôle de la qualité, Koji Ebisuzaki, lors d'un point presse tenu à Mihama, à 350 km à l'ouest de Tokyo.

Sept employés restaient hospitalisés mardi dans la préfecture de Fukui, où se trouve Mihama. Deux étaient dans un état critique, dont un homme brûlé sur 80% du corps et ne respirant qu'à l'aide d'un appareil, ont précisé les autorités hospitalières.

L'accident est le plus meurtrier de l'histoire nucléaire du Japon. Intervenant après une longue série d'incidents moins graves, il a relancé les doutes sur les mesures de sécurité prises par les dix sociétés privées qui gèrent la cinquantaine de centrales nippones.

"Etaient-elles au point à la centrale de Mihama?", se demande le quotidien Yomiuri Shimbun (conservateur). La presse fait ainsi ses manchettes avec le chiffre "1,4" (millimètre) en référence à l'épaisseur de la paroi de la canalisation qui a explosé.

L'Agence pour la sécurité nucléaire et industrielle, qui a lancé sa propre enquête en plus de celle de la police, se focalisera sur ce problème, a indiqué à l'AFP Michio Yamaguchi, un responsable de l'Agence.

"Nous n'avons pas encore tiré nos conclusions mais c'est une des possibilités", a-t-il dit.

Quant à l'enquête policière, un porte-parole de la police locale a refusé de confirmer des informations de presse selon lesquelles une inculpation formelle pour incurie était en préparation contre KEPCO.

Le vice-président de la centrale de Mihama, Akira Kokado, a admis que l'accident allait miner la confiance dans une source d'énergie d'un peuple ayant subi des bombardements atomiques.

L'accident de Mihama a coïncidé avec le 59e anniversaire du largage de la seconde bombe atomique sur Nagasaki, le 9 août 1945.

"Nous espérons restaurer la confiance en enquêtant sur la cause de l'accident et en réexaminant les procédures d'inspection", a déclaré le vice-président.

L'association Greenpeace a appelé le Japon à "fermer son industrie nucléaire", prédisant d'autres accidents.

"Le résultat de l'enquête pourrait déterminer le cours de la politique nucléaire japonaise à l'avenir", assure le quotidien Mainichi Shimbun (libéral). Le Japon est le troisième producteur mondial d'énergie nucléaire, après les Etats-Unis et la France, selon l'Agence pour l'énergie nucléaire (AEN), basée à Paris.

L'accident ne compromet cependant pas la candidature japonaise pour le projet international de réacteur de fusion Iter, également voulu par la France, assure un responsable du Bureau de la fusion nucléaire au ministère des Sciences. "Il n'y a strictement aucun rapport", a déclaré à l'AFP Takashio Hayashi.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 10-08-2004 à 14:09:52   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Iter: L'accident de Mihama n'affecte pas la candidature nippone



TOKYO (AFP), le 10-08-2004
L'accident de la centrale nucléaire de Mihama (centre), le plus meurtrier dans l'histoire du nucléaire nippon avec quatre morts, ne compromet pas la candidature japonaise pour le projet de réacteur de fusion Iter, également voulu par la France, selon des responsables nippon et français.

"Il n'y a strictement aucun rapport" entre l'accident de Mihama et le projet Iter, a déclaré à l'AFP Takashio Hayashi, un responsable du Bureau de la fusion nucléaire au ministère des Sciences et de la Technologie, interrogé sur l'éventuel impact que pourrait avoir la fuite de vapeur non radioactive survenue à Mihama.

"Ce sont des choses indépendantes l'une de l'autre", a-t-il précisé.

L'accident de Mihama intervient notamment après celui de Tokaimura (nord-est), en 1999, qui avait coûté la vie à deux personnes, et après le scandale de TEPCO, société qui avait admis en 2002 avoir étouffé de manière systématique des rapports d'inspection faisant état de fissures dans ses réacteurs nucléaires.

"Je ne crois pas que cela puisse compromette la candidature japonaise", estime également le conseilleur nucléaire à l'ambassade de France à Tokyo, Dominique Ochem.

"Iter est un projet international, avec des normes internationales", précise-t-il, rappelant que plusieurs pays participent à ce projet.

De plus, le Japon possède déjà une installation expérimentale de fusion contrôlée, nommée JT60, sur le site de Naka (nord-est de Tokyo), "qui fonctionne très bien", selon M. Ochem.

"C'est une décision politique, non scientifique, et les partenaires ne sont pas prêts à changer d'avis", précise le conseiller, évoquant le "blocage" dans les discussions sur le choix du site, entre Cadarache (sud de la France) et Rokkasho-Mura, dans le nord du Japon.

L'Union européenne, Moscou et Pékin soutiennent la candidature française, tandis que Washington et Séoul lui préfèrent le site japonais.

Iter a pour objectif à terme de reproduire sur Terre les mécanismes de la fusion à l'oeuvre dans les étoiles.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 10-08-2004 à 14:10:35   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Près de la mer du Japon, vivre à l'ombre des centrales ne rend pas nerveux



, le 10-08-2004
MIHAMA (Japon) - On l'appelle la "ceinture nucléaire": le long de la mer du Japon (côte ouest), 13 centrales nucléaires s'alignent, dont celle de Mihama, où quatre employés ont été tués lundi, mais pour les dizaines de milliers de personnes vivant dans la région, ce n'est "qu'un incident de plus".

Il n'y pas de raison de s'inquiéter car, quand ça arrive, il n'y a rien qu'on puisse faire: à Tokyo, on utilise la maxime pour les tremblements de terre. Sur les rives de la mer du Japon, elle est employée par les habitants fatalistes vivant à un jet de pierre des centrales nucléaires.

"C'est simplement une autre fuite de vapeur", dit-on souvent quand on évoque l'accident survenu dans l'installation de Mihama: une fuite de vapeur non radioactive qui a tué quatre employés et blessé sept autres. Cet accident est le plus meurtrier de l'histoire du nucléaire nippon qui a connu récemment une importante série d'incidents.

"Les médias en ont peut-être trop fait", estime Matsuo Yamaguchi, 64 ans, qui tient depuis 30 ans une auberge sur la "Belle Plage", surnom des rives sablonneuses et touristiques bordant la centrale de Mihama.

De toute façon, "nous dépendons du nucléaire", rappelle M. Yamaguchi. "Environ 80% des jeunes dans le coin travaillent pour des centrales", souligne-t-il.

"Un des plus gros employeurs est la Kansai Electric (société privée qui gère les centrales dans la région) et ses sous-traitants", ajoute Noriko Nishino, chauffeur de taxi.

"Personne ici ne s'inquiète du nucléaire. Si quelque chose arrive, on mourra tous", lance-t-elle.

Un quinquagénaire qui a travaillé pendant 30 ans à la centrale de Mihama ne se fait pas plus de cheveux blancs. "Pour nous, l'information selon laquelle il n'y a pas eu d'émission radioactive (lors de l'accident de Mihama) a suffi à nous faire penser que la vie suivait son cours normal", déclare-t-il sous couvert d'anonymat.

"S'il y avait une fuite radioactive, on fermerait tout simplement le magasin, on ferait nos valises et on partirait", déclare Junichi Enomoto, 23 ans, employé d'un bar de plage bordant les eaux émeraudes de la mer du Japon.

"C'est peut-être parce que je ne sais pas grand-chose" sur l'accident, reconnaît-il.

"La transparence est un problème de la politique nucléaire japonaise", confirme Masaru Nakagawa, 44 ans, formateur de chefs d'entreprise à Tokyo dans le domaine de l'environnement.

Mais ce n'est apparemment pas suffisant pour susciter une opposition dans la région. "Des anti-nucléaire débarquent de temps en temps en cars en provenance de villes comme Osaka (ouest) pour manifester mais il n'y a pas d'opposants parmi nous", affirme Toshie Okuda, chauffeur de taxi.

Lundi soir, à quelques centaines de mètres de la centrale de Mihama, l'accident n'avait pas empêché une centaine de touristes de se réunir sur la plage pour faire la fête jusque tard dans la nuit.

Parmi eux, Sachie Omura, une Brésilienne d'origine japonaise âgée de 30 ans: "Je suis un peu inquiète mais nous allons rester", déclare l'estivante, pendant que son enfant de trois ans joue sur le sable.





--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 10-08-2004 à 14:11:18   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

L'opérateur allemand MobilCom confirme son redressement au 2ème trimestre


FRANCFORT (AFP), le 10-08-2004
L'opérateur de téléphonie allemand MobilCom, dont France Télécom est le principal actionnaire, a indiqué mardi avoir enregistré au deuxième trimestre un bénéfice net en forte hausse, confirmant ainsi son lent redressement depuis cinq ans.

Son bénéfice net a été multiplié par près de trois sur un an à 10,3 millions d'euros, contre 3,6 millions d'euros un an plus tôt, précise le groupe dans un communiqué. Le bénéfice d'exploitation (EBIT) s'élève à 26,9 M EUR, près de deux fois plus qu'un an plus tôt (14,1 M EUR).

"MobilCom réalise le meilleur semestre de son histoire", se félicite le groupe dans le communiqué, avec un bénéfice net de 26,4 M EUR contre 4,1 M EUR un an plus tôt, et un bénéfice d'exploitation Ebit de 63,4 M EUR contre 14,2 M EUR.

Passé à deux doigts du dépôt de bilan en 2002 à la suite de ses investissements ruineux dans la téléphonie de troisième génération UMTS, MobilCom a progressivement redressé a situation. Il est repassé dans le vert l'an dernier avec un bénéfice net de 160,4 M EUR, après une perte importante l'exercice précédent.

Au deuxième trimestre 2004, MobilCom a pu améliorer ses performances dans son coeur de métier, la téléphonie mobile, grâce à sa politique de réduction des coûts et à une progression du nombre des clients.

Du coup, MobilCom a relevé ses objectifs annuels: il espère désormais dépasser "nettement" le bénéfice net de 2003, alors qu'il tablait jusqu'à présent sur une simple progression.

MobilCom a annoncé la semaine dernière son intention de coter les titres détenus par France Télécom (actionnaire à hauteur de 28,3%), une démarche qui pourrait permettre à l'opérateur français de se défaire de ses titres sur le marché.

En se dégageant de MobilCom, le groupe français mettrait fin à une expérience particulièrement ruineuse: il avait dû sauver son partenaire allemand de la faillite il y a deux ans, en reprenant une dette de plusieurs milliards d'euros.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 11-08-2004 à 15:19:47   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

La hausse du prix du brut rend les énergies renouvelables plus compétitives



PARIS (AFP), le 11-08-2004
La flambée des prix du pétrole, qui ne cessent d'augmenter depuis un an, rend les énergies renouvelables plus compétitives que jamais, mais les industriels attendent de voir si cette tendance à la hausse se confirme pour investir massivement.

A partir de 40 dollars le baril, certaines énergies renouvelables deviennent compétitives par rapport au brut, indépendamment des soutiens publics, estime l'Agence de l'environnement et de la maîtrise d'énergie (Ademe, France).

Or, depuis près d'un mois, le baril a franchi le seuil historique des 40 dollars. Mercredi, vers 10H00 GMT, le brut de référence américain progressait de 17 cents à 44,69 dollars, après avoir inscrit un nouveau record mardi en séance à 45,04 dollars.

"On travaille habituellement à faire baisser le coût des énergies renouvelables, mais la hausse actuelle des prix du pétrole contribue tout autant à favoriser leur développement", estime Virginie Schwarz, directrice Energies à l'Ademe.

Depuis leur apparition, les énergies telles que l'éolien, le solaire ou les biocarburants, ont souvent pâti du coût de leur technologie dans le choix des politiques énergétiques des pays industrialisés.

Face à l'envolée du prix du brut, la compétitivité de ces énergies est renforcée dès qu'il s'agit de petits investissements, relève l'Ademe.

"Si le fioul domestique augmente, les particuliers vont pouvoir se doter d'un insert au bois dans une maison individuelle car le coût de ce chauffage alternatif va paraître moins élevé", souligne Virginie Schwarz.

Même scénario pour les biocarburants, où le point d'équilibre se fixe plutôt à 45 dollars le baril. Lorsque le baril tourne autour de 20-25 dollars, ce type de carburant mélangé au carburant classique revient deux fois plus cher au consommateur.

Quant à l'éolien, "il est favorisé lorsque les centrales qui produisent de l'électricité fonctionnent avec des carburants fossiles, donc plus sensibles au prix du pétrole, que celles qui fonctionnent au gaz", poursuit-elle.

Ainsi, en Espagne, le prix du pétrole actuel peut favoriser le développement de parc d'éoliennes, déjà bien implantées sur le territoire, relève l'Ademe.

Mais pour que les énergies renouvelables puissent surfer sur la flambée du brut, "il faut que les industriels, qui demandent plus de visibilité que les particuliers, jugent ce phénomène structurel et non pas conjoncturel", note un expert français de l'énergie.

Les chaudières à bois, par exemple, ne sont rentables qu'au bout de 15 à 20 ans et les panneaux photovoltaïques coûtent, en France, dix fois plus cher du mégawatt/heure que le prix actuel du marché, relève-t-il.

Il faudrait en outre que le prix du baril double, alors qu'il a jusqu'à présent été multiplié par 1,5, pour que l'éolien en France devienne compétitif.

Or, "on ne base jamais une politique d'investissement sur une tendance, et la montée des prix du pétrole n'est pour l'instant qu'un pic", assure Philippe Lambert, directeur de la communication de BP France.

"Même nos investissements dans l'exploration-production restent basés sur un baril à 15 dollars", souligne-t-il.

Le développement des énergies renouvelables ne peut en outre se passer d'aides publiques car "ce sont des énergies très capitalistiques", relève la direction d'EDF (Electricité de France), qui produit 1% d'électricité à partir de l'éolien.

"La hausse du brut n'a pas de conséquence sur notre politique, le baril n'est pas encore assez haut", a-t-elle jugé.





--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 11-08-2004 à 15:20:21   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Naissance d'Artic, tigre blanc condamné au bifidus



MADRID (AFP), le 11-08-2004
Un tigre blanc aux yeux bleus, dont on ne recense qu'une vingtaine d'exemplaires au monde, est né dans un refuge d'animaux sauvages du sud de l'Espagne, a-t-on appris auprès de son directeur, Serafin Domenech, qui a baptisé le petit "Artic".

Le pelage blanc d'Artic est le résultat d'une anomalie génétique qui est par ailleurs cause d'une grande fragilité gastrique.

Aussi est-il nourri entre autres avec du yaourt au bifidus actif, à raison d'1/2 kg par jour, "afin de renforcer sa flore intestinale, avec aussi des vitamines et du glucose, car il n'assimile pas ce qu'il mange", a expliqué Domenech, joint par l'AFP au téléphone depuis Madrid au refuge de l'Arche de Noé, près d'Alicante.

Le refuge a attendu pour rendre publique la naissance qu'Artic ait franchi la barre critique des trois mois. D'un poids de "9 kilos, il est petit pour son âge", dit Domenech, "sa soeur Siberia, née de la même portée, avec laquelle il cohabite pour le moment, est déjà beaucoup plus grosse".

Moyennant le respect de son strict régime alimentaire, l'espoir est qu'Artic mène une existence normale de tigre du Bengale, comme l'étaient ses parents, avec une espérance de vie d'une vingtaine d'années.

Sa particularité physique, qui dans la nature serait un handicap car elle le rendrait facilement repérable par ses proies, va également lui compliquer la vie en captivité, admet Domenech.

"Je n'envisage pas de le mettre avec les tigres normaux", dit le directeur de l'Arche de Noé, "car le voyant différent, ils pourraient le tuer".

Mais pas question de condamner Artic à la solitude. "Il faut le mettre avec un autre animal qui soit comme lui, mais plus faible, pour qu'il ne lui fasse pas mal en jouant", explique le directeur, qui dit avoir une candidate possible: Bienvenida, une tigresse récemment opérée d'une spina bifida et qui déplace avec difficulté.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 11-08-2004 à 15:21:05   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Naissance d'Artic, tigre blanc condamné au bifidus



MADRID (AFP), le 11-08-2004
Un tigre blanc aux yeux bleus, dont on ne recense qu'une vingtaine d'exemplaires au monde, est né dans un refuge d'animaux sauvages du sud de l'Espagne, a-t-on appris auprès de son directeur, Serafin Domenech, qui a baptisé le petit "Artic".

Le pelage blanc d'Artic est le résultat d'une anomalie génétique qui est par ailleurs cause d'une grande fragilité gastrique.

Aussi est-il nourri entre autres avec du yaourt au bifidus actif, à raison d'1/2 kg par jour, "afin de renforcer sa flore intestinale, avec aussi des vitamines et du glucose, car il n'assimile pas ce qu'il mange", a expliqué Domenech, joint par l'AFP au téléphone depuis Madrid au refuge de l'Arche de Noé, près d'Alicante.

Le refuge a attendu pour rendre publique la naissance qu'Artic ait franchi la barre critique des trois mois. D'un poids de "9 kilos, il est petit pour son âge", dit Domenech, "sa soeur Siberia, née de la même portée, avec laquelle il cohabite pour le moment, est déjà beaucoup plus grosse".

Moyennant le respect de son strict régime alimentaire, l'espoir est qu'Artic mène une existence normale de tigre du Bengale, comme l'étaient ses parents, avec une espérance de vie d'une vingtaine d'années.

Sa particularité physique, qui dans la nature serait un handicap car elle le rendrait facilement repérable par ses proies, va également lui compliquer la vie en captivité, admet Domenech.

"Je n'envisage pas de le mettre avec les tigres normaux", dit le directeur de l'Arche de Noé, "car le voyant différent, ils pourraient le tuer".

Mais pas question de condamner Artic à la solitude. "Il faut le mettre avec un autre animal qui soit comme lui, mais plus faible, pour qu'il ne lui fasse pas mal en jouant", explique le directeur, qui dit avoir une candidate possible: Bienvenida, une tigresse récemment opérée d'une spina bifida et qui déplace avec difficulté.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 11-08-2004 à 15:21:52   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

86% des foyers britanniques possèdent au moins un téléphone portable



LONDRES (AFP), le 11-08-2004
Quelque 86% des ménages britanniques possédaient en 2003 au moins un téléphone portable, a indiqué mercredi dans son rapport annuel l'Ofcom, l'autorité britannique de régulations des télécoms et de l'audiovisuel.

Les Britanniques ont appelé de leur téléphone portable en 2003 pendant 27 minutes par semaine en moyenne, soit trois plus qu'en 1999, selon le rapport de l'Ofcom.

Sur la période 1999-2003, le nombre de messages écrits (SMS) envoyés via un téléphone portable a été multiplié par 15: chaque Britannique envoie en moyenne 15 messages écrits par semaine, a précisé l'Ofcom.

Autre enseignement de ce rapport: pour 21% des Britanniques, le téléphone portable est désormais leur principal outil de communication, détrônant ainsi le téléphone fixe. Cette proportion était de 17% en 2002.

Les Britanniques ont tiré profit de la libéralisation du marché des télécoms en Grande-Bretagne dans les années 1990, a estimé l'Ofcom, qui souligne que "plus d'un quart des ménages et entreprises sont clients en 2003 d'un opérateur autre que BT", l'ancien monopole public, privatisé en 1984.

Par ailleurs, a précisé l'Ofcom, les Britanniques ont dépensé en 2003 4% de leurs revenus disponibles pour les services de communication (téléphone, internet), contre 2,9% en 1999.

Enfin, l'Ofcom a souligné que "la Grande-Bretagne était en train de devenir un pays numérique", puisque le nombre d'abonnés à l'internet à haut débit était désormais similaire à celui de la France et de l'Allemagne.

"Plus d'un tiers des foyers connectés à internet dispose d'un accès à haut débit", a précisé l'Ofcom, qui estime que le chiffre symbolique des cinq millions d'abonnés au haut débit devrait être atteint à la mi-septembre 2004.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 11-08-2004 à 15:23:50   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

obilCom plus optimiste pour 2004 après un bon deuxième trimestre



FRANCFORT (Allemagne) (AFP), le 10-08-2004
L'opérateur de téléphonie allemand MobilCom, dont France Télécom est le principal actionnaire, s'est montré mardi plus optimiste pour l'exercice en cours, après avoir réalisé un bon deuxième trimestre qui confirme son lent redressement.

Sur la période, le bénéfice net a été multiplié par près de trois à 10,3 millions d'euros, contre 3,6 millions d'euros un an plus tôt, explique le groupe dans un communiqué. Le bénéfice d'exploitation (EBIT) a quant à lui presque doublé à 26,9 M EUR.

Passé à deux doigts du dépôt de bilan en 2002 à la suite de ses investissements ruineux dans la téléphonie de troisième génération UMTS, MobilCom a progressivement redressé la situation, repassant finalement dans le vert l'an dernier avec un bénéfice net de 160,4 M EUR, après une perte importante l'exercice précédent.

Au deuxième trimestre 2004, l'opérateur a pu améliorer ses performances dans son coeur de métier, la téléphonie mobile, grâce à sa politique de réduction des coûts et à une progression du nombre de clients.

Du coup, le groupe a relevé ses objectifs annuels: il espère désormais dépasser "nettement" le bénéfice net de 2003, alors qu'il tablait jusqu'à présent sur une simple progression.

"Au niveau imposable, nous pourrons probablement atteindre un bénéfice net d'environ 100 M EUR" cette année, a pronostiqué le directeur financier Thorsten Grenz dans une interview accordée à l'agence de presse AFX News.

La division téléphonie mobile notamment devrait croître rapidement avec quelque 4,5 millions de clients attendus fin 2004, contre 4,2 millions l'an dernier.

A Francfort, les investisseurs appréciaient. Vers 13h30 GMT, le titre bondissait de 15,57% à 10,28 € sur un segment des valeurs technologiques TecDax en hausse de 1,67%.

Mobilcom a annoncé la semaine dernière son intention de coter prochainement les titres détenus par France Télécom (actionnaire à hauteur de 28,3%), une démarche qui pourrait permettre à l'opérateur français de se défaire de ses titres sur le marché.

Certes, France Télécom ne considère pas sa participation dans MobilCom comme "un investissement stratégique", a reconnu M. Grenz, mais il ne devrait pas pour autant se désengager rapidement.

Légalement, l'opérateur français ne peut pas vendre ses parts sur le marché avant un délai de six mois après la cotation de ses titres, rappelle M. Grenz.

"Je ne crois pas non plus que France Télécom va vendre dès la fin du délai d'immobilisation des capitaux", juge le directeur financier de MobilCom.

En se désengageant de MobilCom, le groupe français mettrait fin à une expérience particulièrement ruineuse: il avait dû sauver son partenaire allemand de la faillite il y a deux ans, en reprenant une dette de plusieurs milliards d'euros.




--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 12-08-2004 à 17:04:32   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Des scientifiques transforment des singes en drogués du travail



WASHINGTON (AFP), le 12-08-2004
Des scientifiques américains ont réussi, en bloquant un gène et un médiateur chimique, à faire de singes des accrocs du travail, capables de travailler même sans la perspective d'une récompense rapide, a annoncé mercredi l'Institut national de la santé (NIH) américain.

"Avec ce gène localisé dans le cerveau et qui a été bloqué, les singes perdent la notion de la relation entre la récompense et le travail" et font la tache qui leur est demandée tout de suite même si la récompense est lointaine, ont expliqué les chercheurs du département de neuro-psychologie.

"Ce gène est un recepteur clé dans la transmisssion d'un médiateur chimique, la dopamine", a précisé Barry Richmond, l'un des chercheurs.

"Quand son fonctionnement est bloqué, ce gène déclenche une modification de la perception entre travail et récompense. Comme beaucoup d'entre nous, les singes ralentissent leur activité quand l'objectif est lointain. En revanche ils travaillent plus efficacement et font moins d'erreurs lorsque la rétribution s'approche".

"Mais sans la dopamine, ils continuent à travailler sans arrêt, font moins d'erreurs parce qu'ils n'ont plus de repères ou d'indices capables de leur dire comment leur travail sera récompensé", a-t-il ajouté.

Edward Ginns, un généticien, a produit une substance qui a été injectée directement dans le cortex de quatre singes les privant du sens de la récompense.

"Comme les hommes, ils ont tendance à remettre au lendemain ce qu'ils peuvent faire le jour même, surtout quand ils savent que la récompense est encore lointaine", a expliqué M. Richmond.

Cette découverte peut être utilisée pour des personnes souffrant de maladies mentales comme la schizophrénie, de sautes d'humeurs ou de troubles compulsifs ou obsessionnels.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 12-08-2004 à 17:05:03   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Des nuées de criquets pèlerins s'abattent sur le Sahel, la riposte s'organise



DAKAR (AFP), le 12-08-2004
La solidarité se met peu à peu en place face à l'invasion des criquets qui, en pleine saison des semis, ont fondu sur la Mauritanie et touchent aujourd'hui le Sahel, le Sénégal et le Tchad.

Signalés dès le printemps dernier en Afrique du Nord, les insectes particulièrement nombreux et précoces cette saison en raison des précipitations anormalement abondantes cette année sur le Sahel, menacent les récoltes et la sécurité alimentaire des pays affectés, Niger et Mali notamment, sans que les autorités locales aient les moyens de faire face.

Poussés par les vents, ils risquent d'apparaître dans la région du Darfour (ouest du Soudan), frontalière du Tchad, aggravant la grave crise humanitaire qui y sévit déjà, redoutent les organismes humanitaires des Nations unies.

Les criquets, qui se déplacent en essaims de plusieurs kilomètres carrés et peuvent parcourir une centaine de kilomètres par jour, dévorent toute la végétation sur leur passage et consomment jusqu'à 300 tonnes de végétaux par jour.

Mais d'ordinaire, la menace acridienne se précise bien plus tard, en novembre, une fois les récoltes effectuées.

Or dans les premiers jours d'août, plusieurs essaims de criquets ont envahi Nouakchott, la capitale mauritanienne, paralysant la circulation et détruisant toute la végétation. Puis lundi, l'Organisation des Nations unies pour l'Agriculture et l'alimentation (FAO) annonçait l'arrivée d'un premier essaim au Tchad, redoutant son déplacement vers le Soudan voisin où l'insécurité empêcherait de les combattre.

Selon le ministre tchadien des Affaires étrangères, Nagoum Yamassoum, "il y a une crainte d'invasion d'ici la mi-décembre".

Avec huit autres pays d'Afrique du nord et de l'ouest - Algérie, Maroc, Tunisie, Libye, Sénégal, Mali, Niger et Tchad - la Mauritanie a élaboré le 27 juillet à Alger un plan opérationnel de lutte contre le criquet pèlerin pour la campagne 2004-2005.

Mais le 7 août, le ministère mauritanien du Développement rural et de l'environnement soulignait que "l'étendue et la dispersion des superficies infestées ainsi que l'insuffisance des moyens déployés rendaient très grave la situation acridienne dans le pays".

A ce jour, l'Algérie, le Maroc, les Etats-Unis, l'Italie et la FAO se sont déjà portés au secours de la Mauritanie qui vient de lancer un plan d'action pour le traitement d'un million d'hectares infestés.

La France a accordé "une première aide d'urgence de 300.000 euros" à la FAO pour la lutte contre ce fléau.

Le Mali, visité par des essaims au nord et à l'est, n'a pour l'instant pas déploré de dégâts majeurs sur ses cultures et a déjà reçu une aide de 500.000 dollars de l'Agence américaine pour le développement international (USAID).

Le Niger a réclamé mardi 141,3 millions de FCFA (215.400 euros) pour traiter quelque 750.000 hectares menacés. Les essaims signalés dès mai dans le nord désertique ont progressé vers le sud et le centre du pays où se trouvent les rares terres fertiles.

Le Sénégal, dont trois régions du nord sont concernées, a engagé le combat contre les criquets depuis le 29 juin, tandis que le Burkina Faso, épargné pour l'heure mais frontalier du Mali et du Niger, court "un risque potentiel", selon le ministère de l'Agriculture.

La Gambie, enclavée dans le Sénégal, appelle de son côté à une riposte à l'échelle régionale régionale et fait valoir qu'un retard de l'aide des bailleurs pourrait avoir "de graves conséquences".

La plupart des essaims proviennent des pays du Maghreb, où les invasions ont pu être contenues jusqu'à présent, selon les autorités qui portent secours à leurs voisins.

Ainsi au Maroc, touché de mars à la fin du mois de juillet, Abdelaziz Arifi, représentant du ministère de l'Agriculture au Point central de coordination de lutte anti-acridienne (PCCLA) explique qu'"au lieu d'attendre les remontées des criquets en octobre, nous préférons agir dans les pays aujourd'hui infestés".

Plus de deux 2,6 millions d'hectares ont été traités en Algérie et seize équipes algériennes de lutte contre les criquets pèlerins ont été dépêchées la semaine dernière au Mali, Niger et Mauritanie.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 12-08-2004 à 17:05:47   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

France: les arrêtés autorisant l'abattage du loup retoqués pour vice de forme



MARSEILLE (AFP), le 11-08-2004
La chasse au loup est provisoirement suspendue dans les Alpes, après la décision rendue mercredi par le tribunal administratif de Marseille retoquant pour vice de forme les arrêtés préfectoraux l'autorisant dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes.

Le 6 août, le tribunal administratif de Nice avait suspendu un arrêté similaire dans les Alpes-maritimes.

Les dispositions autorisant la chasse au loup pourraient cependant prendre effet une fois les questions de procédure réglées. "Politiquement il n'y aura pas de changement, on maintient le prélèvement de quatre loups pour cette année" ou de trois si les trois premiers animaux éliminés sont des femelles, a expliqué Jean-Marc Michel, directeur de la protection de la nature au ministère de l'Ecologie.

L'abattage de quatre loups dans les Alpes d'ici la fin 2004 avait été autorisé le 19 juillet par le ministre de l'Ecologie Serge Lepeltier, à titre exceptionnel et sous conditions, afin de limiter localement la pression du loup sur les troupeaux.

Dans son ordonnance, le juge des référés du tribunal administratif de Marseille, qui statuait sur une requête de l'Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), a estimé que les deux arrêtés ne pouvaient s'appliquer tant que l'arrêté interministériel du 21 juillet autorisant l'abattage du loup n'avait pas été publié au Journal officiel.

Or ces deux arrêtés ont pris effet le 30 juillet dans les Alpes-de-Haute-Provence, et le 2 août dans les Hautes-Alpes, alors que l'arrêté interministériel n'a toujours pas été publié.

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), seuls habilités à effectuer ce que le ministère appelle pudiquement "des prélèvements" vont donc suspendre leur chasse entamée depuis le début du mois d'août. Aucun loup n'avait été tué depuis.

"C'est un problème de procédure que le juge a bien relevé, mais il a aussi retenu le caractère d'urgence de cette mesure, ce qui peut être encourageant pour la suite", a estimé l'avocat de l'Aspas, Me Benoît Candon.

"Nous prenons acte des observations faites par le juge. Et dès aujourd'hui, nous allons faire le point avec les ministres concernés et nous remettre au travail", a réagi le secrétaire général de la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Gilles Bernard.

"Nous ne pouvons pas continuer à laisser la population des loups croître comme ça sans la réguler", a ajouté M. Bernard, évoquant "le drame, parfois le désespoir" vécu par les éleveurs de moutons dont près de 274 bêtes, selon lui, ont été tuées par le loup dans les Alpes-de-Haute-Provence en 2004.

Le député UMP Daniel Spagnou, ex-rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur la présence du loup, s'est dit "scandalisé" par les décisions de justice, en appelant au Premier ministre.

Me Candon a prévenu que les défenseurs du loup poursuivraient leur combat sur le terrain juridique, soulignant que la chasse "mettrait en péril" une population "extrêmement fragile", une espèce "protégée au niveau national, européen et international".


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 12-08-2004 à 17:06:21   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

L'investissement technologique s'essouffle face à la montée des incertitudes



NEW YORK (AFP), le 12-08-2004
Flambée du pétrole, menaces terroristes, chute des marchés boursiers: la montée des incertitudes économiques incitent les entreprises à la prudence et leurs achats informatiques s'en trouvent durement affectés, comme le prouvent les avertissements lancés par Intel ou Cisco.

La direction de Cisco, numéro un mondial des équipements de réseaux pour internet, a publié mardi de bons résultats trimestriels mais a annoncé un gonflement de ses stocks et dénoncé une frilosité chez ses clients face aux dépenses en technologies de l'information.

Ces commentaires ont fait l'effet d'une douche froide dans la communauté financière, faisant reculer les grandes places financières aux Etats-Unis et en Europe.

D'autant plus que la prudence affichée par John Chambers, le PDG de Cisco, s'ajoute au tableau sectoriel morose dépeint il y a un mois par Intel, le numéro un mondial des microprocesseurs, ainsi qu'aux commentaires d'autres entreprises, comme National Semiconductor.

"Les stocks de Cisco sont en train de gonfler, parce que la demande diminue. Nous avons eu la même chose chez Intel. Cela suggère que ce ralentissement de la demande ne concerne pas seulement les équipements de communication, mais tout le secteur technologique", dit Hugh Johnson, directeur des investissements chez First Albany.

Un avis partagé par Scott Kessler, analyste de l'agence d'informations financières Standard and Poor's, qui remarque que "depuis le mois de juin les entreprises font preuve de moins d'appétit pour l'offre technologique, en particulier pour les progiciels et les disques durs".

"Cela confirme ce que le marché boursier nous laissait entendre depuis des semaines", précise-t-il. L'indice composite du Nasdaq, qui comprend les grands noms de la technologie aux Etats-Unis, a chuté de plus de 11% depuis le début de l'année, et son déclin s'est accéléré depuis début juillet.

Pour les analystes, c'est l'accumulation des nuages dans le paysage économique qui est à l'origine du passage à vide de l'investissement dans les équipements technologiques.

"Que ce soit les prix du pétrole, la hausse des taux d'intérêt, le terrorisme, il y a un bon nombre de menaces qui planent à long terme sur l'économie américaine", juge M. Kessler.

"Regardez les chiffres du chômage parus vendredi: ils ne témoignaient pas vraiment d'une économie florissante", a-t-il ajouté. L'économie américaine n'a créé que 32.000 emplois le mois dernier alors que les analystes en prévoyaient 243.000 en moyenne.

Certains analystes restent toutefois optimistes. "Les entreprises technologiques s'étaient peut-être montrées trop optimistes dans leurs prévisions. Mais cela reste un marché qui affiche une croissance décente, nous ne sommes pas dans le contexte de 1999", juste avant l'explosion de la bulle internet, affirme Martin Reynolds, analyste du cabinet de recherche Gartner.

D'autres experts s'inquiètent de savoir si la "pause" marquée en juin est passagère ou non. "Il n'est pas encore certain que ce ne soit pas un passage à vide plus sérieux", note M. Kessler.

La banque centrale américaine, qui a relevé d'un quart de point son principal taux d'intérêt mardi, a choisi le camp de l'optimisme.

Tout en reconnaissant la morosité du marché de l'emploi, elle a jugé que l'économie est "à même de renouer avec un rythme d'expansion plus fort", dans le communiqué annonçant la deuxième hausse des taux depuis le 30 juin.

Les investisseurs attendent maintenant avec impatience la publication jeudi des résultats trimestriels et surtout les commentaires des dirigeants de Dell, le premier fabricant mondial d'ordinateurs personnels.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 24-08-2004 à 16:29:39   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Le typhon Aere frappe Taïwan et le sud du Japon, sept morts



TAIPEI (AFP), le 24-08-2004
Le typhon Aere a frappé mardi le nord de Taïwan et l'extrême sud du Japon, provoquant des glissements de terrain et perturbant transports et activités après avoir fait sept morts.

Un pêcheur de Hong Kong s'est noyé et quatre pêcheurs taïwanais étaient portés disparus après le naufrage de deux bateaux lundi soir, au nord et à l'est de l'île, selon les secours. Ils sont présumés morts et les recherches ont été interrompues en raison de la violence des vents et de la mer.

Au Japon, deux soeurs de 12 et sept ans se sont noyées lundi alors qu'elles nageaient au large de l'île d'Amami-Oshima, au nord de Taïwan, juste avant une alerte au typhon, ont indiqué des garde-côtes.

Plus de 7.000 foyers étaient privés d'électricité mardi dans le sud du Japon, où deux personnes ont également été blessées dans la région d'Okinawa.

A Taïwan, Aere se dirigeait vers Taipei avec des vents soufflant à 130 km/h. Les marchés financiers, écoles et administrations ont fermé.

Deux habitants de la capitale ont été blessés par des chutes d'objets alors que des arbres étaient déracinés et que des accidents de voitures se sont produits.

Les vols internationaux étaient maintenus, mais les vols intérieurs ont été suspendus après qu'un appareil de la compagnie Far Eastern Air Transport eut glissé à l'atterrissage mardi matin à Taipei. Selon l'aéroport, il n'y a pas eu de victimes.

La capitale se protégeait en installant des sacs de sable autour de certains magasins et bouches de métro pour éviter des inondations.

Les transports ferroviaires ont été suspendus dans l'est de l'île et les bureaux ont fermé dans la plupart des villes du Nord. Des manoeuvres militaires ont été reportées au mois prochain.

Les inondations ont détruit des ponts et des glissements de terrain ont enseveli des maisons dans un village du district de Nantou, dans le centre de Taïwan.

A 05H00 GMT, le centre du typhon était situé à 230 km à l'est de Taipei et progressait vers l'ouest à la vitesse de 11 km/h.

Le mois dernier, un autre typhon, Mindulle, avait frappé le centre et le sud de Taïwan, faisant 29 morts.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 24-08-2004 à 16:30:26   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

La Méditerranée hantée par les requins, le plus souvent inoffensifs



MARSEILLE (AFP), le 24-08-2004
De plus en plus de requins fréquentent les côtes septentrionales de la Méditerranée, comme en témoigne la présence signalée ce week-end d'un banc de squales bleus au large du Var, mais la plupart d'entre eux sont inoffensifs, selon les spécialistes.

"Le réchauffement de l'eau et les différentes modifications du paysage aquatique ont eu pour conséquence l'accroissement de la présence de grands prédateurs, comme les requins ou les barracudas tropicaux, et l'apparition de nouvelles espèces dans les eaux méditerranéennes", affirme Nicolas Gérardin, chargé de mission et de communication du Parc national de Port-Cros. Ainsi sont apparus en Méditerranée le rouget arc-en-ciel ou le poisson lapin qui évoluent habituellement en Mer rouge.

Samedi, la plage de Cabasson, près du fort de Brégançon, à Bormes-les-Mimosas (Var), a été interdite à la baignade durant plus de trois heures en raison de la présence signalée d'un banc d'une quinzaine de requins bleus mesurant 1,50 m à 2 m, à 300 mètres du rivage.

Les différentes espèces de squale, dont celui à peau bleue est la plus répandue en Méditerranée, ont toujours chassé dans les eaux du Golfe du Lion: "ils suivent le courant Ligure, qui prend naissance à Gibraltar, et sa pléthore de thons et de sardines, ajoute Nicolas Gérardin. Ce courant est devenu leur garde-manger puisqu'il y a pénurie en Méditerranée orientale, c'est pourquoi ils sont de plus en plus nombreux". Aucune statistique ne permet cependant d'évaluer la population de squales dans le bassin méditerranéen.

Ces requins bleus, qui effrayent nageurs et plaisanciers de passage, n'en restent pas moins inoffensifs. "Nous n'avons jamais eu d'accident avec les squales, assure Michel Meacci, vice-président des pêches de Marseille. Le plus souvent, les gens les confondent avec les poissons-lunes, qui présentent pratiquement le même aileron".

Un avis partagé par les moniteurs de plongée. "Le requin type peau bleue n'est pas du tout agressif", souligne Gérard Altman, président de l'Association nationale des moniteurs de plongée. "Il est même plutôt craintif et nous devons être astucieux pour l'approcher".

Pouvant mesurer jusqu'à 4 mètres, les requins bleus évoluent la plupart du temps à deux ou en bande, dans des eaux tempérées à froides et attaquent rarement l'Homme. "Il faudrait alors les provoquer ou les exciter avec du sang ou des cadavres de poissons pour qu'ils deviennent agressifs", assure Jean Jaubert, directeur du Musée océanographique de Monaco. "La plupart des attaques de ces dix dernières années n'ont eu lieu qu'en Italie ou en Yougoslavie et devaient être le fait d'un requin blanc, plus enclin à attaquer l'Homme", dit-il.

Selon lui, près de quarante attaques attribuées à des requins blancs, qui apprécient particulièrement la Méditerranée pour se reproduire, ont été répertoriées ces dix dernières années en Adriatique, au large de la Grèce, la Tunisie, de Malte et de la Sicile.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 24-08-2004 à 16:31:00   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Une modification génétique transforme des souris en marathoniennes



WASHINGTON (AFP), le 24-08-2004
Des chercheurs ont pu modifier génétiquement des souris pour les transformer en marathoniennes, ce qui pourrait s'apparenter à du dopage génétique, selon des travaux publiés lundi aux Etats-Unis.

Ces souris transgéniques ont vu leur endurance augmentée par rapport à des souris normales. Et les souris modifiées ne sont pas devenues obèses quand elles ont été gardées inactives et soumises à un régime à haute teneur en graisses, car la modification génétique donnait à l'organisme l'illusion de l'exercice physique.

"Deux groupes (de chercheurs) ont modifié génétiquement différents processus, transformant les souris de joggers du dimanche en marathoniennes olympiques", selon un communiqué accompagnant la publication des travaux dans Public Library of Science Biology, une revue scientifique sur internet.

L'une des modifications génétiques "non seulement augmente les performances physiques mais pourrait aussi prévenir l'obésité. La découverte que l'endurance et les capacités de course peuvent être manipulées génétiquement suggère que le tissu musculaire est beaucoup plus adaptable que nous le pensions", a expliqué Ronald Evans du Salk Institute à San Diego (Californie).

A la tête de l'un des groupes de chercheurs, le professeur Evans a constaté que les souris modifiées ont pu courir deux fois plus vite et près de deux fois plus longtemps que leurs cousines naturelles, parcourant près de 1.800 mètres contre quelque 900 mètres pour les souris non modifiées. Les souris transgéniques ont couru une heure de plus que les souris normales.

Son équipe a réussi à modifier la souris pour qu'un gène actif uniquement quand l'organisme est soumis à un entraînement d'endurance soit continuellement activé, provoquant une augmentation des capacités physiques chez les souris habituellement oisives et augmentant leurs dispositions à brûler les graisses, même sans activité physique.

Les chercheurs ont joué sur les différents tissus musculaires déterminant les secousses musculaires rapides (dites de type II) nécessaires pour un sprint et les secousses lentes (type I) nécessaires pour l'endurance, en favorisant ces dernières par manipulation du gène PPAR-delta, aux effets multiples sur le muscle.

Aucun effet indésirable n'a pour l'instant été noté sur les souris, âgées de neuf mois. Les chercheurs veulent savoir notamment si la modification génétique risque de réduire l'espérance de vie.

Le fossé est encore grand entre une modification génétique possible chez la souris et son application chez l'homme. Néanmoins, le professeur Evans avait déjà retenu l'attention de grands laboratoires pharmaceutiques avec ses travaux génétiques pour stimuler la production de bon cholestérol, dont les applications sont actuellement testées chez l'homme.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 24-08-2004 à 16:31:37   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

Le premier scooter à pile à combustible du monde développé au Japon



TOKYO (AFP), le 24-08-2004
Le constructeur automobile japonais Honda Motor Co. Ltd. a développé le premier scooter à pile à combustible utilisable du monde, a-t-il annoncé mardi.

Equipé d'une pile à combustible similaire à celle fabriquée par Honda pour les véhicules à quatre roues, il s'inspire d'un scooter de 125 centimètres cubes, a précisé Honda dans un communiqué. "Il s'agit du premier prototype que l'on puisse utiliser", a précisé un porte-parole.

L'année dernière, le concurrent de Honda, Yamaha Motor, avait annoncé être en train de développer le premier système à pile à combustible pour scooter mais n'a pas encore sorti de prototype achevé.

Honda n'a pas encore décidé quand commercialiser son scooter.

Une pile à combustible n'émet pas en elle-même de particules, gaz polluants et gaz à effet de serre.

Inventée en 1839 par un Britannique, William Grove, elle produit de l'électricité par la réaction de la molécule d'hydrogène (H2) avec celle de l'oxygène de l'air (O2) et son seul rejet est de la vapeur d'eau (H2O).

Les spécialistes reconnaissent néanmoins que l'hydrogène ne se trouve pas à l'état naturel et est en majorité produit actuellement à partir de gaz naturel avec émission de CO2, contribuant au réchauffement du climat.


--------------------
fredchoucas
Administrateur
fredchoucas
8568 messages postés
   Posté le 24-08-2004 à 16:32:35   Voir le profil de fredchoucas (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à fredchoucas   

France Télécom accuse Free et Neuf Telecom de pirater deux numéros courts



PARIS (AFP), le 24-08-2004
France Télécom, qui avait saisi pour avis l'Autorité de régulation des télécoms (ART) au sujet de deux de ses concurrents, Free et Neuf Telecom, qu'il accuse de pirater deux numéros courts, attend toujours la réponse de l'ART, a indiqué mardi l'opérateur historique.

L'affaire remonte à février, "lorsque France Télécom avait fait constater par huissier que le fournisseur d'accès internet Free et l'opérateur de téléphonie fixe Neuf Telecom utilisaient depuis 2003, pour leurs propres services de téléphonie fixe, les numéros courts 3131 (rappeler le dernier appelant) et 3651 (masquer son appel)", attribués par l'ART à France Télécom, a expliqué ce dernier à l'AFP.

Les numéros courts font l'objet d'une procédure d'attribution par le régulateur des télécoms et sont payants pour l'opérateur, qui doit s'acquitter d'une recevance annuelle de 40.000 euros à l'Etat.

"Dans la décision de l'ART, en 1998, sur le plan d'attribution des numéros courts, il est stipulé qu'un même numéro court ne peut pas être utilisé pour deux services distincts par deux opérateurs distincts", souligne-t-on chez France Télécom.

Or, "Free et Neuf Telecom utilisent la notoriété de ces deux numéros pour leur propre clientèle et sur leurs propres réseaux sans payer de redevance", fait-on valoir chez France Télécom.

"Nous avons écrit à l'ART en février, non pour lui demander une prodédure de sanction, mais pour lui demander d'être informés des mesures qu'elle entend prendre. Nous n'avons jamais eu de réponse", a déclaré un porte-parole de France Télécom, ajoutant que le groupe allait "bientôt réécrire à l'ART pour lui rappeler que nous attendons toujours sa réponse, car le 3131 et le 3651 sont toujours utilisés par Free et Neuf Telecom".

Interrogée par l'AFP, l'ART a indiqué qu'elle allait lancer une consultation sur l'attribution des numéros courts, pour évaluer notamment "l'opportunité ou non" de continuer à les attribuer par opérateur, ou de les ouvrir plutôt à un usage collectif.

Le régulateur a précisé, mardi, dans le quotidien Les Echos, qu'il n'avait pas ouvert de procédure de sanction à l'encontre de Free ou de Neuf Telecom.


--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:29:48   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Espace
Découverte de la plus légère des exoplanètes


Une équipe internationale comprenant des astronomes français, suisses et portugais vient de détecter la plus légère des exoplanètes jamais observées, annonce mardi le Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
Cette planète a une masse équivalente à 14 fois celle de la Terre et tourne en 9,5 jours autour de l'étoile mu Arae, distante de 50 années-lumière de la Terre.

L'exoplanète est une planète tournant autour d'un autre soleil que le nôtre. Jusqu'ici, les astronomes avaient surtout trouvé de grosses exoplanètes gazeuses représentant parfois plus de 50 fois la masse de la Terre.

La masse de cette nouvelle exoplanète est un peu plus petite que celle d'Uranus (la plus petite planète géante du système solaire: 14,5 fois la masse de la Terre) et c'est la première fois que l'on trouve une exoplanète d'une aussi petite masse.

Pour le CNRS, cette découverte est importante car la masse de cette planète la situe à la frontière séparant les planètes de type gazeux (planètes géantes) de celles de type tellurique comme la Terre.

L'équipe internationale d'astronomes a observé cette étoile en utilisant le spectrographe de nouvelle génération HARPS, installé au foyer du télescope de l'European Southern Observatory (ESO) à La Silla au Chili.

Elle regroupe des astronomes des universités de Berne et de Lisbonne, des laboratoires d'astrophysique de Marseille et de Grenoble, de l'Observatoire de l'Université de Genève, du Laboratoire d'astrophysique de l'Observatoire Midi-Pyrénées.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:30:19   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Santé
Le sodium est à l'origine des oedèmes pulmonaires chez les alpinistes


Deux chercheurs du Centre hospitalo-universitaire vaudois de Lausanne ont démontré qu'un défaut du transport du sodium était à l'origine de l'oedème pulmonaire développé par certains alpinistes au-dessus de 3 000 mètres.
Ils doivent maintenant se pencher sur un problème comparable rencontré par les indiens de l'altiplano bolivien lorsqu'ils reviennent de la plaine.

«Les professeurs Urs Scherrer et Claudio Sartori ne sont pas des alpinistes chevronnés, juste des amoureux de la montagne», a relevé mardi dans un communiqué le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). C'est pourtant une autre raison qui les a poussé à étudier l'oedème pulmonaire de haute altitude: le CHUV abrite en effet de nombreux patients atteints d'oedème pulmonaire, souvent à la suite d'un infarctus.

Ils ont donc pris 50 alpinistes et les ont amenés à la cabane Margherita (4 556 mètres) dans le massif du Mont-Rose près de Zermatt dans le Valais. Sur cet effectif, 21 avaient déjà souffert d'un oedème pulmonaire et 29 autres n'avaient jamais connu ce problème. En comparant les deux groupes, ils ont mis en évidence un défaut, probablement d'origine génétique, du transport alvéolaire des ions sodium.

Ces expériences expliquent les effets positifs d'un médicament, le salmeterol, qui permet de diminuer de moitié le risque d'oedème pulmonaire chez les sujets prédisposés. Il stimule en effet le transport de sodium dans les cellules alvéolaires.

Les deux chercheurs ne veulent pas en rester là et entendent aujourd'hui étudier les effets à long terme de la haute altitude sur le corps humain. Ils ont choisi la Bolivie et son altiplano, habités par les indiens Aymara depuis des milliers d'années. Les scientifiques se demandent en effet pourquoi des habitants de La Paz (3.600 mètres), parfaitement habitués à la vie en altitude, peuvent développer un oedème pulmonaire dit «de réentrée» lorsqu'ils reviennent d'un séjour en plaine.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:31:27   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Santé publique
L'OMS craint une épidémie de polio en Afrique


La poliomyélite s'étend en Afrique, menaçant de provoquer une épidémie majeure dans la région et de faire reculer la lutte pour éradiquer la maladie dans le monde, a mis en garde l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
«Les épidémiologistes de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio ont confirmé aujourd'hui le retour de l'infection en Guinée et au Mali, ainsi que trois nouveaux cas dans la région du Darfour au Soudan», souligne l'OMS dans un communiqué.

La recrudescence des cas de polio pourrait se transformer en épidémie majeure en Afrique centrale et occidentale alors que débute la «haute saison» de la maladie en septembre. Elle pourrait ainsi laisser des milliers d'enfants africains paralysés à vie, souligne l'agence des Nations unies.

«La polio a franchi la barrière que nous avons mis en place (...) pour tenter de contenir le virus aussi près que possible de son épicentre au Nigeria», a souligné à la presse Bruce Aylward, qui coordonne la campagne anti-polio de l'OMS. La maladie est désormais présente dans une dizaine de pays africains, alors qu'elle était cantonnée à seulement deux pays du continent au début de l'an dernier.

Cette propagation «réaffirme le besoin d'augmenter en urgence le niveau d'immunisation de la population dans la région», souligne l'organisation. «Les nouveaux cas portent à douze le nombre des pays débarrassés de la polio qui ont été réinfectés par la maladie depuis janvier 2003.»

La polio affecte habituellement les enfants de moins de cinq ans via la consommation d'eau contaminée. Elle attaque le système nerveux central, provoquant paralysie, atrophie musculaire, déformations et, dans certains cas, la mort.

Le virus de la polio est désormais endémique dans seulement six pays (Nigeria, Inde, Pakistan, Niger, Afghanistan et Egypte) contre plus de 125 lorsque l'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio a été lancée en 1988.

Au 24 août, les autorités sanitaires ont signalé 602 cas dans le monde, dont 476 au Nigeria, 34 en Inde, 23 au Pakistan, 19 au Niger, trois en Afghanistan et un en Egypte. En dehors de ces six pays, 12 cas ont été recensés au Tchad, neuf en Côte d'Ivoire, six au Burkina Faso, six au Bénin, cinq au Soudan, trois en Centrafrique, deux au Mali et un respectivement en Guinée, au Cameroun et au Botswana.

L'OMS espérait éradiquer la polio d'ici le 1er janvier 2005 après une campagne mondiale de vaccination de 15 ans mais s'est heurtée à la résistance du Kano, un Etat du nord du Nigeria à majorité musulmane, qui a suspendu les vaccinations contre la maladie entre août 2003 et juillet 2004.

L'Initiative coordonne une nouvelle campagne de vaccination qui vise à toucher plus de 74 millions d'enfants de moins de cinq ans. Mais les troubles en Côte d'Ivoire et dans la région du Darfour, dans l'ouest du Soudan, rendra «particulièrement difficile» l'immunisation de chaque enfant cette année, souligne l'OMS.

L'agence onusienne souligne que la campagne de vaccination arrive à court de crédits et qu'elle aura besoin de 12,4 millions d'euros en septembre et de 28,8 millions d'euros un mois plus tard pour tenir son calendrier.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:32:07   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Alimentation
Santé Canada va donner le feu vert à l'irradiation de certains aliments




Après près de deux ans de consultations publiques et de réflexion, les experts de Santé Canada s'apprêtent, selon «Le Devoir» à recommander au ministre Ujjal Dosanjh de donner le feu verts aux aliments irradiés.
Le ministre adopterait ainsi des modifications au règlement sur l'irradiation des aliments, qui consiste à exposer les aliments à des rayons gamma pour éliminer les bactéries pathogènes qu'ils peuvent contenir.

Les détracteurs de cette technique n'ont donc pas réussi à convaincre les fonctionnaires chargés d'évaluer les perceptions et craintes des citoyens.

Dans les faits, l'irradiation des aliments est un procédé éprouvé qui, malgré l'image de radioactivité qui lui colle à la peau, est utilisé au Canada depuis plusieurs années sur une gamme restreinte de produits.

Par exemple le blé, la farine, les pommes de terre, les oignons, les épices et les assaisonnements déshydratés sont parfois irradiés. Les médicaments, les serviettes sanitaires et les emballages de lait ou de jus de fruit peuvent aussi l'être.

Autorisée, cette irradiation n'est toutefois pas obligatoire et doit être clairement indiquée, selon la loi, sur l'emballage d'un produit à l'aide de la mention «irradié» et du symbole «radura» représentant une plante dans un cercle brisé.

Très peu d'entreprises toutefois y font appel, en raison de l'image négative qui accompagne cette aseptisation induite par l'exposition aux rayons du cobalt 60.



--------------------
bambi
Simplement Moi !
Administrateur
bambi
8393 messages postés
   Posté le 25-08-2004 à 11:32:40   Voir le profil de bambi (Offline)   http://www.hitgratuit.org/membres/Funtasia/in.php3?id=7   Envoyer un message privé à bambi   

Santé
Un salarié sur trois risque l'épuisement

Un salarié sur trois serait dans une situation à risque d'épuisement professionnel, indique une étude effectuée auprès des membres de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).
L'enquête, rendue publique lundi, révèle aussi qu'une personne sur cinq présente des symptômes de détresse psychologique élevés, qui n'auraient rien à voir avec des problèmes personnels mais proviendraient plutôt des événements stressants vécus au travail.

«La surcharge de travail et (les problèmes) organisationnels sont les deux principaux facteurs de détresse psychologique», a déclaré lundi Angelo Soares, professeur au Département organisation et ressources humaines de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et auteur de la l'étude, effectuée pour le compte de la CSQ.

Lors d'une conférence de presse à laquelle a pris part le président de la CSQ, Réjean Parent, M. Soares a expliqué qu'il est arrivé à ce constat en compilant les questionnaires auxquels ont répondu 598 membres du syndicat.

L'échantillon se compose à 80 pour cent de répondants du secteur de l'éducation. Les employés de soutien suivent, avec huit pour cent de répondants, et ceux de la santé comptent pour six pour cent.

L'épuisement professionnel (burn out), qui guetterait un salarié sur trois, se manifeste par de nombreux symptômes comme la tristesse, le pessimisme, la perte de plaisir, des sentiments de culpabilité, et des sentiments négatifs envers soi-même, que le chercheur a mesurés à partir des réponses des participants.

Il a aussi observé que 45 pour cent des personnes interrogées ont indiqué vivre une surcharge de travail. Plus du tiers des répondants ont affirmé ne pas pouvoir prendre une pause convenablement.

Le chercheur n'a pas été en mesure de préciser si les résultats démontrent une amélioration ou une détérioration de la situation pour les employés qui ont répondu. Il s'agit d'une photo, a-t-il dit, qui démontre des problèmes dans l'organisation du travail.

«Si on a ce portrait aujourd'hui, c'est le résultat des coupures sans planification stratégique, a-t-il soutenu. En terme de ressources humaines, c'est nul.»

La psychologue Pascale Lemaire, directrice des services professionnels de Proact, une entreprise qui se spécialise dans les programmes d'aide psychologique aux employés, constate pour sa part que depuis cinq ans, les cas d'épuisement professionnel sont en augmentation dans tous les milieux de travail, des secteurs public comme privé.

«Les niveaux d'épuisement et de stress augmentent et ce indépendamment des problèmes personnels», a-t-elle affirmé lundi, lors d'une entrevue téléphonique.

Elle note que les compressions effectuées notamment dans le secteur hospitalier commencent à avoir un impact sur la santé mentale des employés. Mais il ne s'agirait pas du seul facteur expliquant l'augmentation des cas d'épuisement professionnel.

«Le vieillissement des employés fait aussi en sorte que dans certains milieux, les gens attendent leur retraite, ce qui favorise l'apparition de l'épuisement professionnel», a indiqué la psychologue.

Selon elle, les coûts de l'absentéisme relié aux problèmes de santé mentale incitent les employeurs à agir.





--------------------
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédentePage suivante
 
 Funtasia  Archives générales Funtasia  Archives générales Funtasia !  Techno-Sciences/Août!Nouveau sujet
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum